3ème Conférence Régionale des acteurs de la prévention et de la lutte contre la pauvreté

Construire ensemble les parcours d’insertion des personnes

Jeudi 9 janvier 2020

Grand amphithéâtre de Centrale Marseille

Paroles Vives a assisté à la 3ème Conférence Régionale de lutte contre la Pauvreté. 400 acteurs étaient réunis en présence de Christelle Dubos Secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Pierre Dartout Préfet de la Région PACA, Joelle Chenet Haut-commissaire à la prévention et à la lutte contre la  pauvreté auprès du préfet, des élus, des associations, des travailleurs sociaux et des bénéficiaires.

Cette conférence s’inscrit dans le « Plan pauvreté » lancé par Emmanuel Macron en 2018 avec de grands chantiers comme le service public de l’insertion ou le revenu universel d’activité. Cette rencontre était l’occasion de faire le point sur la mise en oeuvre en PACA de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Les 5 engagements de la stratégie pauvreté

  1. Agir dès les premiers âges de la vie pour en finir avec la reproduction de la pauvreté
  2. Garantir les droits fondamentaux des enfants et lutter contre les privations au quotidien
  3. Assurer un parcours de formation pour tous les jeunes
  4. Un meilleur accès aux droits et un accompagnement pour lever les freins à l’emploi
  5. Mieux accompagner pour faciliter le retour à l’activité et la sortie de la pauvreté

Les élus intervenants se sont montrés confiants et satisfaits des avancées de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et n’ont pas hésité à utiliser les termes à la mode, « décloisonnement », « dynamique territoriale », « partenariats », « vision globale ». L’enveloppe budgétaire augmentera de € 4M à € 16M pour finir les actions des groupes de travail.

« Le Village » à Cavaillon

Des projets innovants ont été présentés notamment, l’association  d’insertion et d’accueil « le Village » qui accompagne, emploi et héberge des personnes en situation précaire.

La Fondation de Nice a présenté un atelier d’adaptation à la vie active pour un public fragile, notamment des personnes victimes d’addiction en leur permettant d’accéder à un premier niveau d’insertion professionnelle en amont des structures qui relèvent de l’Insertion par l’Activité Economique : débarrassage et récupération de meubles, déménagements, rénovation, etc.

La Fondation interpelle notre assemblée sur la fragilité de son action à cause du manque de financement. Ainsi, beaucoup de questions restent encore sans réponse. D’une part, les élus se montrent confiants et enthousiastes, les associations présentent des projets « inspirants », d’autre part les associations font part de leur fragilité et des difficultés grandissantes pour financer leurs projets malgré la hausse de l’enveloppe budgétaire pour lutter contre la pauvreté.

Comment est distribué l’argent ? A l’heure où les politiques publiques encouragent le décloisonnement des actions et le travail en réseau, le système de financement en silo entrave ce type d’actions. L’Etat est-il en mesure de répondre aux besoins des petites associations qui sont sur le terrain et qui mènent des actions au plus près des personnes en difficulté ?

Prévention contre la pauvreté ou nouvelle manne pour la start-up nation ?

L’automne des associations de terrain ?

Les associations de terrain doivent se mettre à la page de toutes ces institutions et politiques publiques qui détiennent le pouvoir de financer ou pas. Il est demandé d’être innovant et productif, de produire du résultat à la manière d’une start-up ! Combien de sorties positives pour un chantier d’insertion quand on sort d’une ressourcerie… Quels emplois après ? Comment peut-on mettre les structures porteuses de projets autour de l’accompagnement à la construction du projet de vie dans un paradoxe tel ? Les discours flamboient mais les financements sont de plus en plus réduits, obligeant nombre de structures associatives à mettre la clefs sous la porte ou à développer des prestations pour renflouer et maintenir la trésorerie. Les associations qui travaillent dans le milieu social souffrent et sont de plus en plus précarisées. Quand la casse va-t-elle s’arrêter ?

Les politiques publiques et tous les programmes pondus sont de plus en plus lointains des réalités de terrain. Les portails et autres plateformes pour saisir les dossiers de demande de subvention ou les bilans des actions se multiplient exponentiellement. On parle même de start-up d’Etat comment une telle dénomination n’insurge-t-elle pas ? On fait dans l’antilogie et cela devient banal.

Le secteur social devient un secteur marchand. Il attire des acteurs qui n’avaient jamais menés de mission sociale avec une réflexion ancrée dans l’expérience et les partenariats de terrain. Depuis ces 2 ou 3 dernières années, un nombre important d’appels à projet nationaux prônent le regroupement ou sélectionnent des structures qui leur ressemblent avec si peu de lien avec l’action de terrain… Mais que vont devenir ceux qui agissent s’ils ne peuvent plus capter les financements ? Et que vont devenir les actions si ceux qui les captent planent au-dessus des réalités…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search