« Des cultures arméniennes en exil : entre échanges et permanence »

Valorisation de la collecte sur la mémoire orale arménienne dans les Bouches-du-Rhône

Une des tables rondes qui se tiendra le jeudi 28 mai aura pour thématique  » Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence ». La langue et la cuisine seront deux aspects culturels  plus particulièrement abordés lors de cette rencontre.

Nous avons choisi de parler de la culture arménienne au pluriel car chaque personne a sa propre interprétation de ce que représente l’arménité pour elle. Dans cette culture aux multiples visages, chacun transmet et/ou puise ce qui fait sens pour lui, ce qui l’émeut. Ainsi, il serait réducteur de parler de la culture arménienne de manière uniforme, d’un seul bloc. Cet extrait d’entretien en est d’ailleurs très significatif :

    « Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus arménien que français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de 3e génération d’arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2 / Phonothèque cote D 23 18-1, D 23 18-2. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2078 

Ces quelques lignes montrent que les échanges et les apports de différentes cultures peuvent permettre à l’individu de construire sa propre identité. Néanmoins et concomitamment, cette construction passe aussi par la connaissance de ses origines et la transmission de son histoire familiale :

    « L’identité je ne la renie pas et mes enfants je leur dis bien qu’on est d’origine arménienne et que c’est très important de connaître ses origines […] Je leur raconte qu’on est des émigrés, qu’on s’est bien intégrés […] savoir qu’ils avaient des grands-parents et des arrières grands-parents qui viennent d’ailleurs et qu’ils ont souffert et que rien n’est acquis ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

S’il existe des cultures arméniennes selon la manière dont chacun s’approprie les éléments qui s’y rapportent, on retrouve une constante dans de nombreux témoignages de personnes âgées révélant l’importance de certaines valeurs rattachées à la culture arménienne, notamment celle du travail :

    « Beaucoup de respect, respect des anciens, respect de la parole, beaucoup de conviction dans l’amour du travail, l’amour des choses bien faites et surtout ne pas perdre l’identité […] Le fait d’être d’origine arménienne ça m’a donné une force, de la rigueur, l’envie du travail […] nous on nous a appris à ne jamais baisser les bras, c’est une force psychologique, une force mentale […] on est capable d’aller au bout du monde, même si on n’a pas les moyens on se crée les moyens ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

D’après les entretiens, si le travail peut être un des paramètres constitutif de la culture arménienne, la langue est le plus souvent mise en avant, vue comme élément substantiel à toute culture. Les témoignages laissent transparaître les difficultés liées à la transmission et à la continuité de la langue arménienne. Un témoin élevé par ses grands-parents nous en fait part :

    « Mes parents avec moi, à vrai dire je me souviens pas, parce que quand on se voyait et qu’on était chez mes grands-parents on parlait en arménien, au début je pense que j’ai jamais vu mes parents parler en français […] Mes parents ne m’ont jamais appris le français, j’ai appris le français à l’école […] Mais maintenant ma mère si je lui parle en arménien elle me répond en français. Ça me tue, chaque fois je lui fais le coup, je lui parle en arménien, elle me répond en français. Avec sa mère elle parlait en arménien mais avec ses copines elles parlent en français. Ses copines d’enfance sont toutes arméniennes, disons qu’elles ont plus de vocabulaire en français donc elles arrivent à faire passer plus de choses, c’est une question aussi de culture […] culturellement on a pas acquis à l’école, à l’école de la République, on n’a pas acquis la culture arménienne, on la découvre maintenant, enfin ceux qui veulent la découvrent maintenant ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 89 1/ Phonothèque cote D 23 89. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2151

Aussi, la langue arménienne est de moins en moins parlée, aujourd’hui dans les familles étant donné que la deuxième génération d’émigrés arméniens est née en France et a été bercée par la culture française. Il paraît alors d’autant plus compliqué de transmettre la langue aux jeunes générations :

    « La langue, elle se perd, je pense qu’après moi il n’y a personne qui va parler, mes enfants ils n’ont pas envie de parler arménien, ils n’ont pas cette soif ou du moins on ne leur a peut-être pas donner l’envie, moi je vais simplement essayer de leur expliquer qu’on est d’origine arménienne et qu’on a envie de garder cette identité ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 901/ Phonothèque cote D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

Cuisine arménienne, cc Jean-Pierre Dalbéra https://www.flickr.com/photos/dalbera/604385562/in/photolist-VpCbW-Voi1g-VpC3b-VohR4-VoibV-VpCLJ

Cuisine arménienne, cc Jean-Pierre Dalbéra

Enfin, un autre élément de la culture arménienne qui est fréquemment abordé dans les témoignages est celui de la cuisine. La transmission des recettes se fait par la grand-mère et la mère, les techniques de cuisine continuent parfois à être appliquées aujourd’hui par celles et ceux qui en ont reçu l’enseignement. Un jeune père nous donne sa recette du « tchi keufté » et du « beurek keufté » pour le plaisir de tous :

« Je fais des keuftés, du riz pilaf, des feuilles de vigne, des chiches kebab, des beureks…c’est ma grand-mère et ma mère qui m’ont appris, en plus j’adore cuisiner […] Il y a le tchi keufté, ça vient de crue, c’est-à-dire c’est de la viande cru avec des oignons, du persil, du blé cassé et ça se mange frais en été […] En fait, le blé cassé on le met cru mais il grossit avec le jus, dans la viande mélangée avec de la tomate, des oignons, des cébettes […] on va dire que c’est l’oignon qui cuit la viande et le blé cassé, en fait ça se mange cru, c’est excellent […] Et il y a beurek keufté, c’est une boulette, celle-là elle est cuite. Beurek ça veut dire creusé, troué, donc en fait on creuse et à l’intérieur on met encore une farce. Donc l’extérieur, c’est une viande avec du blé cassé qu’on fait cuire dans un court-bouillon normalement et l’intérieur on l’a déjà fait revenir, c’est de la viande avec des oignons et des pignons de pin qu’on met au milieu. Et en fait, on ferme tout et ensuite on fait cuire ça au court-bouillon, on fait un peu d’abord revenir dans l’huile pour que ça fasse compact et ensuite on fait cuire ça au court-bouillon ». Extrait de l’archive sonore, AD13 cote 12 AV 901/ Phonothèque D 23 90. Lien URL : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-2152

Les enquêtes sont disponibles en ligne sur la base de données de la phonothèque, prochainement sur le site des AD13

Ce projet de valorisation est commandité par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, en partenariat avec la Phonothèque de la MMSH et l’association ARAM.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *