Archives de catégorie : Billets

Immigrati & Integrazione, Paroles Vives à Naples les 2 et 3 mars 2017

Immigrati
& Integrazione
Per tanti solo un miraggio?

Immigrés et intégration, un projet européen visant à évaluer et identifier les bonnes pratiques concernant les parcours d’intégration des populations immigrées en Europe et rédiger une charte d’accueil pour les étrangers

Présentation de la situation en Hollande et de la structure DonaDaria

Dans le cadre du projet européen Immigration and Integration, Paroles vives a participé à la première table ronde organisée à Naples les 2 et 3 mars 2017 par les associations italiennes Alisei Coop (insertion et accompagnement aux immigrés par le travail et le logement) et Cidis Onlus (accueil intégration des étrangers). Six pays européens étaient représentés par diverses structures privées (association, fondation) ou publiques (commune et service communal).

État des lieux sur l’accueil des étrangers selon nos actions dans nos différents pays européens et échange de bonnes pratiques

Un certain nombre d’axes ont été proposés afin de guider la réflexion, comme un regard historique sur les 30 ou 50 dernières années d’immigration et les parcours d’intégration. Ainsi, comment, à partir des parcours d’intégration des 2e et 3e générations, peut-on collecter les bonnes pratiques. Ces questions permettent de contextualiser le parcours d’intégration à la lumière des politiques publiques de chaque pays, les situations provoquées par la, les crise-s économique-s et plus récemment la plus grande visibilité des migrants qu’ils soient économiques ou réfugiés. Durant deux demi-journées, à tour de rôle, nous avons exposé à la fois des situations concrètes vécues et observées, nous avons livré nos analyses sur les orientations politiques et citoyennes dans chacun de nos pays puis largement débattu autour de ces premiers témoignages afin de parvenir à valider ensemble les travaux que nous souhaiterions aborder.

Pour cela des préalables, qui vont devoir être approfondis, ont été fixés comme la nécessaire définition des termes à employer : réfugié, migrant, migrant économique, intégration, insertion, assimilation, accueil… Ces termes sont à la fois des catégories qui cloisonnent et qui définissent des espaces d’actions. Il est primordial dans la démarche qui est proposée de se poser autour de définitions et valeurs fondamentales.
Il nous semble inévitable de reposer régulièrement le cadre et le sens des acceptions utilisées. La terminologie à employer reflètera les valeurs qui sous-tendront nos échanges et la future charte d’accueil.

Une fois cette première approche du cadre de réflexion, les aspects opérationnels de nos témoignages respectifs sur les accueils et parcours d’intégration mis en place, mettaient en lumière les personnes impliquées, actrices des processus d’intégration. Qui sont-elles ? Quels sont leur place et leur moyen d’agir ? Qu’il s’agisse des personnes qui ont fui leur pays pour un mieux vivre ou des personnes qui accueillent, toutes sont les protagonistes du changement. Au cours de nos missions de terrain, nous avons pu relever que les dispositifs d’accompagnement à l’insertion ou à l’intégration démobilisent trop souvent les bonnes intentions en éteignant les compétences et l’esprit critique des personnes. Nous attendons dans la démarche et les productions de ce projet que soient abordées les conditions de l’ « Empowerment » et de l’accompagnement vers l’autonomisation, par exemple en analysant des processus intégrés de co-formation et valorisations des parcours de vie, ou encore en appréhendant des situations dans lesquelles les personnes migrantes peuvent ou ont pu vivre leur citoyenneté.

Conférence

A l’issue de ces échanges et premières réflexions collectives, Alisei Coop et le Cidis avaient invité des membres de la communauté Sant’Egidio pour témoigner et présenter le programme des corridors humanitaires.

Les guerres et les réfugiés
Présentation de la communauté Sant’Egidio

D’ailleurs, le 14 mars dernier le président François Hollande a signé un protocole d’accord pour la mise en œuvre d’une «Opération d’accueil solidaire de réfugiés en provenance du Liban» avec Sant’Egidio et 4 autres organisations chrétiennes.


Cérémonie de signature du Protocole d’accord… par elysee

Nous espérons que ce protocole dépassera l’engagement écrit et permettra d’impacter les représentations craintives à l’égard du migrant fuyant la mort guerrière ou économique, afin de considérer le migrant comme une ressource et non pas un poids. Le propos du Président semble ouvrir l’accueil à tous les migrants, cependant peu de média ont relayé l’information…

Nous remercions Cidis Onlus et Alisei Coop, de nous avoir invités ainsi que Elisabetta Rosa de nous avoir mis en relation.

Prochaines rencontres

  • Madrid, 22 – 23 mai 2017
  • Molenbeek, 22-23 juin 2017
  • Perugia, 21-22 septembre 2017
  • Marseille, 30 novembre – 1er décembre 2017
  • Offenbach, 25-26 janvier 2018

AliseicoopCidis Onlus

                                

              

 

Présentation à Marseille du 21e rapport sur le Mal logement en France – Paroles Vives présente ses travaux autour de l’habiter

Après toute une vie en squat, caravane ou cabane, N. raconte sa première nuit dans son appartement. Extrait du 29 janvier 2016

Dans le cadre de la présentation du 21èinvitation FAPme Rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre ce 1er Avril 2016 à la Villa Méditerranée à Marseille, Paroles Vives tient un stand illustrant ses travaux.

20160401_114424

 Paroles Vives préIMG_4199sente, sur la table et un panneau, des exemples de travaux autour de l’installation à Marseille de différentes migrances à plusieurs époques  et des modes d’habiter avant que ces migrants entrent dans des réseaux ou dispositifs d’insertion.

Les réfugiés Arméniens dans les années 20 à Marseille se sont installés au Camp Oddo, dans des hôtels meublés, ont construit des cabanes sur des terrains privés formant des bidonvilles, puis plus tard leur maison dans différents quartiers à Marseille, comme plus loin et ailleurs en France ou en Europe…

L’insertion et l’inscription sur le territoire de ces migrants, plus ou moins fortunés ou inscris dans des réseaux de solidarités, suivent les mêmes chemins.  En 2008, l’équipe de Paroles Vives avait été chargée par la Fondation Abbé Pierre d’une étude sur une récente migration qui commençait à être visible alors que les derniers bidonvilles avaient été éradiqués dans les années 90 à Marseille lors de la construction d’un complexe commercial entre mer et colline sur les hauteurs de Saint-André. Ces migrants se sont installés dans les interstIMG_4205ices libres de l’agglomération marseillaise : les friches industrielles et les immeubles délabrés, abandonnés jusqu’à ce que les programmes de réhabilitation forcent ces habitants réfugiés à errer à la recherche de nouveaux abris.

En 2015, La situation n’a guère évolué, les sites d’installation sont connus et diagnostiqués par des associations et les services de l’État dans le cadre de la mise en œuvre de la circulaire de 2012 sur l’évacuation des campements illicites. Paroles Vives a travaillé sur 2 sites pour la réalisation d’ateliers d’apprentissage du français langue étrangère dans le cadre de la production d’un parcours d’apprentissage intégré et d’une mallette à destination des acteurs formateurs-relais non FLE.

20160401_114319 A côté de la table de Paroles Vives, d’autres associations soutenues, elles aussiaffiche Latcho Divano 2016, par la Fondation Abbé Pierre dans le cadre de leur projet, présentent leurs productions. IMG_4203

Latcho Divano présente leur festival annuel du même nom.

 

 

L’association ArtriballesIMG_4209   présente son livre et DVD Brules-moi, comme ça, je peux chanter ! de nombreuses années de vie avec les familles roms vivant dans les marges de la cité. Les artistes de Artriballes ont travaillé avec elles, collecté leurs témoignages et coproduit avec les familles cette restitution sensible de la rencontre humaine à travers ce documentaire et ce livre. Artriballes n’a pas seulement travaillé et échangé culturellement, artistiquement, il s’est agi à la fois d’accompagner dans toutes les démarches sociales ces familles ainsi que dans la reconnaissance de leur existence et présence.

Chantal DeckmynLe cabinet Lire la Ville  présente les travaux d’étude de Chantal Deckmyn autour de l’espace public et ses usages perdus ou interdits. En s’attelant à comprendre les besoins d’usage pour les personne SDF. A travers la lutte contre les sans-abris et leur occupation des espaces publics, il est démontré comment ce sont toutes les populations qui vivent et pratiquent l’espace public qui sont aussi impactées. Après la publication du rapport d’étude, un ouvrage pédagogique et opérationnel à destination des donneurs d’ordre est en cours d’édition afin qu’ils changent de vision et de les accompagner à rendre l’espace aux publics.

Une journée de restitution et de rencontres riche et très intéressante. Le petit plus a été cette invitation de la Fondation Abbé Pierre aux associations  de pouvoir présenter les travaux soutenus. Cette action se révèle fondamentale pour nos associations qui ont de plus en plus de difficulté à réaliser les projets et trouver les financements pour les conclure. Nous remercions la Fondation Abbé Pierre de nous avoir invités et ouvert cette audience.

 

Journées Européennes du Patrimoine 2015

19 septembre ou 26 septembre 2015 à 14h et/ou 15h30 et/ou 18h30 

De la mer à la terre, premières installations des arméniens à Marseille

Journée de partage de mémoires

Paroles Vives en collaboration avec ARAM et ACT vous proposent de vous guider sur les pas des exilés arméniens descendant tout droit du bateau et pour la plupart orientés au camp Oddo. Peu après, les familles se sont installées dans le quartier des Crottes  et de la Cabucelle. Entre modes d’habitat – de la tente à la maison en passant par les baraquements et l’autoconstruction -, modalités d’accès au travail – de l’usine à l’artisanat et au commerce -, les familles arméniennes reconstruisent leur vie sur ce bout de territoire marseillais comme beaucoup d’immigrés avant et après eux l’ont fait et continuent de faire.

Cette histoire est singulière, par ce premier génocide décimant tant de familles, et aussi commune. Ces guerres nous sont souvent proches  et l’installation de ces familles à Marseille marque le territoire tant dans la mémoire collective que dans l’organisation territoriale.

Les quartiers des Crottes et de La Cabucelle ont souvent été des zones de passage pour les diverses vagues migratoires, en témoignent les noms des rues et les souvenirs de leur plus âgés habitants. Paroles Vives vous convie à partager ce bout d’histoire commune, à travers une balade dans ces quartiers sur les traces et les vies de ces familles.

Ce journée vous est offert grâce à la commande que le Musée d’Histoire de Marseille nous a passée et la collaboration avec ARAM et ACT. Ainsi, après une visite commentée de l’exposition « 100 portraits d’exil » au Musée d’Histoire (clôture le 27 sept. 2015), nous partirons rejoindre notre point de départ au métro Bougainville pour démarrer avec l’arrivée des arméniens à Marseille et le camp Oddo.  Chaussés de bonnes chaussures et de tout ce qu’il faut pour un voyage dans le temps et les mémoires, nous parcourrons le quartier à la découverte des témoignages, des traces  et des illustrations pour reconstituer ce bout de vie, ce patrimoine commun.

Remarques techniques : se reporter au flyer sur le descriptif et horaires. La durée de la manifestation dans sa totalité (expo + balade+buffet) est d’approximativement 5h. Vous pouvez opter que pour une ou deux parties seulement, n’oubliez pas de vous inscrire !!! Cela est obligatoire.

téléchargez le programme (pdf) : flyer-armenie-xs-

affiche JEPaffiche verso JEP

MIGRATIONS ARMENIENNES : UN ANCRAGE DANS LES BOUCHES DU RHONE

Paroles Vives poursuit la valorisation des archives sonores sur la mémoire arménienne à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône. Après le cycle de tables rondes et l’exposition itinérante réalisée dans le cadre de la commande des Archives départementales des Bouches-du-Rhône entre le 21 avril et le 2 juin 2015,

L'exposition itinérante sur panneau (à emprunter librement auprès des archives départementales des Bouches-du-Rhône)
L’exposition itinérante sur panneau (à emprunter librement auprès des archives départementales des Bouches-du-Rhône)

Nous vous invitons pour les Journées Européennes du Patrimoine qui fera l’objet du prochain article. Mais avant revenons sur les points clés de la première table ronde, qui s’est tenue le 21 avril 2015 dans l’auditorium des ABD 13. (Prochainement, nous ferons le compte-rendu des 2 autres tables rondes)

Cette première table ronde abordait les raisons de l’installation de la communauté arménienne sur le territoire des Bouches-du-Rhône à partir des années 20. Il s’agissait d’aborder le parcours d’exil des Arméniens à leur arrivée dans le département et les raisons de cet ancrage sur ce territoire.

Dans une volonté de pluralité des discours, les intervenants de la table ronde venaient d’horizons différents. Chercheur, membre associatif et témoins arméniens de la collecte de récits de vie réalisée par notre association en 2006/2007, ont échangé autour de cette implantation dans le département à partir de leurs recherches et de leurs vécus.

Pour cette occasion, nous avons eu la chance d’accueillir différents témoins et chercheurs sur la question. Nous tenons à les remercier encore une fois et souhaitons rendre un ultime hommage à Christian Varoujean Artin, partenaire et ami tristement disparu le 26 mai dernier.

Christian Artin était le directeur de l’ARAM, Association pour la Recherche et l’Archivage de la Mémoire Arménienne. Cette association «  collecte, archive et sauvegarde les documents, les livres, les cartes, les papiers, les témoignages, les photographies et globalement tous les éléments relatifs à l’Arménie, aux Arméniens avant le génocide de 1915 et les premiers massacres ottomans en 1895 et 1909, au génocide des arméniens perpétré par le Gouvernement « Jeunes Turcs » à partir de 1915, à l’histoire et la culture de la diaspora arménienne formée après le Génocide, dans la diaspora et notamment en France et en Europe ».
ARAM conserve ainsi d’importantes archives sur l’arrivée des Arméniens à Marseille après le génocide. L’intervention de Christian Artin a permis de retracer le contexte de cette installation, en s’appuyant sur les archives de son association
.

Véra Fritz, historienne et chercheure associée au laboratoire TELEMME, MMSH, était présente pour nous faire part de ses travaux de recherche lorsqu’elle était en Master d’histoire en 2009, à Aix-en-Provence. Son mémoire portait sur l’histoire de l’immigration arménienne dans le bassin de Gardanne des années 1920 à 1980, sous la direction du professeur Philippe Mioche.

Véronique Bruna, témoin de la collecte sur la mémoire orale des descendants d’arméniens dans les Bouches-du-Rhône (2006-2007), intervenait pour nous raconter le récit de sa grand-mère et de sa mère, arrivées dans le département dans les années 20. Il est possible d’écouter son témoignage « Explications et commentaires d’une rescapée du génocide arménien et de ses filles sur l’identité arménienne et sa transmission », aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (cote 12 AV 97 1), ainsi qu’en ligne sur le site de la Phonothèque de la MMSH (cote D2397).

Grégoire Minassian, témoin également de cette collecte, partageait avec nous l’histoire de sa famille, arrivée à Lavéra (Martigues) il y a 40 ans. Il est possible d’écouter son témoignage « Récit de vie d’un Arménien arrivé en France en 1975 » aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (cote 12 AV 47 1), ainsi qu’en ligne sur le site de la Phonothèque de la MMSH (cote D2346).

Stéphane Menu, journaliste de métier, a animé avec convivialité l’ensemble des tables rondes.

Nos invités et animateur
Nos invités et animateur (en partant de la gauche Grégoire Minassian, Vera Fritz, Stéphane Menu, Véronique Bruna, Christian Artin)

Et, dans le rôle des Voix, afin de croiser les témoignages et de valoriser le fonds d’archives sonores ayant suscité cette restitution – tables rondes et exposition -, des extraits sonores de témoignages ont ponctué et alimenté les échanges de nos intervenants et les débats avec la salle

  • Les raisons de l’installation des réfugiés arméniens sur le territoire bucco-rhôdanien

Pour bien comprendre l’arrivée des Arméniens dans les Bouches-du-Rhône suite au premier génocide humain connu, d’avril 1915 jusqu’en 1918 environ, Christian Artin a commencé par mettre en avant le contexte qui a poussé une vague de survivants à venir s’installer dans les Bouches-du-Rhône.

Ainsi, Christian Artin resitue l’arrivée en France en décrivant les raisons de l’exil ; les rescapés arméniens se sont retrouvés évacués, rejetés dans différents pays, notamment en Syrie et en Iraq actuel, ancien territoire du sud de la Turquie. A la fin de la première guerre mondiale, ces territoires sont sous occupation des puissances alliées, Anglais et Français se partagent les restes de l’empire Ottoman. Les Français gardent notamment la Cilicie et y établissent un protectorat. Les rescapés, pour la plupart, sont des femmes et des enfants rassemblés dans les orphelinats. En 1918, ils ont l’espoir de pouvoir retourner sur les terres ancestrales mais entre 1918 et 1922, la France abandonne le protectorat sur la Cilicie et les massacres reprennent. C’est à partir de 1922, qu’ont lieu des départs d’une partie des rescapés pour la France. Christian Artin prend l’exemple notable du bateau le Tourville

