Restitution publique des enquêtes : mémoires orales des industries à Marseille

Retours sur enquêtes – samedi 5 novembre 2016 à 14h00 

 Avec des témoins, Gilbert Spinelli et Jacques Angelino, l’enquêtrice – chargée de mission de Paroles Vives,  Élodie Maniaval et un chercheur, Pierre Fournier, lors de la rencontre aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, place Mirès 13003 Marseille (voir le programme site des Archives 13)

Mémoires orales des industries marseillaises : pour une histoire sociale du territoire

Années 2015/2016

Fabrication de tuile à l'usine Monier, Paroles Vives, 2016
Fabrication de tuile à l’usine Monier, Paroles Vives, 2016.

Ce projet, commandité par les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, a pour but de collecter cinquante récits oraux afin de mettre en lumière l’histoire locale et la mémoire des industries emblématiques de transformation du territoire marseillais, à partir du témoignage de leurs acteurs. Ce fonds sonore, constitué par  l’anthropologue  Elodie Maniaval, chargée de mission à Paroles Vives, sera ensuite archivé dans les bases de données des  Archives départementales des Bouches du Rhône et sur le site internet de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

Voici un extrait d’un entretien autour de la professionnalisation d’un ancien employé de la Société des Moteurs Baudouin, cote Archives Départementales AD13_23AV_08_0001, en cours de catalogage :

Balade sur les traces des réfugiés arméniens à la Cabucelle, message de Régine, marcheuse de la balade

L’équipe de Paroles Vives a décidé de publier ce commentaire laissé à la suite de notre article retour sur la balade de samedi 17 septembre 2017. Ce message nous a émus car il vient toucher ce que l’association défend et tente de mettre en œuvre dans l’ensemble de ses projets  liés au patrimoine et au développement social et humain. Participer à la lecture de l’Histoire en y invitant les mémoires à donner vie aux traces, en traversant le passé et le présent d’autres personnes, pour travailler à la société en train de se faire.

Merci à toute l’équipe de Paroles Vives pour cette belle promenade. Belle non pas par la beauté des lieux  dégradés, pollués par des décharges horribles et totalement abandonnés par endroits.  Nous avons pu voir une fange de la population vivre dans des habitats sordides et insalubres, et redécouvrir malheureusement les pauvres et les déshérités. Une partie de la population que l’on ne côtoie pas souvent lorsqu’on habite dans les quartiers privilégiés et que l’on oublie souvent. Les témoignages enregistrés étaient émouvants et bien choisis, et pouvaient très bien être enregistrés aujourd’hui par les réfugiés actuels. Mais nous avons découvert aussi dans les petites ruelles adjacentes,  des petites maisonnettes coquettes et bien entretenues, ainsi que des châteaux impressionnants encastrés aujourd’hui dans un environnement urbain étroit sans perspective.  La partie souvenir n’a pas occulté mes préoccupations actuelles : Combien d’immigrants sont aujourd’hui mal accueillis et enfermés dans des camps indignes ? Pourtant la situation de la France est plus prospère que celles d’après les deux guerres mondiales. Comment recréer en Europe un humanisme solidaire  qui ne reproduise pas des camps de style Oddo ou Kemp  que nous observons et évoquons ensemble ? Comment dépasser les peurs de l’autre, et apprendre à vivre ensemble dans le respect de chacun ? La mémoire de ces camps est d’autant plus douloureuse que nous constatons qu’aujourd’hui les choses sont identiques ou même pires pour les réfugiés d’Afrique ou de Syrie qui fuient pour ne pas mourir, comme les Arméniens autrefois. Pendant cette visite j’étais paradoxalement non pas dans le souvenir et la mémoire des immigrants arméniens de 1923, mais surtout dans la réflexion sur les nouvelles horreurs vécues par les habitants du monde, contraints de tout abandonner et d’émigrer, et la peur et la frilosité des pays en paix à les accueillir décemment. Merci de nous avoir fait une piqûre de rappel indispensable pour élargir nos cœurs à plus de générosité , de solidarité et de fraternité.  Merci PS: Un grand merci aussi à Richard pour l’air d’opéra chanté magistralement  a-capella, et pour le partage de ses souvenirs personnels qui nous ont tous enrichis.

20 septembre 2016, Régine Terzéan

Voici quelques extraits présentés pendant la balade (témoignages collectés au fil du repérage auprès d’habitants du quartier) :

Construction des maisons de familles arméniennes impasse Guyon (13015 Marseille) et autres anecdotes…

Écoliers et écoles

Impasse Abovian

Cinéma l’Idéal, rue de Lyon 13015 Marseille

La vie au Kamp

JEP 2016 – Une balade enchantée

Ce ne sont pas moins de 31 personnes qui ont décidé samedi 17 septembre de 14h30 à 19h -Bravo à eux- de marcher dans les pas de citoyens ou de parents, d’amis de la communauté arménienne. Nous avons pu échanger, revivre des moments forts partagés entre tous les baladeurs. Les documents d’archives et les extraits sonores ont permis d’enrichir ce parcours et ravivé les mémoires. On a pu faire le lien entre les différents vécus et l’histoire de la ville, de ses habitants. Plus largement, nous avons pu comprendre comment l’exil et l’installation des réfugiés arméniens dans l’entre-deux-guerres dans ce quartier des Crottes-La Cabucelle sont un segment de l’histoire de l’Europe et de notre histoire commune.

Merci à tous les marcheurs pour leur bienveillance, les échanges riches et plein d’émotions, enfin félicitations pour leur endurance ! Nous remercions particulièrement Richard Minassian qui nous a ouvert les oreilles sur une belle page musicale avec quelques vers du poète Khatchadour Abovian dans l’impasse du même nom.

Pour les Journées Européennes du Patrimoine 2016…

17 septembre 2016 à 14h30 métro bougainville

Flyer_JEP_1aLa thématique nationale des JEP 2016 s’affiche volontairement autour de Patrimoine & Citoyenneté, la thématique européenne privilégie celle de Patrimoine et Communautés. La balade proposée tricote avec les trois thématiques et tentera d’en montrer les enrichissements réciproques.

Paroles Vives, ARAM et ACT renouvellent leur proposition de balade patrimoniale sur les traces des réfugiés arméniens. Le propos de cette balade vient illustrer comment l’installation des exilés a Flyer_JEP_1bimprégné le territoire et comment la communauté s’inscrit dans le patrimoine culturel marseillais, français. Un sujet toujours d’actualité.

Un feuillet de balade sera disponible sur place, un livret de visite a été réédité accessible en ligne ici.