Recensement du patrimoine industriel bâti du bassin d’Aubagne

Vestiges des trémies en pierre de l’ancienne carrière Solvey, Pointe de la Cacau, Calanque de Port-Miou, Cassis

LE CONTEXTE

Au cours de l’année 2017 et 2018, Paroles Vives a réalisé le recensement du  patrimoine industriel du bassin d’Aubagne, concernant les lieux de production industrielle (y compris les sites d’extraction et les moulins) antérieurs à 1980, qu’ils soient en activité ou non. L’habitat ouvrier et patronal dépendant directement des sites en question a aussi été pris en compte.

Ce recensement, réalisé sous contrôle scientifique de l’Inventaire général du patrimoine culturel, s’inscrit dans la programmation pluriannuelle de ce service de l’État qui dépend du Ministère de la Culture et de la Communication. «Fondé en 1964 par André Malraux et inscrit dans la loi n°2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, l’Inventaire général du patrimoine culturel « recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique » (art.95, I). Le champ d’investigation ainsi défini est vaste et embrasse, de fait, l’ensemble des biens créés de main d’homme sur la totalité du territoire national : architecture et urbanisme, objets et mobilier, qu’ils soient publics ou privés, sur une période allant du 5e siècle à 30 ans avant la date de l’enquête » (http://www.inventaire.culture.gouv.fr/).

La loi de décentralisation du 13 août 2004 a transféré aux Régions la mission de conduire l’Inventaire général du patrimoine culturel. 25 Régions de France se sont alors regroupées pour mener un projet, identifié sous l’acronyme GERTRUDE (Groupe d’étude, de Recherche Technique, de Réalisation et d’utilisation du Dossier Électronique). Ce projet a pour objectifs de définir, développer et mettre en service une solution de production, de gestion et de diffusion du Dossier Électronique d’Inventaire du patrimoine culturel (http://gertrude.rhonealpes.fr/spip.php?rubrique2).

Dans ce cadre, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur procède à des recensements préalables par département ou grandes aires d’étude. Ils constituent une première étape dans la connaissance de l’existant et précèdent les études approfondies qui seront diligentées par le service de l’Inventaire dans une phase ultérieure de sa programmation pluriannuelle. Le dernier recensement réalisé était en 2012-2013 et concernait le patrimoine industriel des Hautes-Alpes (http://www.inventaire.culture.gouv.fr/).

TERRITOIRE DE L’ÉTUDE

Le bassin d’Aubagne comprend ces 11 communes :

Aubagne / Auriol / Cuges-les-Pins / La Penne-sur-Huveaune / Roquevaire / Gémenos / Roquefort-la-Bédoule / Carnoux / La Ciotat (hors chantiers navals) / Ceyreste / Cassis.

Four à cade dit des Yssards, Ceyreste

MÉTHODOLOGIE

Cette étude a été menée en trois phases distinctes et ont été répétées commune par commune. L’étape 1 a consisté à réaliser la préparation à l’enquête de terrain, l’étape  2 était celle du terrain à proprement parlé et l’étape 3 de l’informatisation des données recueillies.

1- Préparer l’enquête de terrain :

Des recherches historiques et documentaires ont été menées afin d’arriver à la plus large connaissance possible du patrimoine concerné par l’étude sur le territoire donné. Les ouvrages de L’Économie des Bouches-du-Rhône et de L’Atlas Historique, ainsi que d’autres spécialisés sur le patrimoine de certaines communes ont été pour cela d’une grande utilité.

Extrait de la carte industrielle du département des Bouches-du-Rhône  issue de l’Atlas Historique

Les connaissances obtenues via les recherches aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (notamment à travers les dossiers préfectoraux des Établissements classés dangereux et insalubres), les rendez-vous auprès de certains services des Archives Municipales (Aubagne, La Ciotat) et des services de l’urbanisme des mairies nous ont aidées quant au repérage et à l’identification des sites industriels.

Plan de la carrière et cimenterie CHAUX ET CIMENTS H. DE VILLENEUVE – Lafarge Granulats, quartier du Brégadan – Cassis

En parallèle des recherches bibliographiques, nous nous sommes servis des sites internet Géoportail.gouv.fr et Remonter le temps.ign.fr afin de localiser le plus aisément possible les bâtiments concernés. Le site Géoportail permet d’accéder à des informations géographiques de référence, ce qui nous a aidé notamment à voir les limitations des communes, les numéros des parcelles cadastrales des bâtiments, leur adresse…Quant au site Remonter le temps, il permet de voir des photos aériennes anciennes des différentes zones d’un territoire sur une chronologie relativement étendue. Ceci permet alors de connaître la datation d’un bâtiment, chose utile lorsque l’antériorité aux années 80 pour un bâtiment n’était pas avérée. Enfin, avant de partir sur le terrain, nous imprimions des plans cadastraux pour repérer en amont les parcelles cadastrales et ensuite pointer les bâtiments pris en compte dans l’étude; ces feuilles sont appelées des « minutes de terrain ».

Sections cadastrales AT et AR de la commune de Cassis  

Capture écran de la carte IGN de la carrière   du   Loin (La Ciotat) sur le site Géoportail.gouv

2- Le « Terrain » :

L’enquête de terrain a permis d’opérer un repérage de visu des édifices ou édicules industriels datant d’avant les années 1980, présents sur les onze communes du bassin d’Aubagne. Plusieurs photos ont été systématiquement prises pour chaque site. L’observation sur le terrain a bien sûr permis de compléter la liste des bâtiments  établie en amont via les recherches bibliographiques. Il était certain que nous n’allions pas avoir connaissance de tous les bâtiments concernés par l’étude avant même la phase de terrain étant donné qu’il n’existe pas des archives et des recherches historiques pour toutes les industries. Les rencontres avec les habitants, vivant autour ou dans des bâtiments nous semblant dater d’avant les années 80, nous ont alors servi à glaner des informations sur l’historique de l’édifice et ainsi parfois le faire entrer dans l’inventaire lorsqu’il correspondait aux critères de l’étude. Certains habitants nous ont même fait parvenir des documents d’archives comme des cartes postales. Le terrain nous a également permis de voir dans quel état de conservation ces édifices se trouvaient et s’ils existaient encore. Ainsi, durant cette phase de l’étude, la liste des édifices industriels se redessinait constamment en fonction de ceux qu’il fallait rayer car n’existant plus et ceux qu’il fallait ajouter car nous venions d’en apprendre leur existence.

Cimenterie Villeneuve – Roquefort-la-Bédoule

3- L’informatisation des données :

Des notices d’indexation ont été créées dans le Dossier Électronique d’Inventaire du patrimoine culturel GERTRUDE pour chaque édifice concerné par l’étude. Ces notices sont consultables sur la base de donnée du service de l’inventaire du patrimoine culturel : https://dossiersinventaire.maregionsud.fr/gertrude-diffusion/

Dans ces notices sont précisés plusieurs éléments d’identification :

Désignation :  Pour désigner le type de production industrielle qui est ou était réalisé dans le bâtiment, on utilise le Thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés, qui est un document de travail édité par l’Inventaire général du patrimoine culturel. Chaque secteur de production des industries correspondent à une dénomination précise à laquelle sont notamment rattachés des « termes généraux » et des « termes spécifiques » que nous devons renseigner de manière la plus exhaustive possible.  Ces termes sont a sélectionner dans le thésaurus préenregistré dans le Dossier Électronique d’Inventaire du patrimoine culturel GERTRUDE.

Localisation : On renseigne l’adresse de l’édifice de manière la plus précise possible, son numéro de parcelle cadastrale et on le géolocalise par un point ou un polygone (si le site industriel comprend plusieurs bâtiments) sur un fonds cartographique du Scan 25 de l’IGN.

Historique : On inscrit la datation de l’édifice dans une période qui correspond à une tranche de 25 ans. Ces périodes sont déjà préenregistrées dans le Dossier Électronique d’Inventaire du patrimoine culturel GERTRUDE, elles vont de la Préhistoire à l’époque contemporaine. Si la date de la construction de l’édifice est connue, il faut également l’inscrire et dire de quelle manière nous avons eu cette information.

État de conservation : On sélectionne parmi les valeurs préenregistrées dans le Dossier Électronique d’Inventaire du patrimoine culturel GERTRUDE l’état de conservation de l’édifice. Pour certains édifices auxquels aucune valeur ne correspondait, les termes « reconverti » et « en activité » ont été rajoutés.

Intérêt de conservation : Dans ce champ est noté toutes les observations et informations sur l’édifice qui ont été glanées durant l’étude, que ce soit les données obtenues par les recherches bibliographiques et archivistiques ou celles obtenues par les témoignages oraux lors de la phase de terrain.

Illustrations :  424 photographies légendées ont intégré le Dossier Électronique d’Inventaire du patrimoine culturel GERTRUDE. Cinq photographies maximum par édifice ont été sélectionnées afin d’avoir la meilleure compréhension possible de son architecture. Quand cela était possible, il s’est agit de prendre une photographie du bâtiment de face, de trois-quarts, de derrière, puis la vue générale du bâtiment pour voir l’environnement dans lequel il est implanté. En plus des photographies, l’extrait cadastral du bâtiment y est joint. Cet extrait est une capture d’écran prise sur le site cadastre.gouv sur lequel un rectangle rouge a été dessiné pour entourer l’édifice concerné.

Ancienne scierie Dublet, Gémenos

LE CORPUS

Le total des notices d’indexation s’élève à 204, ce qui signifie que sur les onze communes concernées par cet inventaire, il existe 204 édifices industriels datant d’avant les années 1980.

Four à chaux Lafarge, Roquefort-la-Bédoule

COMMUNES NOMBRE ÉDIFICES INDUSTRIELS
LA PENNE-SUR-HUVEAUNE 14
CARNOUX-EN-PROVENCE 16
ROQUEFORT-LA-BEDOULE 15
CASSIS 15
LA CIOTAT 16
AURIOL 18
ROQUEVAIRE 16
CEYRESTE 7
CUGES-LES-PINS 14
GEMENOS 17
AUBAGNE 56
Total 204

Le tableau ci-dessous renseigne sur la datation par siècle des différents édifices industriels pris en compte cet inventaire. On peut voir que la plus grande partie du bâti date du 20ème siècle, puis du 19ème siècle. A noter également une part non négligeable pour le bâti datant du 16ème siècle.

DATATION NOMBRE ÉDIFICES INDUSTRIELS
13ème siècle 2
14ème siècle 1
15ème siècle 2
16ème siècle 15
17ème siècle 5
18ème siècle 9
19ème siècle 53
20ème siècle 118

Les différents types de productions industrielles présentés dans le tableau ci-dessous ne correspondent pas au nombre d’édifices industriels concernés par l’étude dans le sens où dans certains cas il y a eu plusieurs types d’industries sur différentes périodes dans un même édifice. Ce tableau montre donc à titre indicatif les types de productions industrielles représentés dans ce travail d’inventaire.

DÉNOMINATION NOMBRE
USINE TEXTILE 10
FOURS SEMI INDUS 3
USINE DE CÉRAMIQUE 7
USINE DE PAPETERIE 12
USINE DE PEAUSSERIE 13
USINE DE PETITE MÉTALLURGIE 25
VERRERIE 3
USINE LIÉE AU TRAVAIL DU BOIS 37
USINE DE PRODUITS AGRO-ALIMENTAIRES 45
USINE DE CONSTRUCTION ÉLECTRONIQUE 1
USINE DE MÉCANIQUE DE PRÉCISION 1
USINE DE CONSTRUCTION ÉLECTRIQUE 2
USINE D’EXTRACTION 24
USINE D’HABILLEMENT 7
USINE D’IMPRESSION SUR PAPIER 4
USINE DE PRODUITS CHIMIQUES 22
USINE MÉTALLURGIQUE 14
USINE DE CONSTRUCTION MÉCANIQUE 17
TOTAL 247

Plus précisément, le tableau ci-dessous montre les secteurs d’activités spécifiques dans chaque type de production industrielle.

DÉNOMINATION
NOMBRE
DÉNOMINATION
NOMBRE
USINE DE PRODUITS AGRO-ALIMENTAIRES 45 USINE DE PAPETERIE 12
Usine de boissons non alcoolisées 4 Usine à papier 6
Distillerie 1 Usine d’emballage et conditionnement 2
Établissement vinicole 1 Usine de façonnage du papier 4
Minoterie 4 USINE DE CÉRAMIQUE 7
Moulin à huile 12 Poterie / Faïencerie 4
Moulin à blé 12 Briqueterie 1
Moulin à farine 5 USINE DE PEAUSSERIE 13
Usine de préparation d’un produit agroalimentaire 1 Tannerie 9 (dont 6 moulins à tan)
Confiserie 1 Usine de maroquinerie 4
Conserverie 2 USINE TEXTILE 10
Glacière (de production) 1 Usine de blanchiment 1
USINE DE CONSTRUCTION ÉLECTRONIQUE 1 Usine de bonneterie 1
FOURS SEMI INDUS 3 Moulin à foulon 5
Fours à cade 3 Filature 4
USINE DE MÉCANIQUE DE PRÉCISION 1 Usine d’apprêt des étoffes 6
USINE D’IMPRESSION SUR PAPIER 4 USINE DE CONSTRUCTION ÉLECTRIQUE 2
Imprimerie 4 Usine de matériel électroménager 2
USINE DE PETITE MÉTALLURGIE 25 USINE D’EXTRACTION 24
Usine de chaudronnerie 6 Carrière et usine de fabrication de matériaux de construction 17
Usine de serrurerie 14 Carrière et usine de taille de matériaux de construction 10
Usine de ferblanterie 2 USINE D’HABILLEMENT 7
Usine de quincaillerie 2 Usine de chaussures 2
USINE LIÉE AU TRAVAIL DU BOIS 37 Usine de confection 5
Usine de transformation du liège 2 VERRERIE 3
Scierie 14 Usine de verre creux 1
Tonnellerie 2 Usine de verre plat 1
Usine de fibre de bois 1 USINE MÉTALLURGIQUE 14
Usine de menuiserie-ébénisterie 18 Usine de fabrication des métaux 1
Usine de meubles 3 Usine de traitement de surface des métaux 1
USINE DE PRODUITS CHIMIQUES 22 Usine de transformation des métaux 11
Parfumerie 1 USINE DE CONSTRUCTION MÉCANIQUE 17
Usine de caoutchouc 2 Usine de construction automobile 1
Usine de traitement des corps gras 4 Usine de construction métallique 1
Usine de gaz comprimés 1 Usine de construction navale 1
Usine de matières colorantes synthétiques 4 Usine de matériel ferroviaire 2
Usine de matières plastiques 11 Usine de cycles 1
Usine de pièces détachées en matières plastiques 2 Usine d’appareils de levage et de manutention 1
Usine de produits d’entretien 1 Usine de matériel d’équipement industriel 5
Usine de produits pharmaceutiques 1

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.