Télégramme arrivée du Tourville transportant des réfugiés arméniens, AD13 - 4 M 957
Télégramme annonçant l’arrivée du Tourville transportant des réfugiés arméniens, AD13 – 4 M 957

  qui dépose 400 arméniens à Toulon, lesquels sont transférés par la SNCF à la gare de St-Charles à Marseille.    A leur arrivée, les rescapés sont orientés vers des camps militaires à celui situé sur la butte St-Charles appelé camp Victor-Hugo, à l’endroit de l’actuelle université,  Oddo, Ste-Anne, Ste-Marthe,

Un exemple de camp, carte postale de l'entrée du camp Ste-Marthe, AD13 - 6 Fi 12111
Un exemple de camp, carte postale de l’entrée du camp Ste-Marthe, AD13 – 6 Fi 12111

ou encore des terrains privés comme celui appelé camp Mirabeau

En-tête des établissements Verminck, AD13 - 4 M 957
En-tête des établissements Verminck, AD13 – 4 M 957

(Ruisseau-Mirabeau) à St-André, propriété des Huileries Verminck.

En outre, l’intervenant rappelle que par un accord à la Société des Nations, les réfugiés arrivent avec un laisser-passer qui s’appelle le passeport Nansen leur conférant un statut de réfugié. Ce laisser-passer tout en leur permettant de franchir les frontières pour arriver en France, n’autorise aucun retour possible vers l’Arménie.

Les Arméniens arrivent à Marseille pour plusieurs raisons. Si le contexte de la Cilicie, sous protectorat français

AD13_4M1116_1_0001
exemple de laisser-passer de protégés français, AD13 – 4 M1116

, favorise la venue en France des Arméniens, cela s’inscrit dans la continuité de liens anciens entre la France et l’Arménie datant du 16e siècle. Sous Louis XIV, il existe de nombreux échanges entre les marchands marseillais et arméniens et vers les années 1800/1850, des commerçants s’installent à Marseille. Au début du 20e siècle, 400 arméniens vivent toujours à Marseille, ce qui a permis de mettre en place très rapidement un réseau d’entraide. C’est ainsi que le tissu relationnel dans la ville va faciliter l’arrivée des rescapés. En 1922, deux structures font le lien et gère les relations entre la Préfecture, la Mairie et les réfugiés, il s’agit de l’union nationale arménienne et du Comité de secours aux réfugiés arméniens.

Descriptifs des métiers des arméniens du camp Oddo, lettre adressée au Préfet de la part du Directeur des réfugiés arméniens du camp, 1923, AD13 - 4 M 957
Descriptifs des métiers des arméniens du camp Oddo, lettre adressée au Préfet de la part du Directeur des réfugiés arméniens du camp, 1923, AD13 – 4 M 957

L’ARAM conserve de nombreux documents relatant la vivacité des associations arméniennes. Entre 1923 et 1927, une cinquantaine d’associations sont créées à Marseille pour accueillir les réfugiés. L’espoir de rentrer au pays est vivace jusqu’en 1927, année où la loi kémaliste de Turquie est éditée. Cette loi prive les Arméniens de leur bien et de leur nationalité, elle achève ainsi tout espoir de retour.

L’ancrage des Arméniens à Marseille est aussi favorisé par le besoin de main d’œuvre dans de nombreuses industries marseillaises. Beaucoup d’arméniens sont embauchés dans les usines, les mines, les quais. Dans les camps de réfugiés, il y avait des bureaux de la main d’œuvre étrangère qui plaçaient les Arméniens partout en France mais beaucoup d’entre eux répugnaient de sortir de Marseille car cela impliquait une rupture avec la communauté qui se mettait en place. Pour être embauché, il fallait obtenir un certificat d’immatriculation en fournissant certains papiers qui faisaient office de titre de séjour provisoire. Cependant, dans les années 30, avec la loi Laval sur la préférence nationale dans les entreprises qui fixe un quota de moins de 10% d’étrangers en leur sein, le statut des apatrides arméniens se transforme en simple statut d’étranger. Pour faire face à cette loi, ils prônent qu’ils ne sont pas des réfugiés comme les autres, qu’ils sont apatrides et devraient donc avoir un traitement particulier. Beaucoup d’Arméniens vont se retrouver au chômage. La période des années trente devenant incertaine, ils sont nombreux à vouloir s’enrôler dans l’armée française au moment de la seconde guerre mondiale, dans l’espoir d’obtenir par la suite leur naturalisation. Ainsi, la naturalisation des réfugiés s’est beaucoup faite après leur mobilisation militaire même si elle a eu lieu tout au long des vagues migratoires. Aussi, certains réfugiés ont eu plus de facilité pour se faire naturaliser, notamment ceux qui étaient protégés français (provenant du protectorat français).

Christian Artin poursuit sur les sites d’implantation territoriale. L’installation des Arméniens à Marseille dans les années 20 est encore visible aujourd’hui et l’on distingue toujours des quartiers arméniens à Marseille en fonction des origines distinctes. C’est le cas de Beaumont (13012), St Loup (13010), St Jérôme (13013), St Antoine (13015), Verduron (13015)… Et il est intéressant de remarquer qu’avec les dernières émigrations arméniennes, de nouveaux quartiers ont été investis comme Air Bel (13010), par exemple, qui a la fonction d’un quartier de transit comme Belsunce (13001) l’avait été dans les années 20. Actuellement, on compte 80 000 franco-arméniens à Marseille, chrétiens apostoliques pour la majorité, puis viennent ensuite les protestants et les catholiques. Dans le Vaucluse, on dénombre 800 familles arméniennes.

  • L’exemple de l’installation arménienne dans le bassin de Gardanne

Le but de la recherche de Véra Fritz était de comprendre pourquoi les Arméniens se sont installés dans le bassin de Gardanne et comment s’est faite l’intégration. Elle a travaillé à partir des listes nominatives de recensement de la population de Gardanne afin de connaître la nationalité et la profession de ses habitants et plus particulièrement les professions exercées par les Arméniens lors de leur installation à Gardanne et leurs lieux de vie.

Elle explique que « l’installation des Arméniens dans le bassin de Gardanne vient du fait qu’ils sont allés travailler à la mine et à l’usine d’alumine, deux industries présentes sur ce territoire. Le manque d’ouvriers dans ces usines a conduit à une arrivée massive d’étrangers dans le bassin gardannais pour venir y travailler. L’accès à l’emploi y était facile mais il s’agissait d’un travail journalier. La mine a été un moyen de survie temporaire et les Arméniens n’ont pas cherché à rester dans cet emploi. Le recensement montre d’ailleurs une chute de la population arménienne en 1926 qui a correspondu à un retour sur Marseille et à une reconversion du travail de la mine dans le commerce et l’artisanat. La liste de recensement de la population montre que le chemin vers ces secteurs a été rapide. L’intégration arménienne dans le bassin gardannais s’est bien passée car en tant qu’apatrides, ils avaient pour but de s’installer le plus rapidement possible.

  • Deux récits qui illustrent des parcours d’installations

Véronique Bruna nous explique que sa mère est née en 1923 dans la ville de Zara, en Anatolie. Elle est arrivée à l’âge de 6 ans à Marseille. Les grands-parents maternels de sa mère étaient de riches paysans. Ils étaient très tournés vers l’Europe, très occidentalisés, la France, en tant que pays chrétien, était une référence pour sa grand-mère. Elle est partie de Turquie avec l’aide de passeurs et avec un contrat de travail en poche, qui lui a permis de travailler dès son arrivée dans une usine de carrelage à Pont St Esprit. Les passeurs orientaient les réfugiés vers les endroits où vivait déjà une partie de la famille en France, ils avaient tout un registre sur lequel il y avait les noms des familles avec les provinces et les destinations. Sa grand-mère est arrivée à Pont Saint Esprit après avoir débarquée à Marseille en bateau car son frère y habitait déjà. Elle est partie avec deux de ses enfants en France. La mère de Véronique Bruna n’avait pu quitter l’orphelinat à Istanbul avec son frère et sa sœur aîné mais elle n’a pas voulu rester à l’orphelinat et à réussi à rejoindre sa propre mère, avec l’aide de cousins qui voulaient se rendre en France. Une fois en France, le but était de se reconstruire et que l’arménité ne se perde pas. La langue qui était parlée à la maison était l’arménien. Pour sa grand-mère, le plus important était l’école, il fallait se faire « bien remarquer » dans le but de remonter l’échelon social que la famille avait perdu. Il y avait donc cette volonté de se sacrifier pour ses enfants. La volonté était aussi de s’enraciner, c’était important pour elle d’être propriétaire, d’acheter son tombeau, d’être indépendant en étant son propre patron par l’artisanat, par exemple. Les membres de la famille élargie sont restés quatre ans ensemble à Pont Saint Esprit, ils vivaient dans le même immeuble et il y avait une solidarité familiale. Sa mère a vécu avec sa propre mère et ses frères et sœurs, à quatre dans la même pièce. Dans l’immeuble il y avait que des Arméniens. Elle raconte aussi qu’à l’adolescence, sa mère a été contrainte à un mariage arrangé organisé par des marieuses (des archives de l’ARAM témoignent de cette pratique). Elle s’est mariée à 17 ans avec un arménien qui avait 30 ans, il venait de la même région qu’elle. Une fois mariés, ils sont partis en 1940 à Avignon, rejoindre la belle famille.

Grégoire Minassian est né le 8 avril 1963 en Arménie, à Erevan, il est le benjamin d’une fratrie de trois enfants. Il est arrivé avec ses parents en France en 1975. Afin de mieux comprendre les raisons de cette installation tardive en France, comparé au reste de la diaspora, il revient sur son histoire familiale paternelle. La famille de la sœur du grand-père de Grégoire Minassian est partie en Grèce pour prendre le bateau pour Marseille dans les années 1923. L’autre partie de la famille, ses grands-parents, a pris un autre bateau en Grèce pour Marseille mais il a été détourné pour Odessa. Ils sont donc revenus en Arménie par la suite et la famille s’est divisée en deux. La famille de la sœur du grand-père est restée quelques années sur Marseille, elle est d’abord arrivée au Camp Oddo en 1923, puis s’est installée vers Sainte-Marguerite car il y avait déjà une communauté arménienne dans ce quartier. Là-bas, ils ont commencé à travailler en vendant des cacahuètes au vélodrome et à l’hippodrome. Ils ont ensuite appris le métier de boulanger et en 1961 ils se sont installés à Lavera pour reprendre une boulangerie qui était en vente. Ils ne connaissaient pas trop cette ville, il n’y avait aucun arméniens. Ils s’y sont installés en raison des nombreuses usines pétrochimiques en activité dans le coin, pensant alors que la boulangerie allait bien marcher. La famille de Grégoire Minassian qui vivait à Erevan, en Arménie, n’avait pas de nouvelles de ce côté de la famille. Il aura fallu du temps pour que les deux parties de la famille se retrouvent. Ce rapprochement a eu lieu grâce à l’ouverture vers l’occident de l’URSS qui a autorisé les contacts avec les Arméniens partis en France. En 1970, la grande tante (la sœur du grand-père de Grégoire Minassian) décide de partir en Arménie pour retrouver son frère, séparée depuis 45 ans. En faisant des recherches et grâce aux contacts qu’elle avait sur Erevan, elle a trouvé le fils de son frère (le père de Grégoire Minassian) et sa belle-soeur (la grand-mère de Grégoire Minassian). Elle n’a, par contre, pas pu revoir son frère, décédé lors de la guerre de Stalingrad. A la suite de ces retrouvailles, elle les a aidé à faire les papiers afin que la famille puisse venir en France car vivre en Arménie soviétique devenait difficile en raison de l’oppression. Ainsi, le choix fait de venir en France était pour retrouver l’autre partie de la famille mais aussi pour avoir une certaine liberté par rapport au régime soviétique. A ce moment là, la France était vue comme l’Amérique se rappelle Grégoire Minassian. Elle était vue comme un rêve, la recherche de la liberté. Pour venir en France, il a fallu faire de nombreuses démarches pour obtenir les papiers, il a fallu aller à Moscou, être en lien avec des avocats en France. Son grand oncle, en France, a dû faire un contrat de travail à son père pour la boulangerie. Les démarches ont pris trois ans, la famille est arrivée en mars 1975, Grégoire Minassian avait 10 ans. Pendant ces trois années d’attente en Arménie Soviétique, la famille a connu une propagande faite à l’encontre des familles qui souhaitaient quitter le pays. Le gouvernement dénonçait le fait que les enfants étaient arrachés de leur patrie, que la famille fuyait la patrie. Pendant ces trois années là, son père n’a pas eu le droit de travailler puisqu’il voulait quitter le pays et les enfants n’ont pas pu aller à l’école pendant six mois. Quand ils sont arrivés en France, ils ont vécu dans la maison de la grande tante, à Lavera. Personne ne parlait français mais rapidement la grande tante a payé quelqu’un pour qu’il donne des cours de français aux enfants avant la rentrée scolaire. Grégoire Minassian se rappelle avoir fourni beaucoup d’effort pour apprendre la langue. Son père a travaillé à la boulangerie et sa mère y faisait le ménage. Ensuite, par connaissance, son père a travaillé comme mécanicien d’entretien dans une usine à Châteauneuf La Mède.

Ces deux parcours d’installations, à deux époques différentes, montrent tout de même des logiques similaires. Ces deux familles sont arrivées dans les Bouches-du-Rhône car un membre de leurs familles y habitaient déjà et toutes deux ont eu un contrat de travail avant de partir. Ces témoignages ne sont pas singuliers, nous retrouvons très souvent ce même procédé dans les parcours d’installations des réfugiés arméniens. La collecte sur la mémoire orale des descendants d’arméniens dans les Bouches-du-Rhône révèle d’ailleurs cette même dynamique d’installation dans le département.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La voix des Arméniens et les archives

Remerciements,

En 2006, 2007, Paroles Vives avait mis ses compétences au service des Archives départementales afin de collecter des témoignages oraux auprès des Arméniens issus de la diaspora et de leurs descendants installés sur le territoire des Bouches-du-Rhône.

Sept enquêtrices, toutes issues de la recherche en Sciences Humaines et Sociales, ont contribué à collecter 162h de témoignage qui sont disponibles aujourd’hui en salle de lecture des Archives départementales et à la Phonothèque des Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, ainsi que sur le site internet de la Phonothèque.

Cette manifestation de valorisation des fonds collectés propose un cycle de tables rondes et une exposition sur panneaux, accompagnée d’extraits sonores des enquêtes.

panneaux expo avant ouverture
cc (by-nc-sa) Paroles Vives, 2015

Aujourd’hui, c’est l’occasion pour Paroles Vives, tout d’abord

  • de remercier tout particulièrement les Archives départementales et ses équipes de nous avoir fait confiance pour les accompagner dans la valorisation de leurs fonds d’archives documentaires et sonores pour commémorer le centenaire du génocide arménien ;
  • de remercier vivement tous les témoins qui ont bien voulu partager leur histoire, nous avons aussi une pensée pour les témoins disparus depuis ;
  • de dire merci également à toutes les enquêtrices qui ont recueilli cette mémoire vivante ;
  • nous tenons aussi à remercier toutes les personnes : chercheurs, témoins, associations qui durant ces derniers mois nous ont répondu et accueilli avec bienveillance pour nous aider dans l’élaboration de ce programme.

Enfin, nous tenons aussi à insister sur la particularité et l’innovation d’une telle manifestation permettant ainsi

  • de valoriser et révéler la richesse et l’intérêt de la mémoire orale, témoin sensible de notre histoire commune
  • d’illustrer la complexité et l’épaisseur de l’histoire. Nous vous proposons un mariage que nous souhaitons plutôt réussi entre les différentes sources de l’histoire : documents administratifs, documents visuels et témoignages oraux.

Merci d’avoir été là mardi soir et nous vous disons au 28 mai et au 2 juin pour deux nouvelles tables rondes.

Carnet de Paroles Vives

Que faisons-nous ?

Rendre compte des recherches-actions menées par les chercheurs de l’association et leur partenaires sur des thématiques patrimoniales, urbaines, rurales, architecturales et sociales. Paroles Vives développe deux objectifs principaux :

  • appliquer les recherches en sciences humaines et sociales dans le champ du quotidien, hors du monde de la recherche, en les confrontant aux questions d’actualité et en proposant d’enrichir de leurs apports les programmes publics d’intérêt général,
  • permettre l’emploi des spécialistes, sensibilisés aux questions d’appropriation de la recherche par le grand public, de restitution des données et de leur application concrète, en dehors des institutions de la recherche en sciences sociales.

Il s’agit d’interroger le rôle de la recherche en sciences sociales dans notre société et de la mise à disposition de ses méthodes, de ses analyses et de ses propositions en matière de réalisations concrètes.

 Le carnet de Paroles Vives est à présent inauguré !

Nous migrerons petit à petit nos billets de notre ancien blog, si vous recherchez une information non encore présente sur ce carnet, vous pouvez aller sur http://parolesvives.over-blog.com/

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’info !