Archives par mot-clé : intégration

Immigration and Integration, Paroles Vives à Molenbeek les 22 et 23 juin 2017

Immigrés et intégration, un projet européen visant à évaluer et identifier les bonnes pratiques concernant les parcours d’intégration des populations immigrées en Europe et rédiger une charte d’accueil pour les étrangers

Dans le cadre du projet européen Immigration and Integration, Paroles Vives a participé à la troisième table ronde organisée à Molenbeek les 22 et 23 juin 2017 par les associations italiennes Alisei Coop (insertion et accompagnement aux immigrés par le travail et le logement) et Cidis Onlus (accueil et intégration des étrangers). Six pays européens sont représentés par diverses structures privées (association, fondation) ou publiques (commune et service communal).

Molenbeek (dont le nom complet est Molenbeek-Saint-Jean) fait partie des dix-neuf communes qui forment actuellement la Région de Bruxelles-Capitale. Cette ancienne cité ouvrière à l’architecture typiquement bruxelloise est un quartier populaire de l’Ouest de Bruxelles situé à un kilomètre de la Grand-Place. Hâtivement présentée comme un ghetto islamiste, la commune est, en réalité, très contrastée. Il y a une zone commerçante populaire où les femmes sont majoritairement voilées, mais aussi de longues avenues avec des immeubles cossus et de charmantes maisons individuelles.

Place de Molenbeek
Place de Molenbeek

 

Molenbeek a beaucoup fait parler d’elle suite aux attentats de Paris en 2015 car, plusieurs terroristes en étaient originaires, y avaient séjourné où s’y étaient réfugié. Aussi, les médias internationaux ont contribué à relayer l’image d’un quartier désigné comme le « terreau de la radicalisation et du djihadisme », le «berceau du terrorisme européen », ou encore « la plaque tournante belge du terrorisme islamiste ». Plusieurs questions ont été soulevées dans la presse et dans les débats politiques : Pourquoi Molenbeek ? Les programmes de déradicalisation ont-ils été inefficaces ? A qui la faute ? Certains placent la responsabilité au niveau local, d’autres pensent que c’est au niveau fédéral et européen que se situe le problème et notamment qu’il y a un manque de coordination avec les services de renseignement.

Il est important de ne pas tomber dans la caricature, ni faire d’amalgame. Ainsi, dans le cadre du projet européen « Immigrés et intégration » il était très intéressant de venir à Molenbeek afin d’avoir un regard plus direct, sans le prisme des médias, sur la réalité de ce quartier et de découvrir une partie des programmes mis en place pour l’intégration et le « vivre ensemble » à travers les yeux des acteurs et des usagers directement concernés : les collectivités, les associations locales et les habitants de Molenbeek.

A ce titre, nous remercions l’ASBL Lutte contre l’exclusion sociale à Molenbeek qui nous a accueillis dans ses locaux et qui a magistralement organisé des rencontres avec des associations locales. Par cette rencontre, un tournant est abordé par ce projet et les travaux à y mener : se mettre en posture d’observation directe, auprès des acteurs du territoire et sur leur site d’action.

Molenbeek, d’une commune ouvrière à un quartier communautaire

Sarah Turine (échevine de la jeunesse, de la prévention et de la cohésion sociale, du dialogue interculturel et de la lutte contre l’exclusion sociale à Molenbeek-Saint-Jean) a débuté les échanges en expliquant l’histoire de ce quartier. Molenbeek était traditionnellement un quartier d’ouvriers wallons et flamands, ils ont progressivement été remplacés par des ouvriers italiens et espagnols, puis, à partir des années 60, par des ouvriers marocains et turques. Aujourd’hui Molenbeek est la seconde commune la plus pauvre de Belgique et une des plus densément peuplées.

L’échevine explique que ces quartiers pauvres ont pendant longtemps été délaissés et qu’il faut aujourd’hui rattraper 30 ans de retard. Dans les années 60 et 70, les trois pays (Belgique, Maroc, Turquie) pensaient que l’arrivée de migrants était temporaire ce qui explique, qu’à l’époque, qu’il n’y ait pas eu de politique d’intégration (apprentissage de la langue) et la 2ème génération en a pâti. Puis cela a commencé à changer pour deux raisons : d’une part, la création de la région Bruxelloise a poussé à prendre soin de ces quartiers ; d’autre part, en 1991 des émeutes ont éclaté dans un contexte caractérisé par la discrimination raciale et le sentiment d’abandon des jeunes issus de l’immigration, lesquels étaient pris entre deux modèles de vie. Ces évènements ont été un électrochoc et une série de mesures ont été adoptées pour revitaliser le quartier et des projets de cohésion sociale ont été financés.

Sarah Turine constate qu’avant les attentats du 11 septembre, les jeunes issus de l’immigration étaient désignés comme « jeunes étrangers ». Il n’y avait pas de connotation négative liée à la xénophobie classique. Ensuite, la façon de percevoir l’autre a changé. Il y a eu une montée de l’islamophobie et parallèlement une montée de l’islamisme radical importé de l’Arabie Saoudite. Elle déplore aujourd’hui que ces jeunes soient surtout vus comme de «jeunes musulmans ».

La question de l’identité et de la religion, comme le glissement dans les dénominations de « l’autre »,  sont alors soulevés par les partenaires européens participants à la table ronde. Le constat est fait qu’en Europe, « nous payons le prix d’avoir laissé de côté la question identitaire ». Les 2e et 3e générations ne se sont pas senties reconnues comme citoyen, ni appartenir à la société.

Une question se pose alors : si cette difficulté identitaire avait été  prise en compte par les pouvoirs publics, cela aurait-il pu éviter certains problèmes ?

Des expériences et des réflexions de ces premiers débats ressort une hypothèse autour du besoin de « religieux ». Ces jeunes ne s’inscrivent pas dans la continuité de la vie de leur parents, ni dans un projet de société dont ils se sentent exclus. La religion telle qu’ils la découvrent par eux-même, pourrait correspondre davantage à une quête identitaire, un raccrochage aux coutumes et à une tradition, qu’à un besoin de spiritualité religieuse. Des témoignages précisent que dans la plus grande partie des familles musulmanes issues de l’immigration, la religion est vécue de manière traditionnelle, selon une transmission orale et vécue, sans littérature. Les débats font ressortir que ces jeunes gens en quête identitaire cherchent des réponses et vont les trouver sur internet, avec le risque d’avoir peu de recul sur les producteurs de contenus. Un témoignage précise que beaucoup de sites ont véhiculé un message simpliste de l’islam avec une lecture binaire du monde. L’hypothèse que la crise identitaire de ces jeunes, totalement occidentalisés dans leur pratique et langage, pourrait les conduire à être des cibles faciles à manipuler, semble partagée par les différents intervenants de cette rencontre.

Comment prévenir la radicalisation ?

Les cours de religion sont-ils un rempart contre le radicalisme ? En Allemagne, l’éducation religieuse est proposée comme mesure de prévention. Il y a eu des cours à l’école mais pas assez. En Belgique, l’apprentissage de la religion n’est pas réservé aux seuls établissements confessionnels privés. L’enseignement belge subventionné propose aux élèves du primaire et du secondaire de suivre soit un cours de morale, soit un cours confessionnel, au choix de l’élève, qui peut être, catholique, juif, protestant, musulman ou encore orthodoxe. A l’opposé de la France laïque qui relègue dans la sphère privée la question religieuse, la Belgique, reconnaît l’expression publique et le traitement égal de tous les cultes. En Italie et en Espagne, seuls des cours de religion catholique sont proposés dans les établissements publics.

Peut-on agir dans les mosquées pour freiner le radicalisme ? En Belgique, certains courants radicaux venus du Moyen-Orient existent même si c’est minoritaire. Le gouvernement souhaite organiser une formation spécifique des imams et des professeurs pour mettre en avant un islam de Belgique. Il y a à Molenbeek un conseil consultatif des mosquées qui est encadré.

L’enseignement religieux dans les écoles et le travail avec les mosquées n’est pas suffisant. Le problème est aussi d’ordre socio-économique. A Molenbeek, il y a surtout des problèmes de précarité. Le constat est le même en Espagne, en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. A titre d’exemple, les personnes qui sont parties en Syrie, constituent une minorité à la marge de la société, ce sont des jeunes délinquants qui pour la plupart ne fréquentent pas les mosquées.

Canal de Molenbeek
Canal de Molenbeek

 

A Molenbeek il y a un secteur associatif riche porté par la population issue de l’immigration qui propose des activités socioculturelles. Néanmoins les quartiers populaires souffrent d’un déficit d’associations citoyennes  et de comités de quartiers. Ce constat a soulevé beaucoup de questionnements au sein du groupe qui a souligné l’importance de la co-production. Il est en effet essentiel de travailler ensemble pour définir des outils et des mesures de participation citoyenne et d’intégration.

Présentation de l’étude de l’Institut Européen de la Paix

La présentation de l’étude menée par l’Institut Européen de la Paix a apporté des éléments de réponse concernant la participation citoyenne. L’IEP  pilote des enquêtes de terrain au sein des communautés locales qui sont confrontées à la polarisation et à une diminution de la cohésion sociale. Il conduit des études indépendantes qui lui permettent de comprendre le tissu social d’une communauté. Suite aux attentats de 2015, une étude sociologique a été menée à Molenbeek dans le but de définir ce que les habitants pensaient de leur quartier. L’objectif est de comprendre comment les gens interagissent les uns avec les autres, d’observer leurs relations avec les services publics, les problèmes qu’ils identifient au sein de leur propre communauté et d’envisager les solutions potentielles aux problématiques qu’ils soulèvent.

Il était important d’avoir une connaissance profonde de la situation à Molenbeek à travers les réactions directes des habitants. Le rapport a soumis des recommandations à la commune portant sur les politiques locales, les stratégies de prévention et la manière de faire entendre les voix des habitants. Pour résoudre les problématiques de violence, les habitants estimaient qu’il fallait améliorer l’offre éducative, l’accès à l’emploi et à la formation avant d’améliorer l’accès à la religion et à l’éducation religieuse. Il est ressorti que l’augmentation de la violence était la conséquence de l’exclusion sociale. Le rapport complet  de cette étude est disponible en ligne en cliquant sur ce lien.

Visite de l’association communale LES (Lutte contre l’Exclusion Sociale) à Molenbeek l’ASBL

Entrée des locaux de la LES
Entrée des locaux de la LES

Catherine de Meyer, Directrice-Adjointe en charge du SAMPA  nous a guidés à travers les différents services répartis sur plusieurs étages du bâtiment moderne situé en plein centre de Molenbeek :

  • Service d’Accompagnement des Primo-Arrivants (SAMPA)
  • Cellule de lutte contre le décrochage scolaire
  • Service d’aide et d’accompagnement socio-juridique
  • Service de soutien psychosocial
  • Service Communal d’Accompagnement pour Primo-Incarcérés (SCAPI)
  • Service de proximité, la Maison de la Femme (activités pour jeunes filles et jeunes femmes de Molenbeek-Saint-Jean)

La Maison de la Femme, un exemple d’association pour la lutte contre l’exclusion de la Maison de la Femme

La Maison de la Femme a comme objectif d’être un espace convivial d’apprentissage, d’émancipation et d’épanouissement des femmes.

Elle propose une permanence sociale, des cours d’alphabétisation en français, des activités socioculturelles, interculturelles, citoyennes, sportives, des cours de cuisine, de couture et des ateliers créatifs.

Visite de l’atelier couture de la Maison de la Femme

Avec des femmes du quartier, nous avons partagé un repas convivial qu’elles avaient préparé à l’occasion de la rupture du jeûne (la visite a eu lieu pendant la période du Ramadan). Cela a été l’occasion de faire de belles rencontres, de découvrir les activités proposées pour favoriser le « vivre ensemble ». Nous avons pu longuement échanger avec ces femmes qui aiment participer aux soirées ciné-débats, aller à la piscine et qui sont parfois fatiguées de la mauvaise réputation dont souffre leur quartier.

Rupture du jeûne à la Maison de la Femme
Rupture du jeûne à la Maison de la Femme

 

Visite de MolenGeek

Nous avons rencontré Ibrabim Ouassari, co-fondateur de MolenGeek qui a expliqué que les médias avaient beaucoup parlé de Molenbeek ces derniers temps suite aux attentats de Paris et de Bruxelles. Il a ajouté ; « notre couveuse de talents offre une toute autre image de ce que Molenbeek peut proposer ».

Le principe est simple « des jeunes avec une bonne idée apprennent à développer une application pour les téléphones et en font leur entreprise, par exemple, une application pour pouvoir référencer sur une carte tous les défibrillateurs à Bruxelles, ou encore une application d’utilité publique avec une carte qui dira, en temps réel, aux personnes à mobilité réduite, quelles rues sont en travaux et quels commerces sont accessibles ». MolenGeek casse l’image de Molenbeek et attire des jeunes du quartier mais également des jeunes d’autres quartiers. Il y a une véritable mixité sociale.

Déjeuner au Palais de Balkis

Nous avons déjeuné au Palais de Balkis, à la fois une charcuterie halal, un salon de thé et un restaurant bio halal qui propose des plats « fait maison ». C’est un lieu moderne et insolite dans le quartier de Molenbeek qui propose des plats et des charcuteries de qualité. Ce lieu n’est pas seulement destiné à une clientèle musulmane et il attire des bruxellois d’autres quartiers.

 

Ces journées denses et riches de rencontres, d’innovations humaines et sociétales, donnent des clés de lecture pour questionner les dysfonctionnements, ainsi qu’elles nous ouvrent des pistes à poursuivre pour un mieux « vivre ensemble ». Parallèlement, ce que l’on pourra réinterroger dans les futures rencontres pourraient être les enjeux de la société humaine. Les migrations loin d’être des obstacles au développement des civilisations humaines en sont un des carburants. Et si elles devaient être un ralentisseur, ne serait-ce pas parce qu’elles révèlent en creux, voire réveillent, les peurs liées à l’inconnu ?


« En refusant l’humanité à ceux qui apparaissent comme les plus « sauvages » ou » barbares » de ses représentants, on ne fait que leur emprunter une de leurs attitudes typiques. Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie. »

Levis-Strauss, à propos de l’ethnocentrisme dans son ouvrage Race et histoire, 1952, p. 22

Immigrati & Integrazione, Paroles Vives à Naples les 2 et 3 mars 2017

Immigrati
& Integrazione
Per tanti solo un miraggio?

Immigrés et intégration, un projet européen visant à évaluer et identifier les bonnes pratiques concernant les parcours d’intégration des populations immigrées en Europe et rédiger une charte d’accueil pour les étrangers

Présentation de la situation en Hollande et de la structure DonaDaria

Dans le cadre du projet européen Immigration and Integration, Paroles vives a participé à la première table ronde organisée à Naples les 2 et 3 mars 2017 par les associations italiennes Alisei Coop (insertion et accompagnement aux immigrés par le travail et le logement) et Cidis Onlus (accueil intégration des étrangers). Six pays européens étaient représentés par diverses structures privées (association, fondation) ou publiques (commune et service communal).

État des lieux sur l’accueil des étrangers selon nos actions dans nos différents pays européens et échange de bonnes pratiques

Un certain nombre d’axes ont été proposés afin de guider la réflexion, comme un regard historique sur les 30 ou 50 dernières années d’immigration et les parcours d’intégration. Ainsi, comment, à partir des parcours d’intégration des 2e et 3e générations, peut-on collecter les bonnes pratiques. Ces questions permettent de contextualiser le parcours d’intégration à la lumière des politiques publiques de chaque pays, les situations provoquées par la, les crise-s économique-s et plus récemment la plus grande visibilité des migrants qu’ils soient économiques ou réfugiés. Durant deux demi-journées, à tour de rôle, nous avons exposé à la fois des situations concrètes vécues et observées, nous avons livré nos analyses sur les orientations politiques et citoyennes dans chacun de nos pays puis largement débattu autour de ces premiers témoignages afin de parvenir à valider ensemble les travaux que nous souhaiterions aborder.

Pour cela des préalables, qui vont devoir être approfondis, ont été fixés comme la nécessaire définition des termes à employer : réfugié, migrant, migrant économique, intégration, insertion, assimilation, accueil… Ces termes sont à la fois des catégories qui cloisonnent et qui définissent des espaces d’actions. Il est primordial dans la démarche qui est proposée de se poser autour de définitions et valeurs fondamentales.
Il nous semble inévitable de reposer régulièrement le cadre et le sens des acceptions utilisées. La terminologie à employer reflètera les valeurs qui sous-tendront nos échanges et la future charte d’accueil.

Une fois cette première approche du cadre de réflexion, les aspects opérationnels de nos témoignages respectifs sur les accueils et parcours d’intégration mis en place, mettaient en lumière les personnes impliquées, actrices des processus d’intégration. Qui sont-elles ? Quels sont leur place et leur moyen d’agir ? Qu’il s’agisse des personnes qui ont fui leur pays pour un mieux vivre ou des personnes qui accueillent, toutes sont les protagonistes du changement. Au cours de nos missions de terrain, nous avons pu relever que les dispositifs d’accompagnement à l’insertion ou à l’intégration démobilisent trop souvent les bonnes intentions en éteignant les compétences et l’esprit critique des personnes. Nous attendons dans la démarche et les productions de ce projet que soient abordées les conditions de l’ « Empowerment » et de l’accompagnement vers l’autonomisation, par exemple en analysant des processus intégrés de co-formation et valorisations des parcours de vie, ou encore en appréhendant des situations dans lesquelles les personnes migrantes peuvent ou ont pu vivre leur citoyenneté.

Conférence

A l’issue de ces échanges et premières réflexions collectives, Alisei Coop et le Cidis avaient invité des membres de la communauté Sant’Egidio pour témoigner et présenter le programme des corridors humanitaires.

Les guerres et les réfugiés
Présentation de la communauté Sant’Egidio

D’ailleurs, le 14 mars dernier le président François Hollande a signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre d’une «Opération d’accueil solidaire de réfugiés en provenance du Liban» avec Sant’Egidio et 4 autres organisations chrétiennes.


Cérémonie de signature du Protocole d’accord… par elysee

Nous espérons que ce protocole dépassera l’engagement écrit et permettra d’impacter les représentations craintives à l’égard du migrant fuyant la mort guerrière ou économique, afin de considérer le migrant comme une ressource et non pas un poids. Le propos du Président semble ouvrir l’accueil à tous les migrants, cependant peu de média ont relayé l’information…

Nous remercions Cidis Onlus et Alisei Coop, de nous avoir invités ainsi que Elisabetta Rosa de nous avoir mis en relation.

Prochaines rencontres

  • Madrid, 22 – 23 mai 2017
  • Molenbeek, 22-23 juin 2017
  • Perugia, 21-22 septembre 2017
  • Marseille, 30 novembre – 1er décembre 2017
  • Offenbach, 25-26 janvier 2018

AliseicoopCidis Onlus