Français à visée professionnelle : Projet d’accompagnement multipartenarial renforcé en vue de résorber deux bidonvilles de Marseille

article co-rédigé par Élodie MANIAVAL et Alice DERÉGNAUCOURT


Le cadre du projet

Ce projet s’inscrit dans la suite de deux circulaires interministérielles. La première, du 26/08/2012 adressée aux préfets, “relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites”, entraînait des expulsions avec trop peu de solutions préalables. A Marseille, c’est à l’automne 2016, sous l’impulsion des associations de terrain, que le préfet délégué à l’égalité des chances instaure un groupe de travail partenarial sous l’égide de la Direction départementale déléguée de la DRDJSCS pour l’élaboration d’un projet d’«occupation temporaire». En 2017, plusieurs associations ont réalisé des diagnostics techniques et sociaux dans les bidonvilles, avant le lancement, le 24 janvier 2018, du projet d’accompagnement multipartenarial renforcé. Ce projet entre en cohérence avec la nouvelle circulaire publiée le 25 janvier 2018 : L’instruction du Gouvernement du 25 janvier 2018 vise à donner une nouvelle impulsion à la résorption des bidonvilles et prolonge cette Circulaire en préconisant aux Préfectures de :
1 – mettre en place, dans chaque département concerné […] des stratégies territoriales pour le traitement des campements illicites et des bidonvilles en vue de leur résorption ;
2 – apporter des réponses différenciées en fonction des caractéristiques des campements et des personnes ;
3 – lutter contre la grande précarité et assurer le respect des lois de la République ;
4 – mobiliser les financements de l’État et les cofinancements.
http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=42949

La vie dans les squats et bidonvilles des Roms

Dans les bidonvilles, le quotidien s’organise autour de la survie, de la recherche d’un peu d’argent pour pouvoir nourrir sa famille, au travers d’activités de ferraillage, de revente d’objets et de vêtements, de manche. En parallèle, pour ceux qui ont choisi de s’installer en France, c’est le labyrinthe des démarches afin de sortir de la relégation sociale. En général, les enfants sont inscrits à l’école, les jeunes orientés vers la Mission Locale, les adultes inscrits au Pôle Emploi. Des personnes entrent en formation, des droits sociaux s’ouvrent… Tout ceci tandis qu’avance la procédure d’expulsion du lieu occupé illégalement car une procédure juridique est très fréquemment initiée par le propriétaire. Le juge prononcera quasi invariablement l’expulsion des occupants sans droit ni titre, ce qui a pour conséquence de rompre ou d’interrompre les parcours scolaire, de santé, de formation, d’emploi et de maintenir les personnes expulsées dans la précarité par la recréation immédiate du bidonville et/ou l’occupation d’un nouveau squat, dans un environnement proche.
(extrait du Protocole d’accord signé avec les partenaires et les services préfectoraux)

Quelles solutions alternatives ?

L’expérimentation d’un accompagnement multi partenarial renforcé, piloté par la Préfète déléguée pour l’égalité des chances des Bouches-du-Rhône et coordonné par la DRDJSCS PACA, a été mis en place sur deux squats marseillais afin de tester un dispositif d’«occupation temporaire de lieux de vie». Certaines conditions préalables doivent être remplies telles que : la volonté des habitants de s’inscrire dans l’accompagnement vers un logement et l’emploi, l’absence de projet à court terme concernant le bien public occupé, l’absence de dangers structurels ou environnementaux majeurs, un nombre d’habitants limité.
Cette « occupation temporaire des lieux », prévue sur une durée de deux ans, a une visée double :
Pour la Préfecture, il s’agit de sortir de la gestion de l’urgence engendrée par les expulsions à répétition tout en fermant les sites lorsque deux années se seront écoulées, à compter de la signature de “l’occupation temporaire des lieux” par les habitants. Au terme de ces deux ans, les deux squats seront censés être inhabités car les habitants auront été relogés grâce à leur implication dans le projet d’accompagnement vers l’insertion par le logement et l’emploi.

Pour les habitants, il s’agit d’être acteur de leur parcours d’insertion. L’espace-temps qui leur est donné rend davantage possible la réalisation des démarches d’insertion sociale de droit commun (domiciliation, droits à la santé, demande SIAO, inscription à Pôle Emploi…) et la construction des projets personnels ou familiaux. Les acteurs associatifs peuvent prendre le temps d’intervenir et d’accompagner sans rupture de parcours ou de prise en charge. L’ « occupation temporaire des lieux » permet ainsi aux ménages qui le souhaitent de se préparer à entrer dans des dispositifs d’insertion par le logement et l’emploi, en vu de quitter le squat.

Parallèlement à ces deux objectifs généraux, donner aux personnes l’opportunité d’habiter un lieu pendant un temps donné a pour but de favoriser leur implication (aménagement et entretien du site) et ainsi d’éviter sa dégradation et les tensions avec le voisinage qui peuvent en découler. De plus, le temps de cette transition, il y a la volonté d’améliorer les conditions de vie des personnes, afin de réduire les risques qui y sont liés (sécuritaires et sanitaires) et de garantir leur dignité.

Actions mises en oeuvre sur le terrain dans le projet d’accompagnement multipartenarial renforcé

Les sites ont été identifiés sur la base des critères évoqués plus haut. Il n’y a pas de péril imminent et les familles sont en démarches d’insertion. Les enfants sont scolarisés ou en attente d’affectation scolaire.
Le premier site est situé dans le 10ème arrondissement de Marseille ; il s’agit d’un vaste terrain de 19000m2 fermé par des murs d’enceinte et un portail, comprenant 2160m2 de locaux. Il y a des accès à l’eau courante mais le bâtiment n’est pas alimenté en électricité (des piquages sont effectués la nuit pour le fonctionnement des équipements ménagers). Certaines zones du terrain sont utilisées pour le stockage de ferraille. Environ 19 familles vivent sur le site, 15 d’entre elles ont bénéficié d’un diagnostic social, soit 43 personnes (27 adultes, 1 mineur chef de famille et 15 enfants).
Le deuxième site est situé dans le 15ème arrondissement de Marseille. Il s’agit d’un ancien hôtel situé en retrait de la route, composé d’un bâti d’environ 720m2 et d’un extérieur d’environ 240 m2. L’accès à l’eau courante et à l’électricité a été installé par Médecins du Monde. Il n’y a pas de déchet de ferraillage sur le site. Une vingtaine de ménages vivent sur le site. 10 familles ont fait l’objet d’un diagnostic (21 adultes et 19 enfants).

Plusieurs associations sont mobilisées sur le terrain. L’AMPIL, s’occupe du diagnostic social et de l’accompagnement social et professionnel des familles, tandis que Médecins du Monde participe, en articulation avec les acteurs de droit commun, au suivi de santé. Rencontres Tsiganes apporte un accompagnement juridique, Architectes Sans Frontières rédige des grilles d’évaluation techniques et réalise, avec l’aide de JUST, des aménagements pour l’amélioration des conditions de vie. Paroles Vives anime des ateliers de français pour permettre aux familles d’être actrices dans leurs démarches d’insertion et d’emploi grâce à une approche active et participative via la valorisation de leurs compétences avec l’élaboration de CV (par le récit de vie), des ateliers de coaching à la recherche d’emploi et de présentation de soi.

Focus sur les actions de Paroles Vives

Paroles Vives intervient 3 fois par semaine sur chaque site. La régularité du suivi et la présence renforcée de l’association est indispensable pour construire une relation de confiance avec les familles, démontrer l’engagement sur le terrain et amener les personnes à s’inscrire dans des propositions d’inclusion sociales et professionnelles.
32 ménages ont été rencontrés par Paroles Vives sur les 2 sites (19 pour le premier site, 13 pour le deuxième site).

Au départ, la mission s’est attelée à travailler individuellement avec les ménages :

  • sur les acquis et les compétences des personnes via la collecte du récit de vie afin de valoriser les savoir-faire, les connaissances et les savoir-être, dans l’objectif de réaliser des CV détaillés.

  • Parallèlement, Paroles Vives a élaboré avec les ménages un outil appelé “carnet de famille” pour une meilleure appréhension de l’écrit afin de leur permettre d’être davantage autonomes dans leurs démarches et la gestion de leurs documents. L’outil “carnet de famille” se présente sous forme de dossier constitué de plusieurs pochettes qui permettent de classer des documents personnels et administratifs à l’aide de pictogrammes et de mots étiquettes facilitant la reconnaissance de mots clés.

Dans un deuxième temps, des ateliers en petits groupes (de 2 à 7 apprenants) ont été mis en place.

  • Des ateliers “d’accompagnement vers l’emploi” pour apprendre à présenter son CV, parler des métiers souhaités, préparer un entretien d’embauche, se familiariser avec les outils numériques
  • Des ateliers “Carnet de famille” pour se présenter, maîtriser les documents écrits et les démarches administratives, exprimer et/ou construire son projet de vie.

 

Afin de permettre une bonne cohérence et efficacité du suivi auprès des ménages, depuis l’automne 2018, des réunions collectives avec les familles ont été mises en place sur les sites, suivies de réunions de travail collaboratives entre les opérateurs de terrain (Ampil, ASF, Just, Médecins du Monde, Rencontres Tsiganes, Paroles Vives). Il est remarquable que parallèlement au travail d’accompagnement et de formation à l’oeuvre sur le terrain, un autre se fait jour dans l’établissement de missions collaboratives et transversales entre les opérateurs de terrain. Il s’agit là d’une approche novatrice à développer pour le bien du travail du champ de l’insertion ainsi que pour celui des bénéficiaires. Ainsi, ces personnes pourraient sortir plus armées des bidonvilles et de la très grande précarité et participer à la société qu’ils ont choisie.

L’expérimentation en cours sur l’insertion sociale et professionnelle des habitants des bidonvilles à Marseille par la stabilisation temporaire et l’accompagnement renforcé constitue un terrain plus que favorable à la recherche-action et l’évaluation continue sur le processus en cours. Cette expérimentation nous permet aujourd’hui de nous interroger sur les éléments permettant l’adhésion du bénéficiaire car il est remarquable par tous les accompagnateurs que les personnes sont parfois difficilement mobilisables. Il est fondamental de ne pas s’arrêter à une conclusion trop rapide sur le manque d’implication. Plusieurs raisons expliquent cette posture des personnes et sont à chercher avec elles, en dehors de toutes considérations ethniques et/ou culturelles. Il s’agit de se pencher précisément sur les leviers de la mobilisation (ex : mise en place d’un pécule pour la participation aux ateliers, environnement des ateliers…). Cet intérêt sera utile et profitable à l’ensemble du travail social et d’insertion professionnelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.