Balade sur les traces des réfugiés arméniens à la Cabucelle, message de Régine, marcheuse de la balade

L’équipe de Paroles Vives a décidé de publier ce commentaire laissé à la suite de notre article retour sur la balade de samedi 17 septembre 2017. Ce message nous a émus car il vient toucher ce que l’association défend et tente de mettre en œuvre dans l’ensemble de ses projets  liés au patrimoine et au développement social et humain. Participer à la lecture de l’Histoire en y invitant les mémoires à donner vie aux traces, en traversant le passé et le présent d’autres personnes, pour travailler à la société en train de se faire.

Merci à toute l’équipe de Paroles Vives pour cette belle promenade. Belle non pas par la beauté des lieux  dégradés, pollués par des décharges horribles et totalement abandonnés par endroits.  Nous avons pu voir une fange de la population vivre dans des habitats sordides et insalubres, et redécouvrir malheureusement les pauvres et les déshérités. Une partie de la population que l’on ne côtoie pas souvent lorsqu’on habite dans les quartiers privilégiés et que l’on oublie souvent. Les témoignages enregistrés étaient émouvants et bien choisis, et pouvaient très bien être enregistrés aujourd’hui par les réfugiés actuels. Mais nous avons découvert aussi dans les petites ruelles adjacentes,  des petites maisonnettes coquettes et bien entretenues, ainsi que des châteaux impressionnants encastrés aujourd’hui dans un environnement urbain étroit sans perspective.  La partie souvenir n’a pas occulté mes préoccupations actuelles : Combien d’immigrants sont aujourd’hui mal accueillis et enfermés dans des camps indignes ? Pourtant la situation de la France est plus prospère que celles d’après les deux guerres mondiales. Comment recréer en Europe un humanisme solidaire  qui ne reproduise pas des camps de style Oddo ou Kemp  que nous observons et évoquons ensemble ? Comment dépasser les peurs de l’autre, et apprendre à vivre ensemble dans le respect de chacun ? La mémoire de ces camps est d’autant plus douloureuse que nous constatons qu’aujourd’hui les choses sont identiques ou même pires pour les réfugiés d’Afrique ou de Syrie qui fuient pour ne pas mourir, comme les Arméniens autrefois. Pendant cette visite j’étais paradoxalement non pas dans le souvenir et la mémoire des immigrants arméniens de 1923, mais surtout dans la réflexion sur les nouvelles horreurs vécues par les habitants du monde, contraints de tout abandonner et d’émigrer, et la peur et la frilosité des pays en paix à les accueillir décemment. Merci de nous avoir fait une piqûre de rappel indispensable pour élargir nos cœurs à plus de générosité , de solidarité et de fraternité.  Merci PS: Un grand merci aussi à Richard pour l’air d’opéra chanté magistralement  a-capella, et pour le partage de ses souvenirs personnels qui nous ont tous enrichis.

20 septembre 2016, Régine Terzéan

Voici quelques extraits présentés pendant la balade (témoignages collectés au fil du repérage auprès d’habitants du quartier) :

Construction des maisons de familles arméniennes impasse Guyon (13015 Marseille) et autres anecdotes…

Écoliers et écoles

Impasse Abovian

Cinéma l’Idéal, rue de Lyon 13015 Marseille

La vie au Kamp


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *