sans titre, cc Totordenamur

L’immigration arménienne se raconte au pluriel

Valorisation de la collecte sur la mémoire orale arménienne dans les Bouches-du-Rhône

En 2015, dans le cadre de la commémoration du centenaire du génocide arménien, les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône ont sollicité Paroles Vives afin de valoriser la collecte d’archives sonores sur les récits de vie d’Arméniens de Marseille et des Bouches-du-Rhône. C’est l’opportunité pour l’association de mettre en lumière les témoins producteurs de cette mémoire orale.

Pour raconter au pluriel, une exposition itinérante sera conçue et accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles seront amenés à dialoguer documents d’archives et privés, extraits d’entretiens sonores retranscrits et écoutes sonores, chercheurs, membres associatifs et témoins de la collecte. Les thématiques abordées lors des tables rondes et de l’exposition seront le reflet des enquêtes qui ont eu pour objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 20.

C’est en s’appuyant sur les enquêtes réalisées par les chercheurs de Paroles Vives qu’un choix, non exhaustif, de thématiques sera proposé au cours de cette valorisation et restitution. Les différents thèmes évoqués que l’on peut relever à l’écoute des entretiens traitent de l’exil de la Turquie, l’arrivée à Marseille, la vie de quartier, le travail, les loisirs, les associations, l’appartenance culturelle, la transmission des cultures arméniennes, autant de pistes de lecture qui permettent de mieux comprendre l’histoire de l’immigration arménienne et la vie de cette communauté dans les Bouches-du-Rhône. Paroles Vives a mené cette campagne de collecte de la mémoire orale autour de l’installation des arméniens de la diaspora et leurs descendants entre 2006 et 2007, ce sont 162 heures d’entretiens documentés, déposés et disponibles à la consultation aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

L’alphabet arménien, journaux, monuments aux lettres… (cc flikr.com)

Au cours des mois qui vont suivre, des billets détaillés vous feront entrer dans les mémoires de ces personnes arrivées en territoire inconnu, porteuses de créativité, de rencontres et poursuivant, comme toute personne venue d’un ailleurs, leur vie aux côtés de plus anciens et de futurs arrivants…

Les enquêtes sont disponibles en ligne sur la base de données de la phonothèque, prochainement sur le site des AD13

Ce projet est commandité par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, en partenariat avec la Phonothèque de la MMSH et l’association ARAM


Une réflexion au sujet de « L’immigration arménienne se raconte au pluriel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *