Archives de catégorie : Recherche-Action

Hors-piste, un programme de soutien aux initiatives citoyennes et de développement local

Hier, lundi 22 mai, à Serres, commune située dans les Hautes-Alpes se tenait une rencontre à l’initiative de la Fondation de France : Hors-Piste, dynamiques territoriales.

 

Cette rencontre réunissait les porteurs de projets du sud du département des Hautes-Alpes. Paroles Vives est soutenue dans le cadre de ce programme sur son projet « Logiques de vie, logiques de territoires » et c’est à ce titre que nous y avons participé.

Lundi 22 mai à Serres (05700) – Rencontre de la Fondation de France avec les porteurs de projets autour des implications du programme « Hors-Piste » sur le territoire et les acteurs.

Étaient conviés :  Écoloc, Serres Lez’Arts, Les amis du Village touristique de Serres, Café la Cure, Compagnie Le Pas de l’Oiseau, la MJCLudambuleLe Hang’Art et Aventic. Pour animer la réunion Bruno Carlon du cabinet Territori se partageait la parole avec les bénévoles, Maïten Bel, Rose Meunier, et la responsable du secteur Méditerranée, Cécile Malo, de la Fondation de France.

L’objet de notre rencontre

L’objet de la rencontre consistait, à partir des projets développés, de mesurer si, et comment, ce programme expérimental engendre des dynamiques territoriales et la mobilisation, la participation des habitants.

Après un premier tour de table de présentation des projets, Bruno Carlon a ouvert la discussion en posant le cadre de la rencontre autour de l’impact de l’expérimentation « Hors-Piste », plus précisément, sur le degré  et la qualité des « dynamiques territoriales » engendrées. Ainsi est-ce qu’à travers les actions développées, cela contribue à ouvrir vers d’autres populations/publics ? Est-ce que cela participe à l’amélioration des conditions de vie ? Qu’en est-il de la qualité et de l’impact des relations sociales ? Peut-on voir d’autres formes de coopérations ? Cela permet-il une meilleure intégration sociale ? Peut-on dire qu’il y a eu de nouvelles collaborations inter-associatives ?…

Besoins de définitions

Les échanges ont démarré sur la définition des termes à évaluer : « dynamiques territoriales », « participation » et « participant ». Il a été évoqué la notion du participant et du consommant, quel bénéficiaire ? Fait-on des actions, crée-t-on des lieux pour que tous participent ? Les Ecolocs propose que les bénéficiaires ne soient pas que les participatifs mais aussi les contemplatifs. Car, « si la participation devient la condition alors elle peut avoir un effet d’exclusion. Les bénéficiaires ne sont pas que les participants mais aussi simplement les « consommateurs ». Il faut des gens qui savent regarder, recevoir… Toutes les personnes même les immobilismes, les vieux, les flemmards… font partie des bénéficiaires« . De plus, concernant l’impact dynamisant, nous partageons le point de vue d’Écoloc, les effets se font à une échelle micro et donc difficile de parler avec ces grands mots.

Par rapport à la notion de participation, Aventic a évoqué les conditions de mise en place et de continuité dans le temps, comme des modalités du renouvellement des acteurs-participants. Quand ce sont des salariés qui mettent en place des actions à vocation participative envers les publics visés, la participation peut s’avérer laborieuse. Alors sans vraiment pouvoir trouver de réponse, les débats ont porté sur les conditions de la participation. Pour nous à Paroles Vives, la question porte sur comment permettre l’appropriation par les « bénéficiaires » ou autrement dit comment susciter l’envie, le désir de participer, de s’approprier l’action, l’engagement. C’est ce à quoi nous travaillons pour fédérer et mobiliser, d’une part, les partenaires à co-réfléchir avec nous sur les processus d’installation des familles, et d’autre part, les familles pour avoir le souhait, le projet de vie de s’installer ailleurs. De leur côté, les bénévoles du Café La Cure ont trouvé leur méthode : ne pas employer de salarié, tous sont bénévoles afin de limiter ces écueils de délégation de la mobilisation à des salariés mais aussi pour éviter de concentrer une partie de l’action sur la pérennisation de leur poste. Conséquemment, ces questions ont entraîné celles sur la fédération des personnes autour d’un objectif et la capacité de ce groupe, que l’on pourrait appeler les fondateurs, à s’ouvrir mais aussi à se renouveler ? De la même manière, s’est posée la question faut-il rédiger une charte ou pas ? Là aussi pas de consensus mais une écoute mutuelle des arguments.

Un autre point des débats concernait les dynamiques créées entre les associations, à ce titre le projet et lieu développés par le Café Espace Multiculturel – CEM (qui nous accueillait pour cette rencontre) est remarquable, répondant à la fois aux besoins de mutualisation d’espace, de mise en place d’événements communs, de croisement des publics et d’amélioration de la visibilité. Le manque de temps sûrement, n’a pas permis d’évoquer l’histoire et les conditions de ce collectif d’associations. Une des raisons de la création de ce collectif présentée par Serres Lez’Arts évoquait les problèmes d’identité et de reconnaissance « avant le collectif (CEM), il y avait des problèmes de perception des associations par la Mairie, et de l’autre côté les associations voyaient la mairie statique. Donc le CEM a permis de créer une dynamique : un relais politique qui se crée. »

Et la suite…

A l’issue de ces débats, Maïten Bel, soucieuse de pouvoir synthétiser, nous a tous questionnés sur les perspectives de développement de nos projets. Pour Paroles Vives et « Logiques de vie, logiques de territoires« , la première année s’est attelée autour de la mobilisation et fédération des territoires que nous avions relevés comme partenaires, ou dont les acteurs/habitants se sont mobilisés auprès de nous. Mais au potentiel d’accueil qui ne s’est pas manifesté suffisamment rapidement, ni suffisamment structuré, s’est ajouté un contexte politico-administratif peu sensible et quasi indisponible à cette orientation de développement local. Ces conditions n’ont pas été optimales pour permettre à aucune des 6 familles que nous avons accompagnées de venir s’installer. Cela nous conduit, depuis ce printemps 2017, à ouvrir notre mobilisation aux collectifs de citoyens qui se sont regroupés activement autour de l’accueil des réfugiés et des migrants. Ces collectifs informels, plus mouvants, sont aussi plus réactifs, leur implication citoyenne et militante permet d’envisager une mise en place à échelle humaine et non plus seulement administrative. Ainsi pour poursuivre, deux axes sont à développer, en parallèle des chantiers ouverts précédemment, la transmission et l’accompagnement de ce projet d’accueil et de dynamisation du territoire par l’installation de familles auprès des collectifs citoyens. Il s’agirait de mettre en place les conditions de l’appropriation des outils que nous avons développés pour l’ingénierie sociale mais aussi pour la création de parcours d’insertion, voire de développement de niches d’activités par exemple autour de l’itinérance et des services à la personne ou du recyclage. A ce titre, cette rencontre est la bienvenue pour à la fois mieux appréhender les projets en cours mais aussi les potentiels relais et collaborations à envisager.

Enfin, le dernier point évoqué, les aspects financiers ont eu un effet rassembleur de nos différentes structures, tous souffrons d’une grande fragilité car éminemment dépendants des financements publics et notre capacité d’autofinancement est trop insuffisante. La conclusion pourrait être que si la Fondation de France cesse son soutien, il n’est pas sûr que cela perdure… Aussi, comment la Fondation de France peut-elle continuer auprès des porteurs de projet ? Quelques pistes non financières se sont dégagées : en ingénierie par exemple pour le montage des dossiers Leader, par la mobilisation de donateurs sur le territoire qu’ils soient au niveau des privés comme des collectivités. Enfin, il a été proposé deux possibilités respectivement par Écoloc et Aventic, qui sont parfaitement complémentaires, d’une part la création d’un « pot commun » dans lequel les structures mettraient une participation et dont le solde pourrait servir quand une structure connaît une difficulté financière ou un retard de trésorerie ; d’autre part la création d’une SCIC permettant aux personnes morales de participer, et en outre d’être reconnues d’utilité publique.

Maintenant, nous attendrons les retours de la Fondation de France sur cette rencontre et les potentielles suites de soutien pour le maintien, voire le développement de nos actions.

Un grand merci à tous.

Immigrati & Integrazione, Paroles Vives à Naples les 2 et 3 mars 2017

Immigrati
& Integrazione
Per tanti solo un miraggio?

Immigrés et intégration, un projet européen visant à évaluer et identifier les bonnes pratiques concernant les parcours d’intégration des populations immigrées en Europe et rédiger une charte d’accueil pour les étrangers

Présentation de la situation en Hollande et de la structure DonaDaria

Dans le cadre du projet européen Immigration and Integration, Paroles vives a participé à la première table ronde organisée à Naples les 2 et 3 mars 2017 par les associations italiennes Alisei Coop (insertion et accompagnement aux immigrés par le travail et le logement) et Cidis Onlus (accueil intégration des étrangers). Six pays européens étaient représentés par diverses structures privées (association, fondation) ou publiques (commune et service communal).

État des lieux sur l’accueil des étrangers selon nos actions dans nos différents pays européens et échange de bonnes pratiques

Un certain nombre d’axes ont été proposés afin de guider la réflexion, comme un regard historique sur les 30 ou 50 dernières années d’immigration et les parcours d’intégration. Ainsi, comment, à partir des parcours d’intégration des 2e et 3e générations, peut-on collecter les bonnes pratiques. Ces questions permettent de contextualiser le parcours d’intégration à la lumière des politiques publiques de chaque pays, les situations provoquées par la, les crise-s économique-s et plus récemment la plus grande visibilité des migrants qu’ils soient économiques ou réfugiés. Durant deux demi-journées, à tour de rôle, nous avons exposé à la fois des situations concrètes vécues et observées, nous avons livré nos analyses sur les orientations politiques et citoyennes dans chacun de nos pays puis largement débattu autour de ces premiers témoignages afin de parvenir à valider ensemble les travaux que nous souhaiterions aborder.

Pour cela des préalables, qui vont devoir être approfondis, ont été fixés comme la nécessaire définition des termes à employer : réfugié, migrant, migrant économique, intégration, insertion, assimilation, accueil… Ces termes sont à la fois des catégories qui cloisonnent et qui définissent des espaces d’actions. Il est primordial dans la démarche qui est proposée de se poser autour de définitions et valeurs fondamentales.
Il nous semble inévitable de reposer régulièrement le cadre et le sens des acceptions utilisées. La terminologie à employer reflètera les valeurs qui sous-tendront nos échanges et la future charte d’accueil.

Une fois cette première approche du cadre de réflexion, les aspects opérationnels de nos témoignages respectifs sur les accueils et parcours d’intégration mis en place, mettaient en lumière les personnes impliquées, actrices des processus d’intégration. Qui sont-elles ? Quels sont leur place et leur moyen d’agir ? Qu’il s’agisse des personnes qui ont fui leur pays pour un mieux vivre ou des personnes qui accueillent, toutes sont les protagonistes du changement. Au cours de nos missions de terrain, nous avons pu relever que les dispositifs d’accompagnement à l’insertion ou à l’intégration démobilisent trop souvent les bonnes intentions en éteignant les compétences et l’esprit critique des personnes. Nous attendons dans la démarche et les productions de ce projet que soient abordées les conditions de l’ « Empowerment » et de l’accompagnement vers l’autonomisation, par exemple en analysant des processus intégrés de co-formation et valorisations des parcours de vie, ou encore en appréhendant des situations dans lesquelles les personnes migrantes peuvent ou ont pu vivre leur citoyenneté.

Conférence

A l’issue de ces échanges et premières réflexions collectives, Alisei Coop et le Cidis avaient invité des membres de la communauté Sant’Egidio pour témoigner et présenter le programme des corridors humanitaires.

Les guerres et les réfugiés
Présentation de la communauté Sant’Egidio

D’ailleurs, le 14 mars dernier le président François Hollande a signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre d’une «Opération d’accueil solidaire de réfugiés en provenance du Liban» avec Sant’Egidio et 4 autres organisations chrétiennes.


Cérémonie de signature du Protocole d’accord… par elysee

Nous espérons que ce protocole dépassera l’engagement écrit et permettra d’impacter les représentations craintives à l’égard du migrant fuyant la mort guerrière ou économique, afin de considérer le migrant comme une ressource et non pas un poids. Le propos du Président semble ouvrir l’accueil à tous les migrants, cependant peu de média ont relayé l’information…

Nous remercions Cidis Onlus et Alisei Coop, de nous avoir invités ainsi que Elisabetta Rosa de nous avoir mis en relation.

Prochaines rencontres

  • Madrid, 22 – 23 mai 2017
  • Molenbeek, 22-23 juin 2017
  • Perugia, 21-22 septembre 2017
  • Marseille, 30 novembre – 1er décembre 2017
  • Offenbach, 25-26 janvier 2018

AliseicoopCidis Onlus

                                

              

 

Logiques de vie, logiques de territoires : solutions durables pour une installation de nouveaux habitants et un développement des territoires en revitalisation

Visite et rencontre de deux familles avec des habitants et des acteurs de Serres et de Laragne-Montéglin, 16 mars 2016 – Film réalisé par Vanessa Escalante pour Paroles Vives

Logiques de vie, logiques de territoires, s’inscrit dans les projets précédents de l’association dont l’objectif est de mettre à l’œuvre  les méthodologies et les outils des sciences humaines et sociales au service de problématiques sociales et de développement local en développant des projets de recherche-action dans lesquels la « Personne » reste centrale et actrice du changement.

CONTEXTE PRÉALABLE

Depuis 2008, Paroles Vives a mis ses compétences et ses outils au service d’une installation choisie et réussie des ressortissants européens qui étaient éloignés des droits communs sur le territoire des Bouches-du-Rhône :

  • Paroles Vives a ouvert un terrain ethnographique afin de faire une étude sur la population migrante en situation de mal-logement sur Marseille et la région fréjusienne (2008-2009).
  • L’association a animé des ateliers de sensibilisation auprès des travailleurs sociaux pour l’amélioration de l’accueil et l’accompagnement social des migrants européens (2011-2013).
  • Par la suite, les chercheurs de Paroles Vives ont analysé deux programmes d’insertion par le logement et mené un travail de recueil de parcours de vie dans le but de collecter les données constituantes des savoir-faire et savoir-être pour la réalisation de curriculum vitae (2013-2014).
  • Dans cette continuité, Paroles Vives a porté son attention sur le système d’offre de formation et d’apprentissage du français langue étrangère correspondant peu à la situation quotidienne des habitants des squats et des bidonvilles. L’association a proposé de construire un parcours d’apprentissage intégré du français langue étrangère (2014-2015).

CONSTAT DE DÉPART

Départements Bouches-du-Rhône et des autes-Alpes (source histgeo.ac-aix-marseille.fr)

Nous observons un déséquilibre géo-démographique entre les zones urbaines (Marseille et son agglomération) et rurales (exemple des Hautes-Alpes) avec des répercussions d’une part, sur l’accès aux services et droits communs et d’autre part, sur le développement social et économique des territoires.

L’OBJECTIF DU PROJET

Nous souhaitons rapprocher les potentiels entre les perspectives et les offres des Hautes-Alpes

ET

les besoins, les compétences et les qualités des familles  des Bouches-du-Rhône, candidates à l’installation dans les Hautes-Alpes.

visuel-1visuel-2

visuel-3    visuel-4

En mettant en correspondance ces potentiels et ces besoins, nous souhaitons contribuer au développement respectueux des projets humains et des territoires à travers l’insertion exemplaire des familles et la dynamisation des communes rurales.

COMMENT

En concevant et expérimentant une méthodologie collaborative, reproductible, transférable et transmissible aux acteurs et structures des territoires :

  • Installation de 3 à 4 familles en réunissant l’ensemble des conditions pour une insertion exemplaire.
  • Suivi du « processus accueillants/accueillis » en collaboration avec les acteurs
  • Production d’une méthodologie et d’outils reconductibles et transférables.

CADRE DE RÉALISATION

Durée : 2 ans

Mise en place de 2 instances de suivi : 

  • Comité de pilotage : Fondation Abbé Pierre, DRDJSCS Paca, DDCS13, Région PACA
  • Comité Scientifique et Technique de suivi
    • Acteurs de l’accompagnement insertion par le logement et scolarisation (AMPIL, FAP, ADOMA, HAS, CASNAV);
    • Acteurs de territoire / développement local, cohésion sociale & logement (ADRETS, Comex 05, Pays Sisteronais -Buëch, Pays Gapençais);
    • Acteurs de la réflexion et analyse des processus de l’habiter (chercheurs du Laboratoire TELEMME-MMSH)

Moyens méthodologiques

  • Collecte et analyse de données statistiques (démographiques, sociales, structurelles, etc.)
  • Collecte et analyse de contenu (recherche documentaire, entretiens individuels, entretiens collectifs, observation participante, etc.)
  • Conception et mise en œuvre de réunions collectives et collaboratives de travail et de réflexion (groupes de travail à Marseille et dans les Hautes-Alpes)
  • Ateliers d’accompagnement des publics candidats à l’installation (projection professionnelle, construction du projet de vie, visite sur place, démarchage accompagné, etc.)

L’analyse des actions menées jusqu’à présent et les outils méthodologiques qui en ont été produits feront l’objet d’un autre billet que nous publierons prochainement sur ce site.

Démarrage de l’action : octobre 2015

N’hésitez pas à laisser vos questions ou vos commentaires, comme à nous suivre en vous abonnant au flux de syndication

Projet soutenu par :

2016-05-lvlt-logo

Projet « Conception et expérimentation d’un apprentissage intégré du Français Langue Etrangère (FLE) »

Contexte du projet

Depuis 2008, Paroles Vives a mis ses compétences et ses outils au service d’une installation choisie et réussie des ressortissants roumains et bulgares qui étaient éloignés des droits communs sur le territoire local. L’association a animé (2011-2013) des ateliers de sensibilisation auprès des travailleurs sociaux pour l’amélioration de l’accueil et l’accompagnement social des migrants. Paroles Vives a également,  tout en analysant deux programmes d’insertion par le logement, mené un travail de recueil de parcours de vie dans le but de collecter les données constituantes des savoir-faire et savoir-être pour la réalisation d’un curriculum vitae (2014-2015).

Dans la continuité des actions menées précédemment :

Paroles Vives a porté son attention sur l’absence d’un apprentissage approprié de la langue française et l’éloignement des dispositifs dédiés à cet apprentissage.

En mettant au centre de la réflexion et de l’opérationnalité, le contexte déterminant de la précarisation des modes de vie de cette population migrante qui aurait vocation à travailler en France, Paroles Vives a proposé de construire un parcours intégré de l’apprentissage de la langue du pays d’accueil (2014-2015).

Dans l’objectif d’améliorer l’installation digne et efficiente des familles, le diagnostic repose sur un des leviers à mobiliser et transmettre pour accompagner à l’établissement des familles :  pratique et usages de la langue française, outil de socialisation et de partage des cultures.

Compte tenu des modes de vie à ce jour sur sites précaires et mouvants (campements et squats), le système d’offre de formation et d’apprentissage du français langue étrangère correspond peu à la situation quotidienne des habitants des squats. Ces formations se déroulent principalement dans des structures dédiées et dans le cadre de dispositifs spécifiques. En l’absence de bénévoles, ou d’une mise en place d’accompagnement social vers ces structures, les adultes restent éloignés de ces formations.

Mise en place du projet

Le projet a été déposé en janvier 2013, les premiers financements ont été reçus courant de l’été 2014 avec pour financeurs dans un premier temps, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, la Ville de Marseille, puis dans un second temps l’Etat (DDCS des Bouches-du-Rhône).
C’est un travail de recherche et d’expérimentation, il se fait donc au plus près des familles en situation de précarité. L’animation des ateliers FLE vient enrichir la construction de la méthode et les outils pédagogiques qui seront transmis, dans un deuxième temps, à des opérateurs de terrain  dont le rôle principal est l’accompagnement social, sanitaire, voire accompagnement à l’insertion des familles, mais qui souvent de fait ne sont pas professionnels du FLE ou même formés à cette discipline.

Le projet a démarré en septembre 2014 avec une première tranche de réalisation expérimentale d’ateliers FLE, par Noëlle Mas collaboratrice intervenante pour Paroles Vives, assortie d’une mission de coordination, de mise en place de partenariats et d’accompagnement de l’intervenante. Les ateliers expérimentaux ont démarré en novembre 2014, après un mois d’immersion et d’observation et se sont arrêtés le 11 mars 2015. Ils ont eu lieu au sein d’un Espace Solidaire d’Hébergement (ESH) géré par l’association AMPIL, lequel abritait environ une dizaine de familles.

Atelier FLE à l'ESH - juillet 2015
Atelier FLE à l’ESH – juillet 2015

Une deuxième tranche de réalisation expérimentale a débuté en juin 2015 pour une durée de 6 mois avec Alice Derégnaucourt, chargée de mission FLE à Paroles Vives et Eiber Acosta, étudiant stagiaire en Master 2 Recherche Sciences du Langage dans le cadre du partenariat avec le département FLE Aix-Marseille Université. Pour accompagner la validation du déroulement et des productions, un Comité Scientifique et Technique de Suivi a été mis en place composé de Valentina Barbu, chargée de mission animatrice de réseau du Centre de Ressources Illettrisme (CRI) PACA, Sophie Etienne, Présidente de Didac’ Ressources et Directrice de la Fédération des AEFTI (dissoute en 2015), Claire Sanjuan, chargée de la mission Emploi du Secours Catholique, Marion Bonnet, coordinatrice de la mission Rrom de l’Action Méditerranéenne pour l’Insertion par le Logement (AMPIL) et Sylvie Wharton, directrice du département FLE Aix-Marseille Université.

Les ateliers FLE ont repris dans l’Espace Solidaire d’Hébergement, géré par l’AMPIL et dans un nouveau site de type squat. Les deux lieux accueillent des familles rroms en grande précarité et nous avons été confrontés à deux réalités très différentes en termes d’espace et d’accompagnement social. Cela vient enrichir le travail de recherche et d’expérimentation, permet une approche comparative et une réflexion sur les conditions de faisabilité et de transmission des outils pédagogiques.

Squat à Marseille - juillet 2015
Squat à Marseille – juillet 2015

L’Espace Solidaire d’Hébergement qui accueille à présent 7 familles, est un site que nous qualifions d’espace « protégé ». Il y a un véritable lieu pouvant faire office de « salle de classe ». Celle-ci est climatisée, avec un tableau, des tables et des chaises. Les familles laissent leurs soucis à l’entrée et cela est possible grâce à l’accompagnement quotidien des médiateurs de l’AMPIL. Par contre, dans le deuxième site, le squat, qui héberge 6 familles, où nous avons convenu grâce à leur proposition, de faire les ateliers dans une zone commune de l’immeuble qu’ils partagent, l’espace de l’atelier est totalement ouvert. Il n’y a pas de seuil symbolique signifiant un temps spécifique et dédié à l’atelier. En outre, il n’y a pas de vitres aux fenêtres, l’espace n’est donc pas protégé du bruit de la rue, ni du froid en hiver ou de la chaleur en été. Les nombreux enfants qui jouent autour des parents pendant les ateliers, demandent également beaucoup d’attention, tant de la part des parents qui sont donc sollicités que de la part du formateur. A la différence des familles de l’ESH, la situation précaire des familles du squat est aggravée par leur manque d’accompagnement au quotidien. Hormis l’assistance bienveillante et professionnelle de Jane Bouvier de « l’École au présent », ainsi que le suivi de l’équipe  mobile de l’AMPIL dans le cadre de la mission rrom, il n’y a pas d’intervenants régulièrement présents qui accompagnent ces familles lesquelles se retrouvent dans une jungle face aux institutions et aux démarches administratives.

2015.07 Squat réduit
Atelier FLE au squat – juillet 2015

Ateliers FLE et approche méthodologique… à suivre

Le parcours d’apprentissage intégré s’articule autour des besoins sociaux des familles face aux démarches d’installation. Il s’agit de leur fournir les outils socio-langagiers minimums leur permettant de devenir des acteurs de leurs propres démarches et ainsi faciliter leur accès aux dispositifs de droit commun et à l’emploi.

2015.07 ESH 2 réduit
Atelier FLE à l’ESH – juillet 2015

L’analyse des ateliers menés jusqu’à présent et les outils pédagogiques qui en ont été produits feront l’objet d’un autre billet que nous publierons prochainement sur ce site.

N’hésitez pas à laisser vos questions ou vos commentaires, comme à nous suivre en vous abonnant au flux de syndication

Projet soutenu par

logo_Ville-Acse_CMJN CD13

VDM

 

 

En partenariat avec

Logo_AMPIL
AMPIL

LOGO AMU