Tous les articles par Florence Mazzella di Bosco

Hors-piste, un programme de soutien aux initiatives citoyennes et de développement local

Hier, lundi 22 mai, à Serres, commune située dans les Hautes-Alpes se tenait une rencontre à l’initiative de la Fondation de France : Hors-Piste, dynamiques territoriales.

 

Cette rencontre réunissait les porteurs de projets du sud du département des Hautes-Alpes. Paroles Vives est soutenue dans le cadre de ce programme sur son projet « Logiques de vie, logiques de territoires » et c’est à ce titre que nous y avons participé.

Lundi 22 mai à Serres (05700) – Rencontre de la Fondation de France avec les porteurs de projets autour des implications du programme « Hors-Piste » sur le territoire et les acteurs.

Étaient conviés :  Écoloc, Serres Lez’Arts, Les amis du Village touristique de Serres, Café la Cure, Compagnie Le Pas de l’Oiseau, la MJCLudambuleLe Hang’Art et Aventic. Pour animer la réunion Bruno Carlon du cabinet Territori se partageait la parole avec les bénévoles, Maïten Bel, Rose Meunier, et la responsable du secteur Méditerranée, Cécile Malo, de la Fondation de France.

L’objet de notre rencontre

L’objet de la rencontre consistait, à partir des projets développés, de mesurer si, et comment, ce programme expérimental engendre des dynamiques territoriales et la mobilisation, la participation des habitants.

Après un premier tour de table de présentation des projets, Bruno Carlon a ouvert la discussion en posant le cadre de la rencontre autour de l’impact de l’expérimentation « Hors-Piste », plus précisément, sur le degré  et la qualité des « dynamiques territoriales » engendrées. Ainsi est-ce qu’à travers les actions développées, cela contribue à ouvrir vers d’autres populations/publics ? Est-ce que cela participe à l’amélioration des conditions de vie ? Qu’en est-il de la qualité et de l’impact des relations sociales ? Peut-on voir d’autres formes de coopérations ? Cela permet-il une meilleure intégration sociale ? Peut-on dire qu’il y a eu de nouvelles collaborations inter-associatives ?…

Besoins de définitions

Les échanges ont démarré sur la définition des termes à évaluer : « dynamiques territoriales », « participation » et « participant ». Il a été évoqué la notion du participant et du consommant, quel bénéficiaire ? Fait-on des actions, crée-t-on des lieux pour que tous participent ? Les Ecolocs propose que les bénéficiaires ne soient pas que les participatifs mais aussi les contemplatifs. Car, « si la participation devient la condition alors elle peut avoir un effet d’exclusion. Les bénéficiaires ne sont pas que les participants mais aussi simplement les « consommateurs ». Il faut des gens qui savent regarder, recevoir… Toutes les personnes même les immobilismes, les vieux, les flemmards… font partie des bénéficiaires« . De plus, concernant l’impact dynamisant, nous partageons le point de vue d’Écoloc, les effets se font à une échelle micro et donc difficile de parler avec ces grands mots.

Par rapport à la notion de participation, Aventic a évoqué les conditions de mise en place et de continuité dans le temps, comme des modalités du renouvellement des acteurs-participants. Quand ce sont des salariés qui mettent en place des actions à vocation participative envers les publics visés, la participation peut s’avérer laborieuse. Alors sans vraiment pouvoir trouver de réponse, les débats ont porté sur les conditions de la participation. Pour nous à Paroles Vives, la question porte sur comment permettre l’appropriation par les « bénéficiaires » ou autrement dit comment susciter l’envie, le désir de participer, de s’approprier l’action, l’engagement. C’est ce à quoi nous travaillons pour fédérer et mobiliser, d’une part, les partenaires à co-réfléchir avec nous sur les processus d’installation des familles, et d’autre part, les familles pour avoir le souhait, le projet de vie de s’installer ailleurs. De leur côté, les bénévoles du Café La Cure ont trouvé leur méthode : ne pas employer de salarié, tous sont bénévoles afin de limiter ces écueils de délégation de la mobilisation à des salariés mais aussi pour éviter de concentrer une partie de l’action sur la pérennisation de leur poste. Conséquemment, ces questions ont entraîné celles sur la fédération des personnes autour d’un objectif et la capacité de ce groupe, que l’on pourrait appeler les fondateurs, à s’ouvrir mais aussi à se renouveler ? De la même manière, s’est posée la question faut-il rédiger une charte ou pas ? Là aussi pas de consensus mais une écoute mutuelle des arguments.

