Tous les articles par elodiem

Répertoire des projets de collecte et de valorisation d’archives orales

Paroles Vives développe des projets autour du patrimoine immatériel dans le but de collecter, conserver, valoriser et diffuser des récits et témoignages autour de la mémoire d’une communauté, de pratiques et savoir-faire, de la vie d’un quartier… De manière générale, Paroles Vives a pour ambition de révéler ce qui relève du patrimoine intégré, c’est-à-dire ce qui s’inscrit dans l’histoire, le parcours de vie des personnes partageant et vivant sur un même territoire. C’est ensuite par ces récits mis bout à bout, qu’une histoire commune, un patrimoine partagé, peuvent s’esquisser. Et bien souvent, ces  témoignages ne se retrouvent pas dans le discours dominant, il s’agit donc de constituer une histoire sociale racontée par les individus eux-mêmes.

Paroles Vives produit des collectes sonores depuis 2006. Les intérêts de ces collectes sont dans un premier temps de constituer de l’archive orale, c’est-à-dire de conserver les témoignages recueillis en les cataloguant notamment dans des bases de données. Une fois cette étape accomplie, il est essentiel de  valoriser les paroles livrées par les témoins de l’enquête. Après leur avoir communiqué l’entretien brut, pour ceux qui acceptent la diffusion de leur témoignage (soumis à un contrat de cession), il est considérable de le restituer dans un format attractif (montage sonore, exposition, balade, atelier…) pour faire connaître la collecte sonore au grand public et l’ouvrir en dehors du monde académique.  Cette démarche participe également à valoriser les témoins qui ont accepté d’apporter leur témoignage pour constituer un fonds sonore, pour contribuer à bâtir une histoire commune.

Sont détaillées ci-dessous, l’ensemble des collectes sonores réalisées par Paroles Vives, avec les valorisations qui en ont été faites. Elles sont présentées par ordre chronologique.

  1. Mémoires orales des industries marseillaises : pour une histoire sociale du territoire
  2. Mémoires d’un quartier de Marseille : Arenc
  3. Les Mémoires orales des industries du bord de l’eau du Pays Asses, Verdon, Vaïre et Var 
  4. Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

 

  1. Mémoires orales des industries marseillaises : pour une histoire sociale du territoire

Années 2015/2016

Fabrication de tuile à l'usine Monier, Paroles Vives, 2016
Fabrication de tuile à l’usine Monier, Paroles Vives, 2016.

Ce projet, commandité par les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, a pour but de collecter cinquante récits oraux afin de mettre en lumière l’histoire locale et la mémoire des industries emblématiques de transformation du territoire marseillais, à partir du témoignage de leurs acteurs. Ce fonds sonore, constitué par  l’anthropologue  Elodie Maniaval, chargée de mission à Paroles Vives, sera ensuite archivé dans les bases de données des  Archives départementales des Bouches du Rhône et sur le site internet de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

Voici un extrait d’un entretien autour de la professionnalisation d’un ancien employé de la Société des Moteurs Baudouin, cote Archives Départementales AD13_23AV_08_0001, en cours de catalogage :

 

2. Mémoires d’un quartier de Marseille : Arenc

Année 2013

Paroles Vives a conçu et réalisé un projet de collecte de récits de vie et de récits de pratique sur le territoire d’implantation des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, le quartier d’Arenc. Ce corpus sonore, réalisé par Florence Mazzella Di Bosco, directrice de Paroles Vives, est constitué de 24 heures et 30 minutes d’enregistrements. 

La totalité des entretiens collectés sont consultables en salle de lecture des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et sur le site de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix en Provence.

Voici un extrait sonore à propos de l’ancien bidonville rue Peyssonnel, cote Phonothèque n°4610 :

 

La valorisation autour de cette collecte :

Les Ateliers

Arenc-atelier
Atelier Arenc, Paroles Vives, 2013

À la suite de cette collecte, en collaboration avec Paroles Vives, l’association La Compagnie des Rêves urbains a utilisé ces récits de vie et de pratique des personnes du territoire d’Arenc pour constituer des ateliers.

Ces derniers  s’appuient sur un étroit dialogue entre extraits sonores des entretiens et documents visuels ou textuels archivés dans les fonds des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône. Les participants aux ateliers traversent ces bouts de l’histoire et de ce territoire intriqués entre mémoires et documents.

Balade urbaine

20130914_181241
Balade Arenc, Paroles Vives, 2013.

En continuité des ateliers, La Compagnie des Rêves urbains a construit une balade dans le quartier d’Arenc afin de découvrir l’espace territorial, l’histoire et la mémoire du quartier à travers une sélection de documents visuels issus des fonds conservés et des extraits sonores issus de la collecte.

Journées Européennes du Patrimoine 2013

ArencPanneaux160x130cm_Page_06
Exposition Arenc, Paroles Vives, 2013.

Une exposition-jeu « Arenc, mémoire d’un quartier », pour l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2013, a été la dernière étape du projet que Paroles Vives a mené en partenariat avec l’association La Compagnie des Rêves urbains pour les Archives départementales des Bouches du Rhône.

Des panneaux d’exposition ont été conçus et accrochés dans différents lieux du quartier d’Arenc. Le baladeur pouvait alors flâner dans le quartier et découvrir des reproductions de documents d’archives, lire des citations des entretiens et écouter via des QRCode des extraits sonores.

Et tout  ceci sur un fond de jeu de piste !

 

3. Les Mémoires orales des industries du bord de l’eau du Pays Asses, Verdon, Vaïre et Var 

Année 2012

collecte A3V
La minoterie de la Mure Argens, Corine Cassé, 2012.

Dans le cadre de l’opération de mise en tourisme du patrimoine culturel du Pays A3V, (Asses-Verdon-Vaïre-Var), l’ethnologue  Corinne Cassé, chargée de mission de l’association Paroles Vives, a effectué 32 heures d’enregistrement pour recueillir la mémoire orale des activités drapières, de la minoterie de la Mure-Argens et de la distillerie de Barrême.

Cette collecte sonore participe à la conservation du patrimoine immatériel de ce territoire alpin. Elle prend place dans la valorisation patrimoniale des anciens sites industriels de Barrême, La Mure-Argens et Beauvezer et révèle aussi des informations patrimoniales sur les territoires de Colmars-les-Alpes et Allos.

Les témoins sont entre autres des descendants des propriétaires, des professionnels héritiers des savoir-faire. Chaque récit d’expériences personnelles et de souvenirs familiaux illustre des aspects de l’activité industrielle : la transmission du métier, l’appropriation et l’intégration des atouts du territoire dans une activité, la recherche de la nouveauté, des évolutions technologiques.

La valorisation autour de cette collecte :

Ces archives orales ont été déposées auprès de l’association Pays A3V, commanditaire du collectage, et auprès de plusieurs partenaires du projet pour sa conservation et sa mise à disposition : les archives départementales 04, la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, le Musée de Salagon, le Service de l’Inventaire général du Patrimoine Culturel, les Communautés de Communes du Moyen et du Haut Verdon Val d’Allos.

L’intégralité du corpus est à écouter sur le site de la phonothèque de la MMSH et sur le blog Secrets de Fabriques de la Maison de Pays -Asses-Verdon-Vaïre-Var à l’onglet  « Coup de coeur » – en bas de la page Enquêtes sonores des montages sonores thématisés. Secrets de Fabriques présentent aujourd’hui les parcours de valorisation avec tablettes en prêt et téléchargement des données patrimoniales à découvrir.

En voici un extrait présélectionné : https://soundcloud.com/user-852350158/l1-alambicchauffeaupneu

 

4. Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Années 2006 / 2007

Ces enquêtes, réalisées par sept enquêtrices (Corinne Cassé, directrice et chef de projet à Paroles Vives, Kristel Amellal, Anne-Sylvie Gaucher, Florie martel,  Johanna Lees, Ljuba Scudieri, Katrin Langewiesche) ont pour objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône (sept quartiers de Marseille, La Ciotat, Aix et le pays d’Aix, Martigues et la région de l’étang de Berre, Arles et la Camargue, et les Salins de Giraud) et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920.

L’intégralité du corpus, qui constitue 162 heures d’enregistrements, est à découvrir sur le site de la phonothèque de la MMSH et dans la salle de lecture des Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Voici un extrait sur l’arrivée des Arméniens au Camp Oddo, cote Archives Départementales 12 AV 4 1, cote Phonothèque n°2072 :

 

Les valorisations autour de cette collecte :

Exposition et cycle de tables rondes aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône / Avril – Juin 2015

cc (by-nc-sa) Paroles Vives, 2015
Exposition Mémoires Arméniennes, Paroles Vives, 2015.

Dans le cadre de la commémoration du centenaire du génocide arménien, les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône ont sollicité Paroles Vives afin de valoriser la collecte d’archives sonores sur la mémoire de descendants d’Arméniens de Marseille et du département. Ce projet a été l’opportunité pour Paroles Vives de mettre en lumière les témoins producteurs de cette mémoire orale par la réalisation d’une exposition itinérante et la tenue d’un cycle de trois tables rondes.

Balade urbaine : De l’ex camp Oddo  au quartier de la Cabucelle / Les samedis 19 septembre (JEP) et 26 septembre 2015

JEP26092015
Balada Cabucelle JEP, Paroles Vives, 2015.

En partenariat avec ARAM et  ACT, cette balade patrimoniale répond à la commande passée par le Musée d’Histoire. Elle a été construite à partir des témoignages recueillis lors de la campagne de collecte sur la mémoire des descendants d’Arméniens de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 2006. Les extraits sonores et les traces encore visibles dans le paysage ont alors permis de relater l’installation arménienne à Marseille suite au génocide arménien.

Projet pédagogique autour de l’histoire de l’immigration arménienne dans le quartier de Belsunce, avec une classe de 3ème du Collège Anatole France (13001) / Mars 2016

Toujours dans une visée de valorisation, de transmission et de diffusion, Paroles Vives a mené un projet avec le collège Anatole France autour de la mémoire de l’arrivée et de l’installation des Arméniens dans le quartier de Belsunce.

/ Atelier en classe

IMG_4157
Atelier Pédagogique, Paroles Vives, 2016.

L’intervention en classe consistait à apporter des éléments contextuels afin de retracer l’histoire de l’immigration arménienne. Ensuite, à partir de documents d’archives, d’extraits d’ouvrages et d’extraits sonores issus de la collecte, il s’agissait de reconstituer des histoires de familles arméniennes arrivées à Marseille, dans le quartier de Belsunce.

/ Balade dans le quartier de Belsunce

Francis de Pressencé 8a(2)
Balade Belsunce, Paroles Vives, 2016.

La balade avait pour but d’amener les élèves à porter un regard sensible sur l’histoire de cette immigration dans le quartier de Belsunce. Nous sommes alors partis à la rencontre de commerçants arméniens, bien souvent issus de la deuxième génération et  travaillant encore dans l’entreprise familiale, afin que les élèves leur posent des questions sur leur parcours de vie.

La production de photographies et d’enregistrements sonores lors de cette balade ont permis aux élèves de confectionner un montage photo/audio sur des thématiques sélectionnées par eux et préalablement développées ensemble au cours de l’atelier et de la balade.

Propositions d’ateliers pédagogiques

Dans sa volonté de transmettre, de former, de valoriser, Paroles Vives  a mis en place deux type d’ateliers pédagogiques à destination  des lycéens, dans le cadre des projets CVLA soutenus par des financements régionaux.

Chaque atelier se compose de quatre ou de six séances de 2h30, non consécutives et à adapter selon les besoins des professeurs.

DISPOSITIF :

ATELIER N°1 : Valorisation d’une collecte sonore : Apprentissage de différents outils de valorisation d’une collecte sonore en s’appuyant sur les enquêtes ethnographiques autour des savoir-faire, des récits de pratique et des modes de vie.

ATELIER N°2 :Initiation à l’enquête ethnographique : Sensibilisation au travail de collecte de témoignages oraux auprès de professionnels du métier en apprentissage.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX :

Faire connaître des lieux, des équipements et structures de la région :
La proposition des deux ateliers pédagogiques permettrait aux lycéens de mener des activités éducatives hors du lycée.
Pour l’atelier n°1Valorisation d’une collecte sonore”, une institution patrimoniale conservant des archives sonores (Phonothèque de la MMSH – Aix-en-Provence ; Musée de Salagon – Mane ; Archives départementales des BdR – Marseille ; Museon Arlaten – Arles, etc.), nous accueille pour nous faire entrer au sein de ses collections tout en abordant ses fonctions et son rôle d’institution patrimoniale et nous faire vivre de l’intérieur son histoire et son actualité.
Pour l’atelier n°2Initiation à l’enquête ethnographique” nous partons à la découverte des différentes structures, nous enquêtons auprès des entreprises et métiers de la région en lien avec les parcours scolaires des lycéens.

Proposer une démarche scientifique :
Atelier n°1 : Travailler à partir de la collection d’archives sonores sur les savoir-faire  permettra aux lycéens de renforcer leurs connaissances et de découvrir la mémoire du territoire en question. Cet outil pédagogique les amènera à mieux comprendre son histoire, son environnement et son économie.
Atelier n°2 : Mener une collecte de témoignages oraux favorisera les lycéens à approfondir l’apprentissage d’une méthodologie de travail : construire une problématique, contextualiser, trier l’information, l’analyser.

Produire les objets de valorisation de son travail :
Atelier n°1 : Conception et réalisation d’une exposition virtuelle en ligne.
Atelier n°2 : Création de montages sonores.

Faire découvrir la recherche appliquée en Sciences Humaines et Sociales:
À l’âge où le choix d’un métier se pose obligatoirement, il nous semble pertinent de mettre en relation les lycéens avec des travailleurs afin qu’ils soient au plus près des réalités du travail.
Nous proposons de présenter l’expérience de l’association Paroles Vives et les parcours de ses intervenants pour faire connaître nos métiers de l’intérieur et les possibilités d’emplois aujourd’hui : une fenêtre sur un horizon large et précis à la fois qui permettra d’ouvrir le dialogue sur le travail.

ATELIER 1  “VALORISATION D’UNE COLLECTE SONORE

 Exemple avec le musée de Salagon, Mane, Alpes-de-Haute-Provence

Objectifs pédagogiques :

  • Découverte et compréhension du territoire :
    • Visite du musée de Salagon.
    • Partir du fonds sonore déjà existant (fonds 04) : La sonothèque du musée du Salagon est constituée d’enregistrements originaux réalisés au cours des enquêtes ethnographiques sur le territoire du 04. Ces archives sonores témoignent des savoir-faire de ce territoire tant par des métiers et des techniques que par des traditions. L’ethnobotanique, la langue et les migrations sont  également des thématiques que l’on retrouve dans ces enquêtes de terrain.
    • Mieux s’insérer dans un quartier, connaître les acteurs, l’histoire récente et les équipements structurels. Valoriser ce territoire.
  • Acquisition d’outils de travail :
    • Recherche documentaire, travail rédactionnel et montage de documents visuels et sonores pour créer une exposition en ligne avec des contenus multimedia (images, montages sonores, documents de presse et d’archives) via le  site « cultural institute google ».
  • Autonomisation du lycéen :
    • Paroles Vives apportera les outils nécessaires afin de produire l’exposition en ligne, toutefois les lycéens devront eux-mêmes, ou accompagnés de professeurs, poursuivre certaines phases de réalisation en autonomie.
Atelier type :
Séance 1 : Prise de connaissance du fonds sonore et écoute de témoignages :  définir des thématiques de travail, comment écouter et sélectionner l'information.
Séance 2 : Rechercher des informations contextuelles en lien avec les entretiens écoutés et les thématiques de travail qui en découlent : documents d’archives, iconographiques, photos...
Séance 3 : Définir les axes et objectifs de l'exposition (problématisation), préparer le synopsis de l'exposition.
Séance 4 : Réaliser 2 montages sonores.
Séance 5 : Monter l'exposition en ligne. Vérifier les liens.
Séance 6 : Organiser et réaliser la diffusion.

ATELIER 2  “INITIATION À L’ENQUÊTE ETHNOGRAPHIQUE

Objectifs pédagogiques :

Cet atelier propose aux élèves et à leurs enseignants, une approche complémentaire aux formations qui sont dispensées dans l’établissement.

La démarche ethnographique permet de questionner les métiers vers lesquels les lycéens se destinent à travers les récits de pratiques de professionnels et l’observation en milieu de travail.

  • Appréhender un métier autrement :
    • Se familiariser avec une approche sensible du métier en apprentissage via l’enquête de terrain.
    • Amener à un regard critique par cette démarche ethnographique du métier.
  • Développer des compétences personnelles :
    • S’exercer aux outils de base pour se présenter, entrer en contact.
    • S’initier à la valorisation des relations humaines et sociales.
  • Acquisition d’outils de travail :
    • Initier à la construction d’une enquête : construire un questionnement, appréhender les relations entre les métiers et leurs contextes, sensibiliser aux outils de l’enquête.
    • Initier à la captation sonore et au traitement des documents collectés.
    • Réaliser des montages sonores.
  • Autonomisation du lycéen :
    • Paroles Vives apportera les outils nécessaires afin de produire les interviews, toutefois les lycéens devront eux-mêmes, ou accompagnés de professeurs, réaliser la phase de collectage des interviews auprès de leurs témoins.
Atelier type :

Séance 1 : Découvrir la relation à l'autre, l'information dont chacun dispose, comment écouter, comment réaliser une captation sonore.
Séance 2 : Rechercher des informations contextuelles sur le site (l’entreprise) choisi et organiser les données collectées. Construction de la grille d'enquête.            
     Intermède en autonomie: recueil de témoignages par les lycéens.
Séance 3 : Organiser et traiter les données collectées sur le terrain et établir des thématiques (déruschage).
Séance 4 : Organiser et traiter les données collectées sur le terrain et établir des thématiques (déruschage).
Séance 5 : Réaliser 2 montages sonores.
Séance 6 : Réaliser 2 montages sonores.

DEVIS sur demande

MIGRATIONS ARMENIENNES : UN ANCRAGE DANS LES BOUCHES DU RHONE

Paroles Vives poursuit la valorisation des archives sonores sur la mémoire arménienne à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône. Après le cycle de tables rondes et l’exposition itinérante réalisée dans le cadre de la commande des Archives départementales des Bouches-du-Rhône entre le 21 avril et le 2 juin 2015,

L'exposition itinérante sur panneau (à emprunter librement auprès des archives départementales des Bouches-du-Rhône)
L’exposition itinérante sur panneau (à emprunter librement auprès des archives départementales des Bouches-du-Rhône)

Nous vous invitons pour les Journées Européennes du Patrimoine qui fera l’objet du prochain article. Mais avant revenons sur les points clés de la première table ronde, qui s’est tenue le 21 avril 2015 dans l’auditorium des ABD 13. (Prochainement, nous ferons le compte-rendu des 2 autres tables rondes)

Cette première table ronde abordait les raisons de l’installation de la communauté arménienne sur le territoire des Bouches-du-Rhône à partir des années 20. Il s’agissait d’aborder le parcours d’exil des Arméniens à leur arrivée dans le département et les raisons de cet ancrage sur ce territoire.

Dans une volonté de pluralité des discours, les intervenants de la table ronde venaient d’horizons différents. Chercheur, membre associatif et témoins arméniens de la collecte de récits de vie réalisée par notre association en 2006/2007, ont échangé autour de cette implantation dans le département à partir de leurs recherches et de leurs vécus.

Pour cette occasion, nous avons eu la chance d’accueillir différents témoins et chercheurs sur la question. Nous tenons à les remercier encore une fois et souhaitons rendre un ultime hommage à Christian Varoujean Artin, partenaire et ami tristement disparu le 26 mai dernier.

Christian Artin était le directeur de l’ARAM, Association pour la Recherche et l’Archivage de la Mémoire Arménienne. Cette association «  collecte, archive et sauvegarde les documents, les livres, les cartes, les papiers, les témoignages, les photographies et globalement tous les éléments relatifs à l’Arménie, aux Arméniens avant le génocide de 1915 et les premiers massacres ottomans en 1895 et 1909, au génocide des arméniens perpétré par le Gouvernement « Jeunes Turcs » à partir de 1915, à l’histoire et la culture de la diaspora arménienne formée après le Génocide, dans la diaspora et notamment en France et en Europe ».
ARAM conserve ainsi d’importantes archives sur l’arrivée des Arméniens à Marseille après le génocide. L’intervention de Christian Artin a permis de retracer le contexte de cette installation, en s’appuyant sur les archives de son association
.

Véra Fritz, historienne et chercheure associée au laboratoire TELEMME, MMSH, était présente pour nous faire part de ses travaux de recherche lorsqu’elle était en Master d’histoire en 2009, à Aix-en-Provence. Son mémoire portait sur l’histoire de l’immigration arménienne dans le bassin de Gardanne des années 1920 à 1980, sous la direction du professeur Philippe Mioche.

Véronique Bruna, témoin de la collecte sur la mémoire orale des descendants d’arméniens dans les Bouches-du-Rhône (2006-2007), intervenait pour nous raconter le récit de sa grand-mère et de sa mère, arrivées dans le département dans les années 20. Il est possible d’écouter son témoignage « Explications et commentaires d’une rescapée du génocide arménien et de ses filles sur l’identité arménienne et sa transmission », aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (cote 12 AV 97 1), ainsi qu’en ligne sur le site de la Phonothèque de la MMSH (cote D2397).

Grégoire Minassian, témoin également de cette collecte, partageait avec nous l’histoire de sa famille, arrivée à Lavéra (Martigues) il y a 40 ans. Il est possible d’écouter son témoignage « Récit de vie d’un Arménien arrivé en France en 1975 » aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (cote 12 AV 47 1), ainsi qu’en ligne sur le site de la Phonothèque de la MMSH (cote D2346).

Stéphane Menu, journaliste de métier, a animé avec convivialité l’ensemble des tables rondes.

Nos invités et animateur
Nos invités et animateur (en partant de la gauche Grégoire Minassian, Vera Fritz, Stéphane Menu, Véronique Bruna, Christian Artin)

Et, dans le rôle des Voix, afin de croiser les témoignages et de valoriser le fonds d’archives sonores ayant suscité cette restitution – tables rondes et exposition -, des extraits sonores de témoignages ont ponctué et alimenté les échanges de nos intervenants et les débats avec la salle

  • Les raisons de l’installation des réfugiés arméniens sur le territoire bucco-rhôdanien

Pour bien comprendre l’arrivée des Arméniens dans les Bouches-du-Rhône suite au premier génocide humain connu, d’avril 1915 jusqu’en 1918 environ, Christian Artin a commencé par mettre en avant le contexte qui a poussé une vague de survivants à venir s’installer dans les Bouches-du-Rhône.

Ainsi, Christian Artin resitue l’arrivée en France en décrivant les raisons de l’exil ; les rescapés arméniens se sont retrouvés évacués, rejetés dans différents pays, notamment en Syrie et en Iraq actuel, ancien territoire du sud de la Turquie. A la fin de la première guerre mondiale, ces territoires sont sous occupation des puissances alliées, Anglais et Français se partagent les restes de l’empire Ottoman. Les Français gardent notamment la Cilicie et y établissent un protectorat. Les rescapés, pour la plupart, sont des femmes et des enfants rassemblés dans les orphelinats. En 1918, ils ont l’espoir de pouvoir retourner sur les terres ancestrales mais entre 1918 et 1922, la France abandonne le protectorat sur la Cilicie et les massacres reprennent. C’est à partir de 1922, qu’ont lieu des départs d’une partie des rescapés pour la France. Christian Artin prend l’exemple notable du bateau le Tourville

Télégramme arrivée du Tourville transportant des réfugiés arméniens, AD13 - 4 M 957
Télégramme annonçant l’arrivée du Tourville transportant des réfugiés arméniens, AD13 – 4 M 957

  qui dépose 400 arméniens à Toulon, lesquels sont transférés par la SNCF à la gare de St-Charles à Marseille.    A leur arrivée, les rescapés sont orientés vers des camps militaires à celui situé sur la butte St-Charles appelé camp Victor-Hugo, à l’endroit de l’actuelle université,  Oddo, Ste-Anne, Ste-Marthe,

Un exemple de camp, carte postale de l'entrée du camp Ste-Marthe, AD13 - 6 Fi 12111
Un exemple de camp, carte postale de l’entrée du camp Ste-Marthe, AD13 – 6 Fi 12111

ou encore des terrains privés comme celui appelé camp Mirabeau

En-tête des établissements Verminck, AD13 - 4 M 957
En-tête des établissements Verminck, AD13 – 4 M 957

(Ruisseau-Mirabeau) à St-André, propriété des Huileries Verminck.

En outre, l’intervenant rappelle que par un accord à la Société des Nations, les réfugiés arrivent avec un laisser-passer qui s’appelle le passeport Nansen leur conférant un statut de réfugié. Ce laisser-passer tout en leur permettant de franchir les frontières pour arriver en France, n’autorise aucun retour possible vers l’Arménie.

Les Arméniens arrivent à Marseille pour plusieurs raisons. Si le contexte de la Cilicie, sous protectorat français

AD13_4M1116_1_0001
exemple de laisser-passer de protégés français, AD13 – 4 M1116

, favorise la venue en France des Arméniens, cela s’inscrit dans la continuité de liens anciens entre la France et l’Arménie datant du 16e siècle. Sous Louis XIV, il existe de nombreux échanges entre les marchands marseillais et arméniens et vers les années 1800/1850, des commerçants s’installent à Marseille. Au début du 20e siècle, 400 arméniens vivent toujours à Marseille, ce qui a permis de mettre en place très rapidement un réseau d’entraide. C’est ainsi que le tissu relationnel dans la ville va faciliter l’arrivée des rescapés. En 1922, deux structures font le lien et gère les relations entre la Préfecture, la Mairie et les réfugiés, il s’agit de l’union nationale arménienne et du Comité de secours aux réfugiés arméniens.

Descriptifs des métiers des arméniens du camp Oddo, lettre adressée au Préfet de la part du Directeur des réfugiés arméniens du camp, 1923, AD13 - 4 M 957
Descriptifs des métiers des arméniens du camp Oddo, lettre adressée au Préfet de la part du Directeur des réfugiés arméniens du camp, 1923, AD13 – 4 M 957

L’ARAM conserve de nombreux documents relatant la vivacité des associations arméniennes. Entre 1923 et 1927, une cinquantaine d’associations sont créées à Marseille pour accueillir les réfugiés. L’espoir de rentrer au pays est vivace jusqu’en 1927, année où la loi kémaliste de Turquie est éditée. Cette loi prive les Arméniens de leur bien et de leur nationalité, elle achève ainsi tout espoir de retour.

L’ancrage des Arméniens à Marseille est aussi favorisé par le besoin de main d’œuvre dans de nombreuses industries marseillaises. Beaucoup d’arméniens sont embauchés dans les usines, les mines, les quais. Dans les camps de réfugiés, il y avait des bureaux de la main d’œuvre étrangère qui plaçaient les Arméniens partout en France mais beaucoup d’entre eux répugnaient de sortir de Marseille car cela impliquait une rupture avec la communauté qui se mettait en place. Pour être embauché, il fallait obtenir un certificat d’immatriculation en fournissant certains papiers qui faisaient office de titre de séjour provisoire. Cependant, dans les années 30, avec la loi Laval sur la préférence nationale dans les entreprises qui fixe un quota de moins de 10% d’étrangers en leur sein, le statut des apatrides arméniens se transforme en simple statut d’étranger. Pour faire face à cette loi, ils prônent qu’ils ne sont pas des réfugiés comme les autres, qu’ils sont apatrides et devraient donc avoir un traitement particulier. Beaucoup d’Arméniens vont se retrouver au chômage. La période des années trente devenant incertaine, ils sont nombreux à vouloir s’enrôler dans l’armée française au moment de la seconde guerre mondiale, dans l’espoir d’obtenir par la suite leur naturalisation. Ainsi, la naturalisation des réfugiés s’est beaucoup faite après leur mobilisation militaire même si elle a eu lieu tout au long des vagues migratoires. Aussi, certains réfugiés ont eu plus de facilité pour se faire naturaliser, notamment ceux qui étaient protégés français (provenant du protectorat français).

Christian Artin poursuit sur les sites d’implantation territoriale. L’installation des Arméniens à Marseille dans les années 20 est encore visible aujourd’hui et l’on distingue toujours des quartiers arméniens à Marseille en fonction des origines distinctes. C’est le cas de Beaumont (13012), St Loup (13010), St Jérôme (13013), St Antoine (13015), Verduron (13015)… Et il est intéressant de remarquer qu’avec les dernières émigrations arméniennes, de nouveaux quartiers ont été investis comme Air Bel (13010), par exemple, qui a la fonction d’un quartier de transit comme Belsunce (13001) l’avait été dans les années 20. Actuellement, on compte 80 000 franco-arméniens à Marseille, chrétiens apostoliques pour la majorité, puis viennent ensuite les protestants et les catholiques. Dans le Vaucluse, on dénombre 800 familles arméniennes.

  • L’exemple de l’installation arménienne dans le bassin de Gardanne

Le but de la recherche de Véra Fritz était de comprendre pourquoi les Arméniens se sont installés dans le bassin de Gardanne et comment s’est faite l’intégration. Elle a travaillé à partir des listes nominatives de recensement de la population de Gardanne afin de connaître la nationalité et la profession de ses habitants et plus particulièrement les professions exercées par les Arméniens lors de leur installation à Gardanne et leurs lieux de vie.

Elle explique que « l’installation des Arméniens dans le bassin de Gardanne vient du fait qu’ils sont allés travailler à la mine et à l’usine d’alumine, deux industries présentes sur ce territoire. Le manque d’ouvriers dans ces usines a conduit à une arrivée massive d’étrangers dans le bassin gardannais pour venir y travailler. L’accès à l’emploi y était facile mais il s’agissait d’un travail journalier. La mine a été un moyen de survie temporaire et les Arméniens n’ont pas cherché à rester dans cet emploi. Le recensement montre d’ailleurs une chute de la population arménienne en 1926 qui a correspondu à un retour sur Marseille et à une reconversion du travail de la mine dans le commerce et l’artisanat. La liste de recensement de la population montre que le chemin vers ces secteurs a été rapide. L’intégration arménienne dans le bassin gardannais s’est bien passée car en tant qu’apatrides, ils avaient pour but de s’installer le plus rapidement possible.

  • Deux récits qui illustrent des parcours d’installations

Véronique Bruna nous explique que sa mère est née en 1923 dans la ville de Zara, en Anatolie. Elle est arrivée à l’âge de 6 ans à Marseille. Les grands-parents maternels de sa mère étaient de riches paysans. Ils étaient très tournés vers l’Europe, très occidentalisés, la France, en tant que pays chrétien, était une référence pour sa grand-mère. Elle est partie de Turquie avec l’aide de passeurs et avec un contrat de travail en poche, qui lui a permis de travailler dès son arrivée dans une usine de carrelage à Pont St Esprit. Les passeurs orientaient les réfugiés vers les endroits où vivait déjà une partie de la famille en France, ils avaient tout un registre sur lequel il y avait les noms des familles avec les provinces et les destinations. Sa grand-mère est arrivée à Pont Saint Esprit après avoir débarquée à Marseille en bateau car son frère y habitait déjà. Elle est partie avec deux de ses enfants en France. La mère de Véronique Bruna n’avait pu quitter l’orphelinat à Istanbul avec son frère et sa sœur aîné mais elle n’a pas voulu rester à l’orphelinat et à réussi à rejoindre sa propre mère, avec l’aide de cousins qui voulaient se rendre en France. Une fois en France, le but était de se reconstruire et que l’arménité ne se perde pas. La langue qui était parlée à la maison était l’arménien. Pour sa grand-mère, le plus important était l’école, il fallait se faire « bien remarquer » dans le but de remonter l’échelon social que la famille avait perdu. Il y avait donc cette volonté de se sacrifier pour ses enfants. La volonté était aussi de s’enraciner, c’était important pour elle d’être propriétaire, d’acheter son tombeau, d’être indépendant en étant son propre patron par l’artisanat, par exemple. Les membres de la famille élargie sont restés quatre ans ensemble à Pont Saint Esprit, ils vivaient dans le même immeuble et il y avait une solidarité familiale. Sa mère a vécu avec sa propre mère et ses frères et sœurs, à quatre dans la même pièce. Dans l’immeuble il y avait que des Arméniens. Elle raconte aussi qu’à l’adolescence, sa mère a été contrainte à un mariage arrangé organisé par des marieuses (des archives de l’ARAM témoignent de cette pratique). Elle s’est mariée à 17 ans avec un arménien qui avait 30 ans, il venait de la même région qu’elle. Une fois mariés, ils sont partis en 1940 à Avignon, rejoindre la belle famille.

Grégoire Minassian est né le 8 avril 1963 en Arménie, à Erevan, il est le benjamin d’une fratrie de trois enfants. Il est arrivé avec ses parents en France en 1975. Afin de mieux comprendre les raisons de cette installation tardive en France, comparé au reste de la diaspora, il revient sur son histoire familiale paternelle. La famille de la sœur du grand-père de Grégoire Minassian est partie en Grèce pour prendre le bateau pour Marseille dans les années 1923. L’autre partie de la famille, ses grands-parents, a pris un autre bateau en Grèce pour Marseille mais il a été détourné pour Odessa. Ils sont donc revenus en Arménie par la suite et la famille s’est divisée en deux. La famille de la sœur du grand-père est restée quelques années sur Marseille, elle est d’abord arrivée au Camp Oddo en 1923, puis s’est installée vers Sainte-Marguerite car il y avait déjà une communauté arménienne dans ce quartier. Là-bas, ils ont commencé à travailler en vendant des cacahuètes au vélodrome et à l’hippodrome. Ils ont ensuite appris le métier de boulanger et en 1961 ils se sont installés à Lavera pour reprendre une boulangerie qui était en vente. Ils ne connaissaient pas trop cette ville, il n’y avait aucun arméniens. Ils s’y sont installés en raison des nombreuses usines pétrochimiques en activité dans le coin, pensant alors que la boulangerie allait bien marcher. La famille de Grégoire Minassian qui vivait à Erevan, en Arménie, n’avait pas de nouvelles de ce côté de la famille. Il aura fallu du temps pour que les deux parties de la famille se retrouvent. Ce rapprochement a eu lieu grâce à l’ouverture vers l’occident de l’URSS qui a autorisé les contacts avec les Arméniens partis en France. En 1970, la grande tante (la sœur du grand-père de Grégoire Minassian) décide de partir en Arménie pour retrouver son frère, séparée depuis 45 ans. En faisant des recherches et grâce aux contacts qu’elle avait sur Erevan, elle a trouvé le fils de son frère (le père de Grégoire Minassian) et sa belle-soeur (la grand-mère de Grégoire Minassian). Elle n’a, par contre, pas pu revoir son frère, décédé lors de la guerre de Stalingrad. A la suite de ces retrouvailles, elle les a aidé à faire les papiers afin que la famille puisse venir en France car vivre en Arménie soviétique devenait difficile en raison de l’oppression. Ainsi, le choix fait de venir en France était pour retrouver l’autre partie de la famille mais aussi pour avoir une certaine liberté par rapport au régime soviétique. A ce moment là, la France était vue comme l’Amérique se rappelle Grégoire Minassian. Elle était vue comme un rêve, la recherche de la liberté. Pour venir en France, il a fallu faire de nombreuses démarches pour obtenir les papiers, il a fallu aller à Moscou, être en lien avec des avocats en France. Son grand oncle, en France, a dû faire un contrat de travail à son père pour la boulangerie. Les démarches ont pris trois ans, la famille est arrivée en mars 1975, Grégoire Minassian avait 10 ans. Pendant ces trois années d’attente en Arménie Soviétique, la famille a connu une propagande faite à l’encontre des familles qui souhaitaient quitter le pays. Le gouvernement dénonçait le fait que les enfants étaient arrachés de leur patrie, que la famille fuyait la patrie. Pendant ces trois années là, son père n’a pas eu le droit de travailler puisqu’il voulait quitter le pays et les enfants n’ont pas pu aller à l’école pendant six mois. Quand ils sont arrivés en France, ils ont vécu dans la maison de la grande tante, à Lavera. Personne ne parlait français mais rapidement la grande tante a payé quelqu’un pour qu’il donne des cours de français aux enfants avant la rentrée scolaire. Grégoire Minassian se rappelle avoir fourni beaucoup d’effort pour apprendre la langue. Son père a travaillé à la boulangerie et sa mère y faisait le ménage. Ensuite, par connaissance, son père a travaillé comme mécanicien d’entretien dans une usine à Châteauneuf La Mède.

Ces deux parcours d’installations, à deux époques différentes, montrent tout de même des logiques similaires. Ces deux familles sont arrivées dans les Bouches-du-Rhône car un membre de leurs familles y habitaient déjà et toutes deux ont eu un contrat de travail avant de partir. Ces témoignages ne sont pas singuliers, nous retrouvons très souvent ce même procédé dans les parcours d’installations des réfugiés arméniens. La collecte sur la mémoire orale des descendants d’arméniens dans les Bouches-du-Rhône révèle d’ailleurs cette même dynamique d’installation dans le département.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Des cultures arméniennes en exil : entre échanges et permanence »

Valorisation de la collecte sur la mémoire orale arménienne dans les Bouches-du-Rhône

Une des tables rondes qui se tiendra le jeudi 28 mai aura pour thématique  » Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence ». La langue et la cuisine seront deux aspects culturels  plus particulièrement abordés lors de cette rencontre.

Nous avons choisi de parler de la culture arménienne au pluriel car chaque personne a sa propre interprétation de ce que représente l’arménité pour elle. Dans cette culture aux multiples visages, chacun transmet et/ou puise ce qui fait sens pour lui, ce qui l’émeut. Ainsi, il serait réducteur de parler de la culture arménienne de manière uniforme, d’un seul bloc. Cet extrait d’entretien en est d’ailleurs très significatif :

    « Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus arménien que français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de 3e génération d’arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2 / Phonothèque cote D 23 18-1, D 23 18-2. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2078 

Ces quelques lignes montrent que les échanges et les apports de différentes cultures peuvent permettre à l’individu de construire sa propre identité. Néanmoins et concomitamment, cette construction passe aussi par la connaissance de ses origines et la transmission de son histoire familiale :

    « L’identité je ne la renie pas et mes enfants je leur dis bien qu’on est d’origine arménienne et que c’est très important de connaître ses origines […] Je leur raconte qu’on est des émigrés, qu’on s’est bien intégrés […] savoir qu’ils avaient des grands-parents et des arrières grands-parents qui viennent d’ailleurs et qu’ils ont souffert et que rien n’est acquis ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

S’il existe des cultures arméniennes selon la manière dont chacun s’approprie les éléments qui s’y rapportent, on retrouve une constante dans de nombreux témoignages de personnes âgées révélant l’importance de certaines valeurs rattachées à la culture arménienne, notamment celle du travail :

    « Beaucoup de respect, respect des anciens, respect de la parole, beaucoup de conviction dans l’amour du travail, l’amour des choses bien faites et surtout ne pas perdre l’identité […] Le fait d’être d’origine arménienne ça m’a donné une force, de la rigueur, l’envie du travail […] nous on nous a appris à ne jamais baisser les bras, c’est une force psychologique, une force mentale […] on est capable d’aller au bout du monde, même si on n’a pas les moyens on se crée les moyens ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

D’après les entretiens, si le travail peut être un des paramètres constitutif de la culture arménienne, la langue est le plus souvent mise en avant, vue comme élément substantiel à toute culture. Les témoignages laissent transparaître les difficultés liées à la transmission et à la continuité de la langue arménienne. Un témoin élevé par ses grands-parents nous en fait part :

    « Mes parents avec moi, à vrai dire je me souviens pas, parce que quand on se voyait et qu’on était chez mes grands-parents on parlait en arménien, au début je pense que j’ai jamais vu mes parents parler en français […] Mes parents ne m’ont jamais appris le français, j’ai appris le français à l’école […] Mais maintenant ma mère si je lui parle en arménien elle me répond en français. Ça me tue, chaque fois je lui fais le coup, je lui parle en arménien, elle me répond en français. Avec sa mère elle parlait en arménien mais avec ses copines elles parlent en français. Ses copines d’enfance sont toutes arméniennes, disons qu’elles ont plus de vocabulaire en français donc elles arrivent à faire passer plus de choses, c’est une question aussi de culture […] culturellement on a pas acquis à l’école, à l’école de la République, on n’a pas acquis la culture arménienne, on la découvre maintenant, enfin ceux qui veulent la découvrent maintenant ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 89 1/ Phonothèque cote D 23 89. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2151

Aussi, la langue arménienne est de moins en moins parlée, aujourd’hui dans les familles étant donné que la deuxième génération d’émigrés arméniens est née en France et a été bercée par la culture française. Il paraît alors d’autant plus compliqué de transmettre la langue aux jeunes générations :

    « La langue, elle se perd, je pense qu’après moi il n’y a personne qui va parler, mes enfants ils n’ont pas envie de parler arménien, ils n’ont pas cette soif ou du moins on ne leur a peut-être pas donner l’envie, moi je vais simplement essayer de leur expliquer qu’on est d’origine arménienne et qu’on a envie de garder cette identité ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

Cuisine arménienne, cc Jean-Pierre Dalbéra https://www.flickr.com/photos/dalbera/604385562/in/photolist-VpCbW-Voi1g-VpC3b-VohR4-VoibV-VpCLJ
Cuisine arménienne, cc Jean-Pierre Dalbéra

Enfin, un autre élément de la culture arménienne qui est fréquemment abordé dans les témoignages est celui de la cuisine. La transmission des recettes se fait par la grand-mère et la mère, les techniques de cuisine continuent parfois à être appliquées aujourd’hui par celles et ceux qui en ont reçu l’enseignement. Un jeune père nous donne sa recette du « tchi keufté » et du « beurek keufté » pour le plaisir de tous :

« Je fais des keuftés, du riz pilaf, des feuilles de vigne, des chiches kebab, des beureks…c’est ma grand-mère et ma mère qui m’ont appris, en plus j’adore cuisiner […] Il y a le tchi keufté, ça vient de crue, c’est-à-dire c’est de la viande cru avec des oignons, du persil, du blé cassé et ça se mange frais en été […] En fait, le blé cassé on le met cru mais il grossit avec le jus, dans la viande mélangée avec de la tomate, des oignons, des cébettes […] on va dire que c’est l’oignon qui cuit la viande et le blé cassé, en fait ça se mange cru, c’est excellent […] Et il y a beurek keufté, c’est une boulette, celle-là elle est cuite. Beurek ça veut dire creusé, troué, donc en fait on creuse et à l’intérieur on met encore une farce. Donc l’extérieur, c’est une viande avec du blé cassé qu’on fait cuire dans un court-bouillon normalement et l’intérieur on l’a déjà fait revenir, c’est de la viande avec des oignons et des pignons de pin qu’on met au milieu. Et en fait, on ferme tout et ensuite on fait cuire ça au court-bouillon, on fait un peu d’abord revenir dans l’huile pour que ça fasse compact et ensuite on fait cuire ça au court-bouillon ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 901/ Phonothèque D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

Les enquêtes sont disponibles en ligne sur la base de données de la phonothèque, prochainement sur le site des AD13

Ce projet de valorisation est commandité par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, en partenariat avec la Phonothèque de la MMSH et l’association ARAM.