Archives par mot-clé : Bouches-du-Rhône

Répertoire des projets de collecte et de valorisation d’archives orales

Paroles Vives développe des projets autour du patrimoine immatériel dans le but de collecter, conserver, valoriser et diffuser des récits et témoignages autour de la mémoire d’une communauté, de pratiques et savoir-faire, de la vie d’un quartier… De manière générale, Paroles Vives a pour ambition de révéler ce qui relève du patrimoine intégré, c’est-à-dire ce qui s’inscrit dans l’histoire, le parcours de vie des personnes partageant et vivant sur un même territoire. C’est ensuite par ces récits mis bout à bout, qu’une histoire commune, un patrimoine partagé, peuvent s’esquisser. Et bien souvent, ces  témoignages ne se retrouvent pas dans le discours dominant, il s’agit donc de constituer une histoire sociale racontée par les individus eux-mêmes.

Paroles Vives produit des collectes sonores depuis 2006. Les intérêts de ces collectes sont dans un premier temps de constituer de l’archive orale, c’est-à-dire de conserver les témoignages recueillis en les cataloguant notamment dans des bases de données. Une fois cette étape accomplie, il est essentiel de  valoriser les paroles livrées par les témoins de l’enquête. Après leur avoir communiqué l’entretien brut, pour ceux qui acceptent la diffusion de leur témoignage (soumis à un contrat de cession), il est considérable de le restituer dans un format attractif (montage sonore, exposition, balade, atelier…) pour faire connaître la collecte sonore au grand public et l’ouvrir en dehors du monde académique.  Cette démarche participe également à valoriser les témoins qui ont accepté d’apporter leur témoignage pour constituer un fonds sonore, pour contribuer à bâtir une histoire commune.

Sont détaillées ci-dessous, l’ensemble des collectes sonores réalisées par Paroles Vives, avec les valorisations qui en ont été faites. Elles sont présentées par ordre chronologique.

  1. Mémoires orales des industries marseillaises : pour une histoire sociale du territoire
  2. Mémoires d’un quartier de Marseille : Arenc
  3. Les Mémoires orales des industries du bord de l’eau du Pays Asses, Verdon, Vaïre et Var 
  4. Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

 

  1. Mémoires orales des industries marseillaises : pour une histoire sociale du territoire

Années 2015/2016

Fabrication de tuile à l'usine Monier, Paroles Vives, 2016
Fabrication de tuile à l’usine Monier, Paroles Vives, 2016.

Ce projet, commandité par les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, a pour but de collecter cinquante récits oraux afin de mettre en lumière l’histoire locale et la mémoire des industries emblématiques de transformation du territoire marseillais, à partir du témoignage de leurs acteurs. Ce fonds sonore, constitué par  l’anthropologue  Elodie Maniaval, chargée de mission à Paroles Vives, sera ensuite archivé dans les bases de données des  Archives départementales des Bouches du Rhône et sur le site internet de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

Voici un extrait d’un entretien autour de la professionnalisation d’un ancien employé de la Société des Moteurs Baudouin, cote Archives Départementales AD13_23AV_08_0001, en cours de catalogage :

 

2. Mémoires d’un quartier de Marseille : Arenc

Année 2013

Paroles Vives a conçu et réalisé un projet de collecte de récits de vie et de récits de pratique sur le territoire d’implantation des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, le quartier d’Arenc. Ce corpus sonore, réalisé par Florence Mazzella Di Bosco, directrice de Paroles Vives, est constitué de 24 heures et 30 minutes d’enregistrements. 

La totalité des entretiens collectés sont consultables en salle de lecture des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et sur le site de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix en Provence.

Voici un extrait sonore à propos de l’ancien bidonville rue Peyssonnel, cote Phonothèque n°4610 :

 

La valorisation autour de cette collecte :

Les Ateliers

Arenc-atelier
Atelier Arenc, Paroles Vives, 2013

À la suite de cette collecte, en collaboration avec Paroles Vives, l’association La Compagnie des Rêves urbains a utilisé ces récits de vie et de pratique des personnes du territoire d’Arenc pour constituer des ateliers.

Ces derniers  s’appuient sur un étroit dialogue entre extraits sonores des entretiens et documents visuels ou textuels archivés dans les fonds des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône. Les participants aux ateliers traversent ces bouts de l’histoire et de ce territoire intriqués entre mémoires et documents.

Balade urbaine

20130914_181241
Balade Arenc, Paroles Vives, 2013.

En continuité des ateliers, La Compagnie des Rêves urbains a construit une balade dans le quartier d’Arenc afin de découvrir l’espace territorial, l’histoire et la mémoire du quartier à travers une sélection de documents visuels issus des fonds conservés et des extraits sonores issus de la collecte.

Journées Européennes du Patrimoine 2013

ArencPanneaux160x130cm_Page_06
Exposition Arenc, Paroles Vives, 2013.

Une exposition-jeu « Arenc, mémoire d’un quartier », pour l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2013, a été la dernière étape du projet que Paroles Vives a mené en partenariat avec l’association La Compagnie des Rêves urbains pour les Archives départementales des Bouches du Rhône.

Des panneaux d’exposition ont été conçus et accrochés dans différents lieux du quartier d’Arenc. Le baladeur pouvait alors flâner dans le quartier et découvrir des reproductions de documents d’archives, lire des citations des entretiens et écouter via des QRCode des extraits sonores.

Et tout  ceci sur un fond de jeu de piste !

 

3. Les Mémoires orales des industries du bord de l’eau du Pays Asses, Verdon, Vaïre et Var 

Année 2012

collecte A3V
La minoterie de la Mure Argens, Corine Cassé, 2012.

Dans le cadre de l’opération de mise en tourisme du patrimoine culturel du Pays A3V, (Asses-Verdon-Vaïre-Var), l’ethnologue  Corinne Cassé, chargée de mission de l’association Paroles Vives, a effectué 32 heures d’enregistrement pour recueillir la mémoire orale des activités drapières, de la minoterie de la Mure-Argens et de la distillerie de Barrême.

Cette collecte sonore participe à la conservation du patrimoine immatériel de ce territoire alpin. Elle prend place dans la valorisation patrimoniale des anciens sites industriels de Barrême, La Mure-Argens et Beauvezer et révèle aussi des informations patrimoniales sur les territoires de Colmars-les-Alpes et Allos.

Les témoins sont entre autres des descendants des propriétaires, des professionnels héritiers des savoir-faire. Chaque récit d’expériences personnelles et de souvenirs familiaux illustre des aspects de l’activité industrielle : la transmission du métier, l’appropriation et l’intégration des atouts du territoire dans une activité, la recherche de la nouveauté, des évolutions technologiques.

La valorisation autour de cette collecte :

Ces archives orales ont été déposées auprès de l’association Pays A3V, commanditaire du collectage, et auprès de plusieurs partenaires du projet pour sa conservation et sa mise à disposition : les archives départementales 04, la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, le Musée de Salagon, le Service de l’Inventaire général du Patrimoine Culturel, les Communautés de Communes du Moyen et du Haut Verdon Val d’Allos.

L’intégralité du corpus est à écouter sur le site de la phonothèque de la MMSH et sur le blog Secrets de Fabriques de la Maison de Pays -Asses-Verdon-Vaïre-Var à l’onglet  « Coup de coeur » – en bas de la page Enquêtes sonores des montages sonores thématisés. Secrets de Fabriques présentent aujourd’hui les parcours de valorisation avec tablettes en prêt et téléchargement des données patrimoniales à découvrir.

En voici un extrait présélectionné : https://soundcloud.com/user-852350158/l1-alambicchauffeaupneu

 

4. Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Années 2006 / 2007

Ces enquêtes, réalisées par sept enquêtrices (Corinne Cassé, directrice et chef de projet à Paroles Vives, Kristel Amellal, Anne-Sylvie Gaucher, Florie martel,  Johanna Lees, Ljuba Scudieri, Katrin Langewiesche) ont pour objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône (sept quartiers de Marseille, La Ciotat, Aix et le pays d’Aix, Martigues et la région de l’étang de Berre, Arles et la Camargue, et les Salins de Giraud) et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920.

L’intégralité du corpus, qui constitue 162 heures d’enregistrements, est à découvrir sur le site de la phonothèque de la MMSH et dans la salle de lecture des Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Voici un extrait sur l’arrivée des Arméniens au Camp Oddo, cote Archives Départementales 12 AV 4 1, cote Phonothèque n°2072 :

 

Les valorisations autour de cette collecte :

Exposition et cycle de tables rondes aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône / Avril – Juin 2015

cc (by-nc-sa) Paroles Vives, 2015
Exposition Mémoires Arméniennes, Paroles Vives, 2015.

Dans le cadre de la commémoration du centenaire du génocide arménien, les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône ont sollicité Paroles Vives afin de valoriser la collecte d’archives sonores sur la mémoire de descendants d’Arméniens de Marseille et du département. Ce projet a été l’opportunité pour Paroles Vives de mettre en lumière les témoins producteurs de cette mémoire orale par la réalisation d’une exposition itinérante et la tenue d’un cycle de trois tables rondes.

Balade urbaine : De l’ex camp Oddo  au quartier de la Cabucelle / Les samedis 19 septembre (JEP) et 26 septembre 2015

JEP26092015
Balada Cabucelle JEP, Paroles Vives, 2015.

En partenariat avec ARAM et  ACT, cette balade patrimoniale répond à la commande passée par le Musée d’Histoire. Elle a été construite à partir des témoignages recueillis lors de la campagne de collecte sur la mémoire des descendants d’Arméniens de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 2006. Les extraits sonores et les traces encore visibles dans le paysage ont alors permis de relater l’installation arménienne à Marseille suite au génocide arménien.

Projet pédagogique autour de l’histoire de l’immigration arménienne dans le quartier de Belsunce, avec une classe de 3ème du Collège Anatole France (13001) / Mars 2016

Toujours dans une visée de valorisation, de transmission et de diffusion, Paroles Vives a mené un projet avec le collège Anatole France autour de la mémoire de l’arrivée et de l’installation des Arméniens dans le quartier de Belsunce.

/ Atelier en classe

IMG_4157
Atelier Pédagogique, Paroles Vives, 2016.

L’intervention en classe consistait à apporter des éléments contextuels afin de retracer l’histoire de l’immigration arménienne. Ensuite, à partir de documents d’archives, d’extraits d’ouvrages et d’extraits sonores issus de la collecte, il s’agissait de reconstituer des histoires de familles arméniennes arrivées à Marseille, dans le quartier de Belsunce.

/ Balade dans le quartier de Belsunce

Francis de Pressencé 8a(2)
Balade Belsunce, Paroles Vives, 2016.

La balade avait pour but d’amener les élèves à porter un regard sensible sur l’histoire de cette immigration dans le quartier de Belsunce. Nous sommes alors partis à la rencontre de commerçants arméniens, bien souvent issus de la deuxième génération et  travaillant encore dans l’entreprise familiale, afin que les élèves leur posent des questions sur leur parcours de vie.

La production de photographies et d’enregistrements sonores lors de cette balade ont permis aux élèves de confectionner un montage photo/audio sur des thématiques sélectionnées par eux et préalablement développées ensemble au cours de l’atelier et de la balade.

La voix des Arméniens et les archives

Remerciements,

En 2006, 2007, Paroles Vives avait mis ses compétences au service des Archives départementales afin de collecter des témoignages oraux auprès des Arméniens issus de la diaspora et de leurs descendants installés sur le territoire des Bouches-du-Rhône.

Sept enquêtrices, toutes issues de la recherche en Sciences Humaines et Sociales, ont contribué à collecter 162h de témoignage qui sont disponibles aujourd’hui en salle de lecture des Archives départementales et à la Phonothèque des Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, ainsi que sur le site internet de la Phonothèque.

Cette manifestation de valorisation des fonds collectés propose un cycle de tables rondes et une exposition sur panneaux, accompagnée d’extraits sonores des enquêtes.

panneaux expo avant ouverture
cc (by-nc-sa) Paroles Vives, 2015

Aujourd’hui, c’est l’occasion pour Paroles Vives, tout d’abord

  • de remercier tout particulièrement les Archives départementales et ses équipes de nous avoir fait confiance pour les accompagner dans la valorisation de leurs fonds d’archives documentaires et sonores pour commémorer le centenaire du génocide arménien ;
  • de remercier vivement tous les témoins qui ont bien voulu partager leur histoire, nous avons aussi une pensée pour les témoins disparus depuis ;
  • de dire merci également à toutes les enquêtrices qui ont recueilli cette mémoire vivante ;
  • nous tenons aussi à remercier toutes les personnes : chercheurs, témoins, associations qui durant ces derniers mois nous ont répondu et accueilli avec bienveillance pour nous aider dans l’élaboration de ce programme.

Enfin, nous tenons aussi à insister sur la particularité et l’innovation d’une telle manifestation permettant ainsi

  • de valoriser et révéler la richesse et l’intérêt de la mémoire orale, témoin sensible de notre histoire commune
  • d’illustrer la complexité et l’épaisseur de l’histoire. Nous vous proposons un mariage que nous souhaitons plutôt réussi entre les différentes sources de l’histoire : documents administratifs, documents visuels et témoignages oraux.

Merci d’avoir été là mardi soir et nous vous disons au 28 mai et au 2 juin pour deux nouvelles tables rondes.

« Des cultures arméniennes en exil : entre échanges et permanence »

Valorisation de la collecte sur la mémoire orale arménienne dans les Bouches-du-Rhône

Une des tables rondes qui se tiendra le jeudi 28 mai aura pour thématique  » Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence ». La langue et la cuisine seront deux aspects culturels  plus particulièrement abordés lors de cette rencontre.

Nous avons choisi de parler de la culture arménienne au pluriel car chaque personne a sa propre interprétation de ce que représente l’arménité pour elle. Dans cette culture aux multiples visages, chacun transmet et/ou puise ce qui fait sens pour lui, ce qui l’émeut. Ainsi, il serait réducteur de parler de la culture arménienne de manière uniforme, d’un seul bloc. Cet extrait d’entretien en est d’ailleurs très significatif :

    « Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus arménien que français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de 3e génération d’arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2 / Phonothèque cote D 23 18-1, D 23 18-2. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2078 

Ces quelques lignes montrent que les échanges et les apports de différentes cultures peuvent permettre à l’individu de construire sa propre identité. Néanmoins et concomitamment, cette construction passe aussi par la connaissance de ses origines et la transmission de son histoire familiale :

    « L’identité je ne la renie pas et mes enfants je leur dis bien qu’on est d’origine arménienne et que c’est très important de connaître ses origines […] Je leur raconte qu’on est des émigrés, qu’on s’est bien intégrés […] savoir qu’ils avaient des grands-parents et des arrières grands-parents qui viennent d’ailleurs et qu’ils ont souffert et que rien n’est acquis ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

S’il existe des cultures arméniennes selon la manière dont chacun s’approprie les éléments qui s’y rapportent, on retrouve une constante dans de nombreux témoignages de personnes âgées révélant l’importance de certaines valeurs rattachées à la culture arménienne, notamment celle du travail :

    « Beaucoup de respect, respect des anciens, respect de la parole, beaucoup de conviction dans l’amour du travail, l’amour des choses bien faites et surtout ne pas perdre l’identité […] Le fait d’être d’origine arménienne ça m’a donné une force, de la rigueur, l’envie du travail […] nous on nous a appris à ne jamais baisser les bras, c’est une force psychologique, une force mentale […] on est capable d’aller au bout du monde, même si on n’a pas les moyens on se crée les moyens ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

D’après les entretiens, si le travail peut être un des paramètres constitutif de la culture arménienne, la langue est le plus souvent mise en avant, vue comme élément substantiel à toute culture. Les témoignages laissent transparaître les difficultés liées à la transmission et à la continuité de la langue arménienne. Un témoin élevé par ses grands-parents nous en fait part :

    « Mes parents avec moi, à vrai dire je me souviens pas, parce que quand on se voyait et qu’on était chez mes grands-parents on parlait en arménien, au début je pense que j’ai jamais vu mes parents parler en français […] Mes parents ne m’ont jamais appris le français, j’ai appris le français à l’école […] Mais maintenant ma mère si je lui parle en arménien elle me répond en français. Ça me tue, chaque fois je lui fais le coup, je lui parle en arménien, elle me répond en français. Avec sa mère elle parlait en arménien mais avec ses copines elles parlent en français. Ses copines d’enfance sont toutes arméniennes, disons qu’elles ont plus de vocabulaire en français donc elles arrivent à faire passer plus de choses, c’est une question aussi de culture […] culturellement on a pas acquis à l’école, à l’école de la République, on n’a pas acquis la culture arménienne, on la découvre maintenant, enfin ceux qui veulent la découvrent maintenant ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 89 1/ Phonothèque cote D 23 89. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2151

Aussi, la langue arménienne est de moins en moins parlée, aujourd’hui dans les familles étant donné que la deuxième génération d’émigrés arméniens est née en France et a été bercée par la culture française. Il paraît alors d’autant plus compliqué de transmettre la langue aux jeunes générations :

    « La langue, elle se perd, je pense qu’après moi il n’y a personne qui va parler, mes enfants ils n’ont pas envie de parler arménien, ils n’ont pas cette soif ou du moins on ne leur a peut-être pas donner l’envie, moi je vais simplement essayer de leur expliquer qu’on est d’origine arménienne et qu’on a envie de garder cette identité ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

Cuisine arménienne, cc Jean-Pierre Dalbéra https://www.flickr.com/photos/dalbera/604385562/in/photolist-VpCbW-Voi1g-VpC3b-VohR4-VoibV-VpCLJ
Cuisine arménienne, cc Jean-Pierre Dalbéra

Enfin, un autre élément de la culture arménienne qui est fréquemment abordé dans les témoignages est celui de la cuisine. La transmission des recettes se fait par la grand-mère et la mère, les techniques de cuisine continuent parfois à être appliquées aujourd’hui par celles et ceux qui en ont reçu l’enseignement. Un jeune père nous donne sa recette du « tchi keufté » et du « beurek keufté » pour le plaisir de tous :

« Je fais des keuftés, du riz pilaf, des feuilles de vigne, des chiches kebab, des beureks…c’est ma grand-mère et ma mère qui m’ont appris, en plus j’adore cuisiner […] Il y a le tchi keufté, ça vient de crue, c’est-à-dire c’est de la viande cru avec des oignons, du persil, du blé cassé et ça se mange frais en été […] En fait, le blé cassé on le met cru mais il grossit avec le jus, dans la viande mélangée avec de la tomate, des oignons, des cébettes […] on va dire que c’est l’oignon qui cuit la viande et le blé cassé, en fait ça se mange cru, c’est excellent […] Et il y a beurek keufté, c’est une boulette, celle-là elle est cuite. Beurek ça veut dire creusé, troué, donc en fait on creuse et à l’intérieur on met encore une farce. Donc l’extérieur, c’est une viande avec du blé cassé qu’on fait cuire dans un court-bouillon normalement et l’intérieur on l’a déjà fait revenir, c’est de la viande avec des oignons et des pignons de pin qu’on met au milieu. Et en fait, on ferme tout et ensuite on fait cuire ça au court-bouillon, on fait un peu d’abord revenir dans l’huile pour que ça fasse compact et ensuite on fait cuire ça au court-bouillon ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 901/ Phonothèque D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

Les enquêtes sont disponibles en ligne sur la base de données de la phonothèque, prochainement sur le site des AD13

Ce projet de valorisation est commandité par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, en partenariat avec la Phonothèque de la MMSH et l’association ARAM.

L’immigration arménienne se raconte au pluriel

Valorisation de la collecte sur la mémoire orale arménienne dans les Bouches-du-Rhône

En 2015, dans le cadre de la commémoration du centenaire du génocide arménien, les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône ont sollicité Paroles Vives afin de valoriser la collecte d’archives sonores sur les récits de vie d’Arméniens de Marseille et des Bouches-du-Rhône. C’est l’opportunité pour l’association de mettre en lumière les témoins producteurs de cette mémoire orale.

Pour raconter au pluriel, une exposition itinérante sera conçue et accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles seront amenés à dialoguer documents d’archives et privés, extraits d’entretiens sonores retranscrits et écoutes sonores, chercheurs, membres associatifs et témoins de la collecte. Les thématiques abordées lors des tables rondes et de l’exposition seront le reflet des enquêtes qui ont eu pour objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 20.

C’est en s’appuyant sur les enquêtes réalisées par les chercheurs de Paroles Vives qu’un choix, non exhaustif, de thématiques sera proposé au cours de cette valorisation et restitution. Les différents thèmes évoqués que l’on peut relever à l’écoute des entretiens traitent de l’exil de la Turquie, l’arrivée à Marseille, la vie de quartier, le travail, les loisirs, les associations, l’appartenance culturelle, la transmission des cultures arméniennes, autant de pistes de lecture qui permettent de mieux comprendre l’histoire de l’immigration arménienne et la vie de cette communauté dans les Bouches-du-Rhône. Paroles Vives a mené cette campagne de collecte de la mémoire orale autour de l’installation des arméniens de la diaspora et leurs descendants entre 2006 et 2007, ce sont 162 heures d’entretiens documentés, déposés et disponibles à la consultation aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

L’alphabet arménien, journaux, monuments aux lettres… (cc flikr.com)

Au cours des mois qui vont suivre, des billets détaillés vous feront entrer dans les mémoires de ces personnes arrivées en territoire inconnu, porteuses de créativité, de rencontres et poursuivant, comme toute personne venue d’un ailleurs, leur vie aux côtés de plus anciens et de futurs arrivants…

Les enquêtes sont disponibles en ligne sur la base de données de la phonothèque, prochainement sur le site des AD13

Ce projet est commandité par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, en partenariat avec la Phonothèque de la MMSH et l’association ARAM