Archives par mot-clé : Serres

Hors-piste, un programme de soutien aux initiatives citoyennes et de développement local

Hier, lundi 22 mai, à Serres, commune située dans les Hautes-Alpes se tenait une rencontre à l’initiative de la Fondation de France : Hors-Piste, dynamiques territoriales.

 

Cette rencontre réunissait les porteurs de projets du sud du département des Hautes-Alpes. Paroles Vives est soutenue dans le cadre de ce programme sur son projet « Logiques de vie, logiques de territoires » et c’est à ce titre que nous y avons participé.

Lundi 22 mai à Serres (05700) – Rencontre de la Fondation de France avec les porteurs de projets autour des implications du programme « Hors-Piste » sur le territoire et les acteurs.

Étaient conviés :  Écoloc, Serres Lez’Arts, Les amis du Village touristique de Serres, Café la Cure, Compagnie Le Pas de l’Oiseau, la MJCLudambuleLe Hang’Art et Aventic. Pour animer la réunion Bruno Carlon du cabinet Territori se partageait la parole avec les bénévoles, Maïten Bel, Rose Meunier, et la responsable du secteur Méditerranée, Cécile Malo, de la Fondation de France.

L’objet de notre rencontre

L’objet de la rencontre consistait, à partir des projets développés, de mesurer si, et comment, ce programme expérimental engendre des dynamiques territoriales et la mobilisation, la participation des habitants.

Après un premier tour de table de présentation des projets, Bruno Carlon a ouvert la discussion en posant le cadre de la rencontre autour de l’impact de l’expérimentation « Hors-Piste », plus précisément, sur le degré  et la qualité des « dynamiques territoriales » engendrées. Ainsi est-ce qu’à travers les actions développées, cela contribue à ouvrir vers d’autres populations/publics ? Est-ce que cela participe à l’amélioration des conditions de vie ? Qu’en est-il de la qualité et de l’impact des relations sociales ? Peut-on voir d’autres formes de coopérations ? Cela permet-il une meilleure intégration sociale ? Peut-on dire qu’il y a eu de nouvelles collaborations inter-associatives ?…

Besoins de définitions

Les échanges ont démarré sur la définition des termes à évaluer : « dynamiques territoriales », « participation » et « participant ». Il a été évoqué la notion du participant et du consommant, quel bénéficiaire ? Fait-on des actions, crée-t-on des lieux pour que tous participent ? Les Ecolocs propose que les bénéficiaires ne soient pas que les participatifs mais aussi les contemplatifs. Car, « si la participation devient la condition alors elle peut avoir un effet d’exclusion. Les bénéficiaires ne sont pas que les participants mais aussi simplement les « consommateurs ». Il faut des gens qui savent regarder, recevoir… Toutes les personnes même les immobilismes, les vieux, les flemmards… font partie des bénéficiaires« . De plus, concernant l’impact dynamisant, nous partageons le point de vue d’Écoloc, les effets se font à une échelle micro et donc difficile de parler avec ces grands mots.

Par rapport à la notion de participation, Aventic a évoqué les conditions de mise en place et de continuité dans le temps, comme des modalités du renouvellement des acteurs-participants. Quand ce sont des salariés qui mettent en place des actions à vocation participative envers les publics visés, la participation peut s’avérer laborieuse. Alors sans vraiment pouvoir trouver de réponse, les débats ont porté sur les conditions de la participation. Pour nous à Paroles Vives, la question porte sur comment permettre l’appropriation par les « bénéficiaires » ou autrement dit comment susciter l’envie, le désir de participer, de s’approprier l’action, l’engagement. C’est ce à quoi nous travaillons pour fédérer et mobiliser, d’une part, les partenaires à co-réfléchir avec nous sur les processus d’installation des familles, et d’autre part, les familles pour avoir le souhait, le projet de vie de s’installer ailleurs. De leur côté, les bénévoles du Café La Cure ont trouvé leur méthode : ne pas employer de salarié, tous sont bénévoles afin de limiter ces écueils de délégation de la mobilisation à des salariés mais aussi pour éviter de concentrer une partie de l’action sur la pérennisation de leur poste. Conséquemment, ces questions ont entraîné celles sur la fédération des personnes autour d’un objectif et la capacité de ce groupe, que l’on pourrait appeler les fondateurs, à s’ouvrir mais aussi à se renouveler ? De la même manière, s’est posée la question faut-il rédiger une charte ou pas ? Là aussi pas de consensus mais une écoute mutuelle des arguments.

Un autre point des débats concernait les dynamiques créées entre les associations, à ce titre le projet et lieu développés par le Café Espace Multiculturel – CEM (qui nous accueillait pour cette rencontre) est remarquable, répondant à la fois aux besoins de mutualisation d’espace, de mise en place d’événements communs, de croisement des publics et d’amélioration de la visibilité. Le manque de temps sûrement, n’a pas permis d’évoquer l’histoire et les conditions de ce collectif d’associations. Une des raisons de la création de ce collectif présentée par Serres Lez’Arts évoquait les problèmes d’identité et de reconnaissance « avant le collectif (CEM), il y avait des problèmes de perception des associations par la Mairie, et de l’autre côté les associations voyaient la mairie statique. Donc le CEM a permis de créer une dynamique : un relais politique qui se crée. »

Et la suite…

A l’issue de ces débats, Maïten Bel, soucieuse de pouvoir synthétiser, nous a tous questionnés sur les perspectives de développement de nos projets. Pour Paroles Vives et « Logiques de vie, logiques de territoires« , la première année s’est attelée autour de la mobilisation et fédération des territoires que nous avions relevés comme partenaires, ou dont les acteurs/habitants se sont mobilisés auprès de nous. Mais au potentiel d’accueil qui ne s’est pas manifesté suffisamment rapidement, ni suffisamment structuré, s’est ajouté un contexte politico-administratif peu sensible et quasi indisponible à cette orientation de développement local. Ces conditions n’ont pas été optimales pour permettre à aucune des 6 familles que nous avons accompagnées de venir s’installer. Cela nous conduit, depuis ce printemps 2017, à ouvrir notre mobilisation aux collectifs de citoyens qui se sont regroupés activement autour de l’accueil des réfugiés et des migrants. Ces collectifs informels, plus mouvants, sont aussi plus réactifs, leur implication citoyenne et militante permet d’envisager une mise en place à échelle humaine et non plus seulement administrative. Ainsi pour poursuivre, deux axes sont à développer, en parallèle des chantiers ouverts précédemment, la transmission et l’accompagnement de ce projet d’accueil et de dynamisation du territoire par l’installation de familles auprès des collectifs citoyens. Il s’agirait de mettre en place les conditions de l’appropriation des outils que nous avons développés pour l’ingénierie sociale mais aussi pour la création de parcours d’insertion, voire de développement de niches d’activités par exemple autour de l’itinérance et des services à la personne ou du recyclage. A ce titre, cette rencontre est la bienvenue pour à la fois mieux appréhender les projets en cours mais aussi les potentiels relais et collaborations à envisager.

Enfin, le dernier point évoqué, les aspects financiers ont eu un effet rassembleur de nos différentes structures, tous souffrons d’une grande fragilité car éminemment dépendants des financements publics et notre capacité d’autofinancement est trop insuffisante. La conclusion pourrait être que si la Fondation de France cesse son soutien, il n’est pas sûr que cela perdure… Aussi, comment la Fondation de France peut-elle continuer auprès des porteurs de projet ? Quelques pistes non financières se sont dégagées : en ingénierie par exemple pour le montage des dossiers Leader, par la mobilisation de donateurs sur le territoire qu’ils soient au niveau des privés comme des collectivités. Enfin, il a été proposé deux possibilités respectivement par Écoloc et Aventic, qui sont parfaitement complémentaires, d’une part la création d’un « pot commun » dans lequel les structures mettraient une participation et dont le solde pourrait servir quand une structure connaît une difficulté financière ou un retard de trésorerie ; d’autre part la création d’une SCIC permettant aux personnes morales de participer, et en outre d’être reconnues d’utilité publique.

Maintenant, nous attendrons les retours de la Fondation de France sur cette rencontre et les potentielles suites de soutien pour le maintien, voire le développement de nos actions.

Un grand merci à tous.