Archives par mot-clé : apprentissage intégré

Projet « Conception et expérimentation d’un apprentissage intégré du Français Langue Etrangère (FLE) »

Contexte du projet

Depuis 2008, Paroles Vives a mis ses compétences et ses outils au service d’une installation choisie et réussie des ressortissants roumains et bulgares qui étaient éloignés des droits communs sur le territoire local. L’association a animé (2011-2013) des ateliers de sensibilisation auprès des travailleurs sociaux pour l’amélioration de l’accueil et l’accompagnement social des migrants. Paroles Vives a également,  tout en analysant deux programmes d’insertion par le logement, mené un travail de recueil de parcours de vie dans le but de collecter les données constituantes des savoir-faire et savoir-être pour la réalisation d’un curriculum vitae (2014-2015).

Dans la continuité des actions menées précédemment :

Paroles Vives a porté son attention sur l’absence d’un apprentissage approprié de la langue française et l’éloignement des dispositifs dédiés à cet apprentissage.

En mettant au centre de la réflexion et de l’opérationnalité, le contexte déterminant de la précarisation des modes de vie de cette population migrante qui aurait vocation à travailler en France, Paroles Vives a proposé de construire un parcours intégré de l’apprentissage de la langue du pays d’accueil (2014-2015).

Dans l’objectif d’améliorer l’installation digne et efficiente des familles, le diagnostic repose sur un des leviers à mobiliser et transmettre pour accompagner à l’établissement des familles :  pratique et usages de la langue française, outil de socialisation et de partage des cultures.

Compte tenu des modes de vie à ce jour sur sites précaires et mouvants (campements et squats), le système d’offre de formation et d’apprentissage du français langue étrangère correspond peu à la situation quotidienne des habitants des squats. Ces formations se déroulent principalement dans des structures dédiées et dans le cadre de dispositifs spécifiques. En l’absence de bénévoles, ou d’une mise en place d’accompagnement social vers ces structures, les adultes restent éloignés de ces formations.

Mise en place du projet

Le projet a été déposé en janvier 2013, les premiers financements ont été reçus courant de l’été 2014 avec pour financeurs dans un premier temps, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, la Ville de Marseille, puis dans un second temps l’Etat (DDCS des Bouches-du-Rhône).
C’est un travail de recherche et d’expérimentation, il se fait donc au plus près des familles en situation de précarité. L’animation des ateliers FLE vient enrichir la construction de la méthode et les outils pédagogiques qui seront transmis, dans un deuxième temps, à des opérateurs de terrain  dont le rôle principal est l’accompagnement social, sanitaire, voire accompagnement à l’insertion des familles, mais qui souvent de fait ne sont pas professionnels du FLE ou même formés à cette discipline.

Le projet a démarré en septembre 2014 avec une première tranche de réalisation expérimentale d’ateliers FLE, par Noëlle Mas collaboratrice intervenante pour Paroles Vives, assortie d’une mission de coordination, de mise en place de partenariats et d’accompagnement de l’intervenante. Les ateliers expérimentaux ont démarré en novembre 2014, après un mois d’immersion et d’observation et se sont arrêtés le 11 mars 2015. Ils ont eu lieu au sein d’un Espace Solidaire d’Hébergement (ESH) géré par l’association AMPIL, lequel abritait environ une dizaine de familles.

Atelier FLE à l'ESH - juillet 2015
Atelier FLE à l’ESH – juillet 2015

Une deuxième tranche de réalisation expérimentale a débuté en juin 2015 pour une durée de 6 mois avec Alice Derégnaucourt, chargée de mission FLE à Paroles Vives et Eiber Acosta, étudiant stagiaire en Master 2 Recherche Sciences du Langage dans le cadre du partenariat avec le département FLE Aix-Marseille Université. Pour accompagner la validation du déroulement et des productions, un Comité Scientifique et Technique de Suivi a été mis en place composé de Valentina Barbu, chargée de mission animatrice de réseau du Centre de Ressources Illettrisme (CRI) PACA, Sophie Etienne, Présidente de Didac’ Ressources et Directrice de la Fédération des AEFTI (dissoute en 2015), Claire Sanjuan, chargée de la mission Emploi du Secours Catholique, Marion Bonnet, coordinatrice de la mission Rrom de l’Action Méditerranéenne pour l’Insertion par le Logement (AMPIL) et Sylvie Wharton, directrice du département FLE Aix-Marseille Université.

Les ateliers FLE ont repris dans l’Espace Solidaire d’Hébergement, géré par l’AMPIL et dans un nouveau site de type squat. Les deux lieux accueillent des familles rroms en grande précarité et nous avons été confrontés à deux réalités très différentes en termes d’espace et d’accompagnement social. Cela vient enrichir le travail de recherche et d’expérimentation, permet une approche comparative et une réflexion sur les conditions de faisabilité et de transmission des outils pédagogiques.

Squat à Marseille - juillet 2015
Squat à Marseille – juillet 2015

L’Espace Solidaire d’Hébergement qui accueille à présent 7 familles, est un site que nous qualifions d’espace « protégé ». Il y a un véritable lieu pouvant faire office de « salle de classe ». Celle-ci est climatisée, avec un tableau, des tables et des chaises. Les familles laissent leurs soucis à l’entrée et cela est possible grâce à l’accompagnement quotidien des médiateurs de l’AMPIL. Par contre, dans le deuxième site, le squat, qui héberge 6 familles, où nous avons convenu grâce à leur proposition, de faire les ateliers dans une zone commune de l’immeuble qu’ils partagent, l’espace de l’atelier est totalement ouvert. Il n’y a pas de seuil symbolique signifiant un temps spécifique et dédié à l’atelier. En outre, il n’y a pas de vitres aux fenêtres, l’espace n’est donc pas protégé du bruit de la rue, ni du froid en hiver ou de la chaleur en été. Les nombreux enfants qui jouent autour des parents pendant les ateliers, demandent également beaucoup d’attention, tant de la part des parents qui sont donc sollicités que de la part du formateur. A la différence des familles de l’ESH, la situation précaire des familles du squat est aggravée par leur manque d’accompagnement au quotidien. Hormis l’assistance bienveillante et professionnelle de Jane Bouvier de « l’École au présent », ainsi que le suivi de l’équipe  mobile de l’AMPIL dans le cadre de la mission rrom, il n’y a pas d’intervenants régulièrement présents qui accompagnent ces familles lesquelles se retrouvent dans une jungle face aux institutions et aux démarches administratives.

2015.07 Squat réduit
Atelier FLE au squat – juillet 2015

Ateliers FLE et approche méthodologique… à suivre

Le parcours d’apprentissage intégré s’articule autour des besoins sociaux des familles face aux démarches d’installation. Il s’agit de leur fournir les outils socio-langagiers minimums leur permettant de devenir des acteurs de leurs propres démarches et ainsi faciliter leur accès aux dispositifs de droit commun et à l’emploi.

2015.07 ESH 2 réduit
Atelier FLE à l’ESH – juillet 2015

L’analyse des ateliers menés jusqu’à présent et les outils pédagogiques qui en ont été produits feront l’objet d’un autre billet que nous publierons prochainement sur ce site.

N’hésitez pas à laisser vos questions ou vos commentaires, comme à nous suivre en vous abonnant au flux de syndication

Projet soutenu par

logo_Ville-Acse_CMJN CD13

VDM

 

 

En partenariat avec

Logo_AMPIL
AMPIL

LOGO AMU