Un autre point des débats concernait les dynamiques créées entre les associations, à ce titre le projet et lieu développés par le Café Espace Multiculturel – CEM (qui nous accueillait pour cette rencontre) est remarquable, répondant à la fois aux besoins de mutualisation d’espace, de mise en place d’événements communs, de croisement des publics et d’amélioration de la visibilité. Le manque de temps sûrement, n’a pas permis d’évoquer l’histoire et les conditions de ce collectif d’associations. Une des raisons de la création de ce collectif présentée par Serres Lez’Arts évoquait les problèmes d’identité et de reconnaissance « avant le collectif (CEM), il y avait des problèmes de perception des associations par la Mairie, et de l’autre côté les associations voyaient la mairie statique. Donc le CEM a permis de créer une dynamique : un relais politique qui se crée. »

Et la suite…

A l’issue de ces débats, Maïten Bel, soucieuse de pouvoir synthétiser, nous a tous questionnés sur les perspectives de développement de nos projets. Pour Paroles Vives et « Logiques de vie, logiques de territoires« , la première année s’est attelée autour de la mobilisation et fédération des territoires que nous avions relevés comme partenaires, ou dont les acteurs/habitants se sont mobilisés auprès de nous. Mais au potentiel d’accueil qui ne s’est pas manifesté suffisamment rapidement, ni suffisamment structuré, s’est ajouté un contexte politico-administratif peu sensible et quasi indisponible à cette orientation de développement local. Ces conditions n’ont pas été optimales pour permettre à aucune des 6 familles que nous avons accompagnées de venir s’installer. Cela nous conduit, depuis ce printemps 2017, à ouvrir notre mobilisation aux collectifs de citoyens qui se sont regroupés activement autour de l’accueil des réfugiés et des migrants. Ces collectifs informels, plus mouvants, sont aussi plus réactifs, leur implication citoyenne et militante permet d’envisager une mise en place à échelle humaine et non plus seulement administrative. Ainsi pour poursuivre, deux axes sont à développer, en parallèle des chantiers ouverts précédemment, la transmission et l’accompagnement de ce projet d’accueil et de dynamisation du territoire par l’installation de familles auprès des collectifs citoyens. Il s’agirait de mettre en place les conditions de l’appropriation des outils que nous avons développés pour l’ingénierie sociale mais aussi pour la création de parcours d’insertion, voire de développement de niches d’activités par exemple autour de l’itinérance et des services à la personne ou du recyclage. A ce titre, cette rencontre est la bienvenue pour à la fois mieux appréhender les projets en cours mais aussi les potentiels relais et collaborations à envisager.

Enfin, le dernier point évoqué, les aspects financiers ont eu un effet rassembleur de nos différentes structures, tous souffrons d’une grande fragilité car éminemment dépendants des financements publics et notre capacité d’autofinancement est trop insuffisante. La conclusion pourrait être que si la Fondation de France cesse son soutien, il n’est pas sûr que cela perdure… Aussi, comment la Fondation de France peut-elle continuer auprès des porteurs de projet ? Quelques pistes non financières se sont dégagées : en ingénierie par exemple pour le montage des dossiers Leader, par la mobilisation de donateurs sur le territoire qu’ils soient au niveau des privés comme des collectivités. Enfin, il a été proposé deux possibilités respectivement par Écoloc et Aventic, qui sont parfaitement complémentaires, d’une part la création d’un « pot commun » dans lequel les structures mettraient une participation et dont le solde pourrait servir quand une structure connaît une difficulté financière ou un retard de trésorerie ; d’autre part la création d’une SCIC permettant aux personnes morales de participer, et en outre d’être reconnues d’utilité publique.

Maintenant, nous attendrons les retours de la Fondation de France sur cette rencontre et les potentielles suites de soutien pour le maintien, voire le développement de nos actions.

Un grand merci à tous.

Restitution publique des enquêtes : mémoires orales des industries à Marseille

Retours sur enquêtes – samedi 5 novembre 2016 à 14h00 

 Avec des témoins, Gilbert Spinelli et Jacques Angelino, l’enquêtrice – chargée de mission de Paroles Vives,  Élodie Maniaval et un chercheur, Pierre Fournier, lors de la rencontre aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, place Mirès 13003 Marseille (voir le programme site des Archives 13)

Mémoires orales des industries marseillaises : pour une histoire sociale du territoire

Années 2015/2016

Fabrication de tuile à l'usine Monier, Paroles Vives, 2016
Fabrication de tuile à l’usine Monier, Paroles Vives, 2016.

Ce projet, commandité par les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, a pour but de collecter cinquante récits oraux afin de mettre en lumière l’histoire locale et la mémoire des industries emblématiques de transformation du territoire marseillais, à partir du témoignage de leurs acteurs. Ce fonds sonore, constitué par  l’anthropologue  Elodie Maniaval, chargée de mission à Paroles Vives, sera ensuite archivé dans les bases de données des  Archives départementales des Bouches du Rhône et sur le site internet de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

Voici un extrait d’un entretien autour de la professionnalisation d’un ancien employé de la Société des Moteurs Baudouin, cote Archives Départementales AD13_23AV_08_0001, en cours de catalogage :

Balade sur les traces des réfugiés arméniens à la Cabucelle, message de Régine, marcheuse de la balade

L’équipe de Paroles Vives a décidé de publier ce commentaire laissé à la suite de notre article retour sur la balade de samedi 17 septembre 2017. Ce message nous a émus car il vient toucher ce que l’association défend et tente de mettre en œuvre dans l’ensemble de ses projets  liés au patrimoine et au développement social et humain. Participer à la lecture de l’Histoire en y invitant les mémoires à donner vie aux traces, en traversant le passé et le présent d’autres personnes, pour travailler à la société en train de se faire.

Merci à toute l’équipe de Paroles Vives pour cette belle promenade. Belle non pas par la beauté des lieux  dégradés, pollués par des décharges horribles et totalement abandonnés par endroits.  Nous avons pu voir une fange de la population vivre dans des habitats sordides et insalubres, et redécouvrir malheureusement les pauvres et les déshérités. Une partie de la population que l’on ne côtoie pas souvent lorsqu’on habite dans les quartiers privilégiés et que l’on oublie souvent. Les témoignages enregistrés étaient émouvants et bien choisis, et pouvaient très bien être enregistrés aujourd’hui par les réfugiés actuels. Mais nous avons découvert aussi dans les petites ruelles adjacentes,  des petites maisonnettes coquettes et bien entretenues, ainsi que des châteaux impressionnants encastrés aujourd’hui dans un environnement urbain étroit sans perspective.  La partie souvenir n’a pas occulté mes préoccupations actuelles : Combien d’immigrants sont aujourd’hui mal accueillis et enfermés dans des camps indignes ? Pourtant la situation de la France est plus prospère que celles d’après les deux guerres mondiales. Comment recréer en Europe un humanisme solidaire  qui ne reproduise pas des camps de style Oddo ou Kemp  que nous observons et évoquons ensemble ? Comment dépasser les peurs de l’autre, et apprendre à vivre ensemble dans le respect de chacun ? La mémoire de ces camps est d’autant plus douloureuse que nous constatons qu’aujourd’hui les choses sont identiques ou même pires pour les réfugiés d’Afrique ou de Syrie qui fuient pour ne pas mourir, comme les Arméniens autrefois. Pendant cette visite j’étais paradoxalement non pas dans le souvenir et la mémoire des immigrants arméniens de 1923, mais surtout dans la réflexion sur les nouvelles horreurs vécues par les habitants du monde, contraints de tout abandonner et d’émigrer, et la peur et la frilosité des pays en paix à les accueillir décemment. Merci de nous avoir fait une piqûre de rappel indispensable pour élargir nos cœurs à plus de générosité , de solidarité et de fraternité.  Merci PS: Un grand merci aussi à Richard pour l’air d’opéra chanté magistralement  a-capella, et pour le partage de ses souvenirs personnels qui nous ont tous enrichis.

20 septembre 2016, Régine Terzéan

Voici quelques extraits présentés pendant la balade (témoignages collectés au fil du repérage auprès d’habitants du quartier) :

Construction des maisons de familles arméniennes impasse Guyon (13015 Marseille) et autres anecdotes…

Écoliers et écoles

Impasse Abovian

Cinéma l’Idéal, rue de Lyon 13015 Marseille

La vie au Kamp

JEP 2016 – Une balade enchantée

Ce ne sont pas moins de 31 personnes qui ont décidé samedi 17 septembre de 14h30 à 19h -Bravo à eux- de marcher dans les pas de citoyens ou de parents, d’amis de la communauté arménienne. Nous avons pu échanger, revivre des moments forts partagés entre tous les baladeurs. Les documents d’archives et les extraits sonores ont permis d’enrichir ce parcours et ravivé les mémoires. On a pu faire le lien entre les différents vécus et l’histoire de la ville, de ses habitants. Plus largement, nous avons pu comprendre comment l’exil et l’installation des réfugiés arméniens dans l’entre-deux-guerres dans ce quartier des Crottes-La Cabucelle sont un segment de l’histoire de l’Europe et de notre histoire commune.

Merci à tous les marcheurs pour leur bienveillance, les échanges riches et plein d’émotions, enfin félicitations pour leur endurance ! Nous remercions particulièrement Richard Minassian qui nous a ouvert les oreilles sur une belle page musicale avec quelques vers du poète Khatchadour Abovian dans l’impasse du même nom.

Pour les Journées Européennes du Patrimoine 2016…

17 septembre 2016 à 14h30 métro bougainville

Flyer_JEP_1aLa thématique nationale des JEP 2016 s’affiche volontairement autour de Patrimoine & Citoyenneté, la thématique européenne privilégie celle de Patrimoine et Communautés. La balade proposée tricote avec les trois thématiques et tentera d’en montrer les enrichissements réciproques.

Paroles Vives, ARAM et ACT renouvellent leur proposition de balade patrimoniale sur les traces des réfugiés arméniens. Le propos de cette balade vient illustrer comment l’installation des exilés a Flyer_JEP_1bimprégné le territoire et comment la communauté s’inscrit dans le patrimoine culturel marseillais, français. Un sujet toujours d’actualité.

Un feuillet de balade sera disponible sur place, un livret de visite a été réédité accessible en ligne ici.

Constituer et valoriser des archives orales

Commanditée par le Pays A3V (Asses-Verdon-Vaïre-Var), sous la responsabilité de Corinne cassé et en étroite collaboration avec la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines et Sociales, En 2012, Paroles Vives a participé à la constitution et sauvegarde du patrimoine immatériel de ce territoire alpin. Voici un billet écrit par Corinne Cassé pour le blog Secrets de Fabriques de la Maison de Pays -Asses-Verdon-Vaïre-Var que nous reproduisons ici, n’hésitez pas à aller visiter plus amplement ce site riche d’informations et d’idées de découverte. En attendant, lisez et écoutez !

Les Mémoires orales des industries du bord de l’eau du Pays Asses, Verdon, Vaïre et Var

Dans le cadre de Secrets de Fabriques, trente deux heures d’enquêtes ont été collectées par une ethnologue de l’association Paroles Vives auprès de témoins résidant à Grasse, Barrême, Malijai, Moriez, Hyèges, Saint-André-les-Alpes, La Mure-Argens, Lambruisse, Argens, La Bâtie, Château-Garnier, Thorame Haute, Beauvezer, Colmars-les-Alpes, Allos, La-Foux-d’Allos.

Ces archives sonores doivent prendre place dans la valorisation patrimoniale des anciens sites industriels de Barrême, La Mure-Argens et Beauvezer. Elles révèlent aussi des informations patrimoniales sur les territoires de Colmars-les-Alpes et Allos.

Ces enquêtes ont été réalisées sous la direction d’un comité de pilotage et documentées par le prestataire Paroles Vives dans les locaux du partenaire scientifique et technique du projet la phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence. Leurs notices descriptives sont publiées dans un catalogue documentaire comprenant des fiches chronothématiques ainsi que des index par mots clefs, noms propres et noms de lieux cités.

167px-Livre_ouvert.svg Catalogue des enquêtes orales 2012

L’intégralité du corpus est audible sur le site de la phonothèque de la MMSH.

Nous vous proposons d’écouter des extraits sonores de ces enquêtes dont les propos sont présentés en trois grands ensembles : les commentaires autour de l’or bleu ou la vie pour les exploitants de lavande, la vie des minotiers et leur réseau de boulangers et enfin une thématique forte et transversale, la vie quotidienne à la grande époque de ces industries. La thématique des draperies est timidement représentée dans le corpus, ses souvenirs s’estompant dans les mémoires des derniers témoins. La plupart des propos traitent de l’entre deux guerres mondiales, quelques uns sont beaucoup plus actuels notamment sur l’exploitation de la lavande en 2012 à Argens.

Bonne écoute à tous !

Continuer la lecture de Constituer et valoriser des archives orales

Présentation à Marseille du 21e rapport sur le Mal logement en France – Paroles Vives présente ses travaux autour de l’habiter

Après toute une vie en squat, caravane ou cabane, N. raconte sa première nuit dans son appartement. Extrait du 29 janvier 2016

Dans le cadre de la présentation du 21èinvitation FAPme Rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre ce 1er Avril 2016 à la Villa Méditerranée à Marseille, Paroles Vives tient un stand illustrant ses travaux.

20160401_114424

 Paroles Vives préIMG_4199sente, sur la table et un panneau, des exemples de travaux autour de l’installation à Marseille de différentes migrances à plusieurs époques  et des modes d’habiter avant que ces migrants entrent dans des réseaux ou dispositifs d’insertion.

Les réfugiés Arméniens dans les années 20 à Marseille se sont installés au Camp Oddo, dans des hôtels meublés, ont construit des cabanes sur des terrains privés formant des bidonvilles, puis plus tard leur maison dans différents quartiers à Marseille, comme plus loin et ailleurs en France ou en Europe…

L’insertion et l’inscription sur le territoire de ces migrants, plus ou moins fortunés ou inscris dans des réseaux de solidarités, suivent les mêmes chemins.  En 2008, l’équipe de Paroles Vives avait été chargée par la Fondation Abbé Pierre d’une étude sur une récente migration qui commençait à être visible alors que les derniers bidonvilles avaient été éradiqués dans les années 90 à Marseille lors de la construction d’un complexe commercial entre mer et colline sur les hauteurs de Saint-André. Ces migrants se sont installés dans les interstIMG_4205ices libres de l’agglomération marseillaise : les friches industrielles et les immeubles délabrés, abandonnés jusqu’à ce que les programmes de réhabilitation forcent ces habitants réfugiés à errer à la recherche de nouveaux abris.

En 2015, La situation n’a guère évolué, les sites d’installation sont connus et diagnostiqués par des associations et les services de l’État dans le cadre de la mise en œuvre de la circulaire de 2012 sur l’évacuation des campements illicites. Paroles Vives a travaillé sur 2 sites pour la réalisation d’ateliers d’apprentissage du français langue étrangère dans le cadre de la production d’un parcours d’apprentissage intégré et d’une mallette à destination des acteurs formateurs-relais non FLE.

20160401_114319 A côté de la table de Paroles Vives, d’autres associations soutenues, elles aussiaffiche Latcho Divano 2016, par la Fondation Abbé Pierre dans le cadre de leur projet, présentent leurs productions. IMG_4203

Latcho Divano présente leur festival annuel du même nom.

 

 

L’association ArtriballesIMG_4209   présente son livre et DVD Brules-moi, comme ça, je peux chanter ! de nombreuses années de vie avec les familles roms vivant dans les marges de la cité. Les artistes de Artriballes ont travaillé avec elles, collecté leurs témoignages et coproduit avec les familles cette restitution sensible de la rencontre humaine à travers ce documentaire et ce livre. Artriballes n’a pas seulement travaillé et échangé culturellement, artistiquement, il s’est agi à la fois d’accompagner dans toutes les démarches sociales ces familles ainsi que dans la reconnaissance de leur existence et présence.

Chantal DeckmynLe cabinet Lire la Ville  présente les travaux d’étude de Chantal Deckmyn autour de l’espace public et ses usages perdus ou interdits. En s’attelant à comprendre les besoins d’usage pour les personne SDF. A travers la lutte contre les sans-abris et leur occupation des espaces publics, il est démontré comment ce sont toutes les populations qui vivent et pratiquent l’espace public qui sont aussi impactées. Après la publication du rapport d’étude, un ouvrage pédagogique et opérationnel à destination des donneurs d’ordre est en cours d’édition afin qu’ils changent de vision et de les accompagner à rendre l’espace aux publics.

Une journée de restitution et de rencontres riche et très intéressante. Le petit plus a été cette invitation de la Fondation Abbé Pierre aux associations  de pouvoir présenter les travaux soutenus. Cette action se révèle fondamentale pour nos associations qui ont de plus en plus de difficulté à réaliser les projets et trouver les financements pour les conclure. Nous remercions la Fondation Abbé Pierre de nous avoir invités et ouvert cette audience.

 

Des histoires arméniennes : de la mer à la terre

 

A écouter sur SoundCload, produit par web radio Zibeline, reportage réalisé par Marc Voiry pour Zibeline.

 

Paroles Vives participe à la biennale RHMIT

Ce soir à la Maison de la Région, le premier rendez-vous organisé par Approches Cultures et Territoires dans le cadre de la biennale du réseau Histoire Mémoire Immigration et Territoires (RHMIT) 2015 sur la thématique : écouter des histoires pour faire l’histoire.

Introduction de la soirée par Ramzi Tadros, directeur de Approches Cultures et Territoires, association organisatrice des rencontres dans le cadre de la Biennale Histoires, Mémoires, Immigration et Territoires
Introduction de la soirée par Ramzi Tadros, directeur de Approches Cultures et Territoires

Paroles Vives, représentée par sa présidente Jacqueline Ursch et sa chargée de mission Élodie Maniaval, présentera ses travaux.

Les intervenantes exposeront tour à tour le travail de collecte et de valorisation tout en témoignant en filigrane des relations entre commanditaires et producteurs de valeurs patrimoniales, comme des cadres contractuels de production du document sonore. Ce sera l’occasion de découvrir ou de re-découvrir des extraits de ces travaux.

A ce soir !

Journées Européennes du Patrimoine 2015

19 septembre ou 26 septembre 2015 à 14h et/ou 15h30 et/ou 18h30 

De la mer à la terre, premières installations des arméniens à Marseille

Journée de partage de mémoires

Paroles Vives en collaboration avec ARAM et ACT vous proposent de vous guider sur les pas des exilés arméniens descendant tout droit du bateau et pour la plupart orientés au camp Oddo. Peu après, les familles se sont installées dans le quartier des Crottes  et de la Cabucelle. Entre modes d’habitat – de la tente à la maison en passant par les baraquements et l’autoconstruction -, modalités d’accès au travail – de l’usine à l’artisanat et au commerce -, les familles arméniennes reconstruisent leur vie sur ce bout de territoire marseillais comme beaucoup d’immigrés avant et après eux l’ont fait et continuent de faire.

Cette histoire est singulière, par ce premier génocide décimant tant de familles, et aussi commune. Ces guerres nous sont souvent proches  et l’installation de ces familles à Marseille marque le territoire tant dans la mémoire collective que dans l’organisation territoriale.

Les quartiers des Crottes et de La Cabucelle ont souvent été des zones de passage pour les diverses vagues migratoires, en témoignent les noms des rues et les souvenirs de leur plus âgés habitants. Paroles Vives vous convie à partager ce bout d’histoire commune, à travers une balade dans ces quartiers sur les traces et les vies de ces familles.

Ce journée vous est offert grâce à la commande que le Musée d’Histoire de Marseille nous a passée et la collaboration avec ARAM et ACT. Ainsi, après une visite commentée de l’exposition « 100 portraits d’exil » au Musée d’Histoire (clôture le 27 sept. 2015), nous partirons rejoindre notre point de départ au métro Bougainville pour démarrer avec l’arrivée des arméniens à Marseille et le camp Oddo.  Chaussés de bonnes chaussures et de tout ce qu’il faut pour un voyage dans le temps et les mémoires, nous parcourrons le quartier à la découverte des témoignages, des traces  et des illustrations pour reconstituer ce bout de vie, ce patrimoine commun.

Remarques techniques : se reporter au flyer sur le descriptif et horaires. La durée de la manifestation dans sa totalité (expo + balade+buffet) est d’approximativement 5h. Vous pouvez opter que pour une ou deux parties seulement, n’oubliez pas de vous inscrire !!! Cela est obligatoire.

téléchargez le programme (pdf) : flyer-armenie-xs-

affiche JEPaffiche verso JEP

La voix des Arméniens et les archives

Remerciements,

En 2006, 2007, Paroles Vives avait mis ses compétences au service des Archives départementales afin de collecter des témoignages oraux auprès des Arméniens issus de la diaspora et de leurs descendants installés sur le territoire des Bouches-du-Rhône.

Sept enquêtrices, toutes issues de la recherche en Sciences Humaines et Sociales, ont contribué à collecter 162h de témoignage qui sont disponibles aujourd’hui en salle de lecture des Archives départementales et à la Phonothèque des Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, ainsi que sur le site internet de la Phonothèque.

Cette manifestation de valorisation des fonds collectés propose un cycle de tables rondes et une exposition sur panneaux, accompagnée d’extraits sonores des enquêtes.

panneaux expo avant ouverture
cc (by-nc-sa) Paroles Vives, 2015

Aujourd’hui, c’est l’occasion pour Paroles Vives, tout d’abord

  • de remercier tout particulièrement les Archives départementales et ses équipes de nous avoir fait confiance pour les accompagner dans la valorisation de leurs fonds d’archives documentaires et sonores pour commémorer le centenaire du génocide arménien ;
  • de remercier vivement tous les témoins qui ont bien voulu partager leur histoire, nous avons aussi une pensée pour les témoins disparus depuis ;
  • de dire merci également à toutes les enquêtrices qui ont recueilli cette mémoire vivante ;
  • nous tenons aussi à remercier toutes les personnes : chercheurs, témoins, associations qui durant ces derniers mois nous ont répondu et accueilli avec bienveillance pour nous aider dans l’élaboration de ce programme.

Enfin, nous tenons aussi à insister sur la particularité et l’innovation d’une telle manifestation permettant ainsi

  • de valoriser et révéler la richesse et l’intérêt de la mémoire orale, témoin sensible de notre histoire commune
  • d’illustrer la complexité et l’épaisseur de l’histoire. Nous vous proposons un mariage que nous souhaitons plutôt réussi entre les différentes sources de l’histoire : documents administratifs, documents visuels et témoignages oraux.

Merci d’avoir été là mardi soir et nous vous disons au 28 mai et au 2 juin pour deux nouvelles tables rondes.

Mardi 21 avril à 18h30 – Ouverture de la manifestation – mémoires arméniennes en Provence

 

Montage réalisé avec des extraits de :

« Un ingénieur à la retraite parle de la culture arménienne« , Informateur 1072, cote AD13 12 AV 89 1, déposé à la phonothèque MMSH cote D 2389 n°2151
« Récit de vie d’un couple, descendants de réfugiés arméniens installés à Marseille et exemple de lecture dans le marc de café« , informateur 1030 ; informateur 1031 , cote AD13 12 AV 39 1 déposé à la Phonothèque MMSH cote D2338 – N°2100

Histoire des Arméniens en Provence

Un cycle de 3 tables rondes et une exposition itinérante croisant paroles de chercheurs, voix d’associations, documents d’archives, documents privés et témoignages vécus d’arméniens des Bouches-du-Rhône

Nous vous l’avions annoncé, voilà que nous sommes à une semaine de l’ouverture de la manifestation intitulée L’immigration arménienne se raconte au pluriel.

Paroles Vives propose, dans le cadre de la commande que les Archives départementales des Bouches-du-Rhône lui ont passé à l’occasion du centenaire du génocide Arménien, une valorisation du fonds de témoignages collectés en 2007 auprès des arméniens issus de la diaspora et de leurs descendants installés sur le territoire.
Cette première rencontre aura lieu Mardi 21 avril 2015 à 18 h 30 sous la thématique Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône

Témoignages, documents d’archives, travaux des chercheurs et échanges essaieront de mettre en lumière les choix et les raisons pour lesquels, dans leurs chemins d’exil, les réfugiés arméniens ont élu leur nouveau domicile sur le territoire des Bouches-du-Rhône.

Nous pourrons écouter et rencontrer :
Véra Fritz, historienne contemporaine,  a abordé au cours de ses recherches la question de l’installation des réfugiés arméniens dans le bassin de Gardanne et le travail dans les mines durant les années 1920 . Auteur d’une récente thèse intitulée Contribution à l’histoire de la Cour de justice de l’Union Européenne à travers les biographies historiques de ses premiers membres (1952-1972), elle enseigne depuis 2014 à l’université de Provence.
Christian Artin, directeur de l’Association pour la Recherche et l’Archivage de la Mémoire Arménienne (ARAM)
Deux témoins :
Véronique Bruna, Explications et commentaires d’une rescapée du génocide arménien et de ses filles sur l’identité arménienne et sa transmission : entretien collectif avec la mère et la sœur du témoin, AD13 12 AV 97 1, Phonothèque D2397 – N°2159, 2007, Rognonas.
Grégoire Minassian, Récit de vie d’un Arménien arrivé en France en 1975, AD13 12 AV 47 1, Phonothèque D2346 – N°2108, 2007, Lavera.

Voici la présentation (pdf) des 3 tables rondes, une exposition sur panneaux sera présentée à l’occasion des tables rondes avec des bornes pour l’écoute d’extraits sonores de témoignages collectés par Paroles Vives en 2007 et conservés aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône et de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

A propos de la culture, un chant
Un chant, mémoire douloureuse mais joie de la vie
Une existence légale...
Une existence légale…

Si vous êtes équipé, vous pourrez aussi écouter les extraits sonores des entretiens en flashant les Qr-Code présents  tout en lisant les panneaux…

L’exposition itinérante est produite sur panneaux et donc pourra être empruntée auprès des services des Archives départementales, site de Marseille. Au centre des Archives d’Aix-en-Provence, la même exposition sera présentée en continu sur 2 mois accompagnés des extraits d’enregistrements des témoignages ainsi que de planches du dessinateur Thomas Azuelos  créées spécialement pour l’occasion, ainsi que deux conférences avec Thomas Azuélos et Christian Artin puis Pinar Selek .

Mémoires orales, histoire de territoire

 L’association Paroles Vives a conçu et réalisé un projet « clé-en-main » à partir d’un projet de collecte de récits de vie et de récits de pratique sur le territoire d’implantation des Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Pour la valorisation de cette collecte, une exposition-jeu « Arenc, mémoire d’un quartier », pour l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2013, a été la dernière étape du projet que Paroles Vives a mené en collaboration avec l’association La Compagnie des Rêves urbains pour les Archives départementales des Bouches du Rhône.

Illustration visite exlporatoire dans le quartier
Grâce à cette association de compétences et d’identités entre nos structures, nous avons proposé de découvrir l’histoire et la mémoire du quartier à travers une sélection de documents visuels issus des fonds conservés et de documents sonores collectés auprès des habitants ou salariés du quartier dans le cadre de ce projet.

La totalité des entretiens collectés sont consultables en salle de lecture de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix en Provence, il s’agit du corpus « Mémoire d’un quartier de Marseille : Arenc » (fichiers sons en streaming).

Nous allons éditorialiser au fur et à mesure quelques-uns des entretiens et moments forts des journées européennes du patrimoine 2013.